Aller au contenu principal

« Mes veaux reçoivent six buvées de lait entier par semaine »

Monique Provost, éleveuse en Loire atlantique se simplifie la vie en distribuant du lait entier à ses veaux une fois par jour, sauf le dimanche. Les résultats sont au rendez-vous.

Monique Provost, éleveuse en Loire-Atlantique « Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi."
Monique Provost, éleveuse en Loire-Atlantique « Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi."
© E. Bignon

« Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi. Le dimanche, ils ne reçoivent plus de lait. J’apprécie de me simplifier la tâche. Chaque jour, c’est 15 minutes de travail en moins. J’ai testé cette pratique suite à une journée portes ouvertes à la ferme expérimentale des Trinottières, pour voir ce que ça donnait. Mon mari n’était pas d’accord, mais comme c’est moi qui soigne les veaux, c’est moi qui décide ! Et comme nous avons vu que ça marche, je continue. Au sevrage, les génisses sont aussi belles que lorsqu’elles recevaient du lait deux fois par jour.

« Mon seul conseil, c’est d’essayer »

Le premier soir et le premier dimanche sans buvée, les veaux gueulent, mais ils s’habituent vite et compensent avec le concentré. La première semaine, ils reçoivent du colostrum matin et soir. Je vérifie sa richesse en immunoglobulines au réfractomètre. Si ce n’est pas top, je puise dans la réserve du congélateur. La deuxième semaine, ils conservent deux buvées par jour, avant de basculer à une seule de 5 litres en semaine 3. Sauf le dimanche. Ils ont de l’eau et du mash à disposition à volonté dès leur plus jeune âge. C’est un aliment acheté à base de maïs grain, d’avoine aplatis et de carroube. Je retire chaque jour le mash de la veille que je distribue aux plus grandes génisses. C’est important pour l’appétence de renouveler l’aliment tous les jours. Ils disposent aussi de paille au râtelier. Ils en consomment beaucoup.

Le sevrage intervient à deux mois, voire deux mois et demi pour les veaux plus chétifs. Je ne sais pas exactement combien ils consomment d’aliment à ce moment-là, mais c’est au moins 2 kg. Nous les mesurons de temps en temps au ruban. Ils font plus du double de leur poids de naissance au sevrage. Ce qui compte, c’est de faire des lots homogènes pour limiter la concurrence. Dans nos cases, nous mettons quatre veaux. Si un veau est plus petit, je préfère le faire « redoubler » plutôt qu’il suive les veaux de son âge. Les génisses sont inséminées à 15 mois -voire 14- et vêlent à 24-25 mois. C’est bien la preuve que notre plan de buvée ne pénalise pas les croissances.

Cette expérience a convaincu notre ancien salarié. Depuis qu’il est installé, il le fait aussi chez lui. Et notre salarié actuel, également en cours d’installation, va aussi s’y mettre. Une fois que l’on y a goûté et que l’on a vu de ses propres yeux que les résultats sont probants avec de belles génisses au sevrage, on ne revient pas en arrière ! »

Les plus lus

éleveurs  avec leur troupeau au pâturage
« Nous dégageons 74 000 € de revenu disponible à deux en bio avec 36 vaches laitières »
Au Gaec du Bourguet, dans l’Aveyron, Camille et Lénaïc Vabre ont fait le pari osé de s’installer à deux sur une petite structure…
Christophe Baudoin, 36 ans, et son frère Vincent, 40 ans, ne craignent pas d’essayer de nouvelles pratiques pour produire plus de lait et maîtriser les charges.
« Avec un seul robot, nous produisons 1 million de litres de lait »
Le Gaec des sapins, en Loire-Atlantique, produit 1 million de litres de lait avec 83 vaches et un seul robot tout en…
Jérôme Curt, éleveur à la ferme du trèfle.
Bâtiments pour bovins : « Notre stabulation se rapproche du plein air »

La Ferme du trèfle, dans l’Ain, a monté un bâtiment novateur axé sur le bien-être animal. Pad cooling, toiture en Bartic,…

Selon Cyril Bapelle, vétérinaire nutritionniste (à gauche), « il faut réfléchir la gestion des mycotoxines en particules ingérées par vache et par jour ».
Mycotoxines : « Nous avons perdu 4 litres de lait par vache »

Dans la Manche, Romain Boudet, installé en individuel, a vu ses résultats techniques chuter après l’ouverture du silo de maïs…

Sylvain Tola, éleveur dans la Loire, et ses vaches montbéliardes au pâturage en mars
Prairie : « Dans la Loire, mes 65 vaches pâturent tout l’été sur 22 hectares »

Le dactyle, la luzerne, le lotier et six autres espèces composent les prairies des vaches laitières de Sylvain Tola, dans la…

Robot de traite : quel gain de production laitière lors du passage de la salle de traite au robot ?

Le passage de la salle de traite au robot de traite s’accompagne d’un gain de production par vache laitière. À paramètres…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière