Aller au contenu principal

« Mes veaux reçoivent six buvées de lait entier par semaine »

Monique Provost, éleveuse en Loire atlantique se simplifie la vie en distribuant du lait entier à ses veaux une fois par jour, sauf le dimanche. Les résultats sont au rendez-vous.

Monique Provost, éleveuse en Loire-Atlantique « Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi."
Monique Provost, éleveuse en Loire-Atlantique « Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi."
© E. Bignon

« Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi. Le dimanche, ils ne reçoivent plus de lait. J’apprécie de me simplifier la tâche. Chaque jour, c’est 15 minutes de travail en moins. J’ai testé cette pratique suite à une journée portes ouvertes à la ferme expérimentale des Trinottières, pour voir ce que ça donnait. Mon mari n’était pas d’accord, mais comme c’est moi qui soigne les veaux, c’est moi qui décide ! Et comme nous avons vu que ça marche, je continue. Au sevrage, les génisses sont aussi belles que lorsqu’elles recevaient du lait deux fois par jour.

« Mon seul conseil, c’est d’essayer »

Le premier soir et le premier dimanche sans buvée, les veaux gueulent, mais ils s’habituent vite et compensent avec le concentré. La première semaine, ils reçoivent du colostrum matin et soir. Je vérifie sa richesse en immunoglobulines au réfractomètre. Si ce n’est pas top, je puise dans la réserve du congélateur. La deuxième semaine, ils conservent deux buvées par jour, avant de basculer à une seule de 5 litres en semaine 3. Sauf le dimanche. Ils ont de l’eau et du mash à disposition à volonté dès leur plus jeune âge. C’est un aliment acheté à base de maïs grain, d’avoine aplatis et de carroube. Je retire chaque jour le mash de la veille que je distribue aux plus grandes génisses. C’est important pour l’appétence de renouveler l’aliment tous les jours. Ils disposent aussi de paille au râtelier. Ils en consomment beaucoup.

Le sevrage intervient à deux mois, voire deux mois et demi pour les veaux plus chétifs. Je ne sais pas exactement combien ils consomment d’aliment à ce moment-là, mais c’est au moins 2 kg. Nous les mesurons de temps en temps au ruban. Ils font plus du double de leur poids de naissance au sevrage. Ce qui compte, c’est de faire des lots homogènes pour limiter la concurrence. Dans nos cases, nous mettons quatre veaux. Si un veau est plus petit, je préfère le faire « redoubler » plutôt qu’il suive les veaux de son âge. Les génisses sont inséminées à 15 mois -voire 14- et vêlent à 24-25 mois. C’est bien la preuve que notre plan de buvée ne pénalise pas les croissances.

Cette expérience a convaincu notre ancien salarié. Depuis qu’il est installé, il le fait aussi chez lui. Et notre salarié actuel, également en cours d’installation, va aussi s’y mettre. Une fois que l’on y a goûté et que l’on a vu de ses propres yeux que les résultats sont probants avec de belles génisses au sevrage, on ne revient pas en arrière ! »

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Prix du lait : Sodiaal abandonne son prix B
À partir du 1er avril, le prix B disparaît chez Sodiaal. Un « prix unique » sera mis en place pour l’ensemble de la…
Alexis, 28 ans, et Cyril, 32 ans, avec leur père Didier Magnière, 61 ans. « Nous partageons une vraie passion pour la race Simmental et n’aimons pas trop faire du tracteur. »
« Nous avons remis à plat tout notre système de production laitier pour devenir autonomes »
En Côte-d’Or, le Gaec Magniere a repensé totalement son assolement et ses rotations. Il est devenu complètement autonome en…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière