Aller au contenu principal

Malgré la loi Egalim 2, les négociations entre les organisations de producteurs et les industriels laitiers restent compliquées

Si les lois Egalim 1 et 2 visent à renforcer le pouvoir de négociation des producteurs, force est de constater que sur le terrain, la réalité est tout autre.

Malgré les bonnes volontés politiques, le rapport de force entre producteurs et industriels reste déséquilibré.
Malgré les bonnes volontés politiques, le rapport de force entre producteurs et industriels reste déséquilibré.
© motortion - stock.adobe.com

« Mutisme » des industriels, dénoncent des organisations de producteurs laitiers. « Radicalisation » de certaines OP, répondent des transformateurs. Les points d’achoppement continuent donc entre laiteries et OP. Même celles qui ont signé des contrats qui leur paraissaient satisfaisants jusque-là éprouvent des difficultés à faire prendre en compte les coûts de production, la hausse des charges ou encore à supprimer les clauses d’alignement concurrentiel.

Ces dernières sont pourtant interdites par la loi Egalim 2. « Les grands groupes sont en train de voir pour enlever la clause d’alignement, témoigne Yohann Barbe, trésorier de la FNPL. Mais si c’est pour intégrer le prix du lait France publié par FranceAgriMer, cela n’aura aucun intérêt. » « On sait que les industriels privés sauront trouver la bonne formule qui leur permettra d’avoir des effets similaires », renchérit Thierry Roquefeuil.

Des lignes rouges

« La DGCCRF nous surveille de près », assure pourtant Fabien Choiseau, directeur approvisionnement France chez Lactalis. Le groupe est en cours de négociation avec l’Unell. Mais les négociations avec l’entreprise restent compliquées et nécessitent des échanges au mois le mois. L’AOP est parvenue à convenir, au dernier moment, d’un prix de base pour mars de 404 euros pour 1 000 litres et doit encore travailler sur une adaptation de sa formule de prix.

D’autres OP se retrouvent dans une impasse, à l’image des adhérents de l’OP Sill Malo, fournisseurs du groupe breton Sill, qui « se sont vu notifier par leur client une décision unilatérale de baisse de 10 euros pour 1 000 litres du prix d’achat du lait ». « Le groupe abuse de sa position dominante pour imposer un prix du lait qui s’aligne sur le moins-disant et qui reste la variable d’ajustement des charges industrielles », regrette l’OP.

Dans l’Est, l’Oplase, dont les producteurs livrent à la coopérative Eurial, se retrouve contrainte de saisir le médiateur des relations commerciales. « Après le non-renouvellement de l’accord-cadre avec une échéance au 31 décembre 2021, c’est maintenant sur la formule de prix devant respectant la loi Egalim 2 que persistent des points de discordes », explique l’OP.

Une nouvelle instance

La médiation est un prérequis nécessaire avant toute saisie d’un juge. Sa durée est désormais limitée à deux mois. En cas d’échec, la loi Egalim a créé le comité de règlement des différends commerciaux agricoles qui agit comme une instance d’arbitrage. Marie-Thérèse Bonneau, ancienne vice-présidente de la FNPL, en est un membre titulaire.

« Il faut aller chercher rapidement le comité de règlement des différends commerciaux agricoles pour vérifier que les accords sont dans les clous », prône le syndicaliste Yohann Barbe, prévenant que ce comité peut « aussi sanctionner les OP » mais « souvent, ce sont les entreprises qui ont tort ».

Le conflit entre Sunlait et Savencia s’enlise

Juste après le Salon de l’agriculture, la laiterie Savencia a dénoncé, deux ans avant sa fin, le contrat qu’elle avait avec l’association d’organisation de producteurs Sunlait(1). Cette dernière avait assigné le transformateur en justice en septembre 2021, pour non-application de la formule de prix de son contrat depuis début 2020. « Cela ne change rien pour l’audience (le 24 mars). Ce n’est pas une surprise, indique Denis Berranger, vice-président de Sunlait. Nous entrons à présent dans deux ans de négociation pour trouver un accord sur une formule de prix. Dans le courrier qu’ils nous ont envoyé, ils précisent qu’ils ont besoin de notre lait. »

(1) Neuf OP, dont trois, en désaccord, ont quitté l’association pour créer l’OP les trois rivières.
 

Les plus lus

Danone recherche 100 millions de litres de lait

Déprise laitière et besoins croissants de l’entreprise sont les deux raisons pour lesquelles Danone cherche de…

Ramassage de vaches laitières de réforme avant le transport vers l'abattoir
Quel est le prix d'une vache laitière de réforme ?

L'année 2023, le prix de la vache laitière de réforme aura été marquée par le retour de la saisonnalité, après…

tous les membres associés et salariés du Gaec de l'Alliance en Moselle.
Installation en Gaec : « Malgré mon jeune âge, les associés m’ont rapidement fait confiance »
En Moselle, le Gaec de l’Alliance a accueilli Victor Cordel lorsqu’il n’avait que 24 ans. Le jeune agriculteur s'est très vite vu…
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée
Installation en élevage laitier : « Je transmets ma ferme neuf ans avant ma retraite »
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée a décidé de transmettre, avant la fin de sa carrière, son exploitation à un ancien…
Sunlait signe avec un deuxième acheteur de lait : Maîtres laitiers du Cotentin

L’association d’organisations de producteurs de lait Sunlait, qui n’avait de contrat cadre qu’avec Savencia, vient de signer…

Près de 1000 producteurs de lait adhérent aux six OP Sunlait. La crainte d'une non collecte de lait à partir du 8 mars est présente, même si Savencia assure qu'elle a ...
Sunlait contre Savencia : à quatre semaines de la fin de leur contrat, les producteurs cherchent des solutions

Pour pousser l'industriel à discuter avec elle, Sunlait annonce qu'elle va se pourvoir en cassation contre Savencia, et qu’…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière