Aller au contenu principal

L'UE subit les foudres des États-Unis

Des mesures de rétorsion sont appliquées depuis l'automne dernier sur des produits européens. D'autres devraient s'appliquer à partir de février et concerner des produits laitiers français. 

L'affaire Boeing-Airbus et l'affaire Gafa ont provoqué l'ire de Donald Trump contre l'Union européenne et la France.  © Holger Detje - Pixabay
L'affaire Boeing-Airbus et l'affaire Gafa ont provoqué l'ire de Donald Trump contre l'Union européenne et la France.
© Holger Detje - Pixabay

Jusqu'à présent, les produits laitiers français étaient épargnés par les foudres de Donald Trump. Au contraire, ils avaient pu bénéficier des mauvaises relations entre les États-Unis et le Mexique, la Chine... Mais deux affaires ont changé la donne. L'affaire Boeing-Airbus a conduit les États-Unis à mettre en place des taxes à l'importation de vins et spiritueux français et de fromages italiens, et de fromages export d'Europe du Nord (Irlande, Danemark, Pays-Bas, Allemagne), effectives depuis novembre dernier. « L'effet est important, puisque les exportations des produits visés ont quasiment été réduites à zéro », commente Gérard Calbrix, économiste à Atla. Pour février, les États-Unis prévoient de changer la liste des produits visés, et les produits laitiers français sont dans le viseur. « Les États-Unis sont notre premier client parmi les pays tiers, avec environ 25 000 tonnes de fromages exportées (200 millions d'euros) sur les 116 000 tonnes exportées sur pays tiers », situe Benoît Rouyer, économiste au Cniel.

Les USA refusent la taxation des Gafa

La seconde affaire ne concerne que la France. Il s'agit des Gafa (acronyme désignant Google, Amazon, Facebook et Apple) que la France a décidé de taxer. Donald Trump menace d'appliquer des mesures de rétorsions avec des taxes de 100 %, et les produits laitiers sont cités. Un espoir de sursis est cependant arrivé le 19 janvier dernier. Emmanuel Macron et Donald Trump se seraient mis d'accord pour prolonger jusqu'à la fin de l'année les discussions sur la taxation des géants du numérique. Cet accord reporterait le projet des États-Unis d'imposer des mesures de rétorsion visant notamment le champagne et certains fromages français.

"Et si les Etats-Unis finissent par appliquer des mesures de rétorsions, « nous verrons si les produits laitiers sont finalement retenus, et quel niveau de taxe sera appliqué. Les Américains appliqueront peut-être un pourcentage moins élevé s'ils veulent quand même que des produits rentrent sur leur territoire et alimentent les caisses de l'État », commente Benoît Rouyer. Par ailleurs, des économistes américains soulignent que les importateurs américains, et peut-être bientôt les consommateurs, font les frais des diverses taxes imposées par les États-Unis à la Chine et à l'UE.

Reste à voir quelles seront les mesures concrètes mises en œuvre, pendant combien de temps elles s'appliqueront, et quels effets elles auront sur les exportations françaises de produits laitiers.

Dans le même temps, le Congrès américain a voté l'accord commercial avec le Mexique et le Canada, qui a commencé à s'appliquer en 2019.

Les plus lus

Eleveur veau moins de quinze jours niche individuelle
Veaux laitiers : « Je ne connais ni les diarrhées ni les problèmes pulmonaires »

À la SCEA des vertes prairies, en Seine-Maritime, Nicolas Banville concentre ses efforts sur la préparation au vêlage et la…

Pièce de monnaie
Prix du lait : Sodiaal payera 485 €/1 000 l pour 2023 en conventionnel

En conférence de presse le 4 avril, Damien Lacombe, président de Sodiaal, a annoncé 14,4€/1000 litres de ristournes pour les…

Deux stalles de robot de traite GEA
Robot ou salle de traite, les indicateurs à calculer pour bien choisir

Les tensions sur la main-d’œuvre poussent de nombreux éleveurs à sauter le pas des robots de traite. Pourtant le retour sur…

veaux en igloo individuel
Les bons gestes pour des veaux laitiers en pleine forme dès la naissance

Il n’y a pas une seule et unique recette pour élever un veau. Ce qui est sûr, c’est que les premiers jours sont déterminants…

Éleveuse veaux pouponnière
« J’utilise zéro antibiotique pour élever mes veaux laitiers »

Dans les Côtes-d’Armor, le Gaec Restquelen enregistre 3,3 % de mortalité périnatale sur les quatorze derniers mois. Les…

Yohann Barbe, président de la FNPL élu le 8 avril 2024
Yohann Barbe, nouveau président de la FNPL : « Nous ne devons plus perdre ni litre de lait, ni actif pour le produire »

Yohann Barbe, éleveur dans les Vosges, a été élu président de la FNPL le 9 avril. Il livre sa feuille de route à Réussir Lait…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière