Aller au contenu principal

400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport

En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une commission d’enquête mise en place en juin 2020 devrait rendre ses conclusions d’ici fin janvier.

La 400ème vache morte. L’Earl du Lody déplore en moyenne une mortalité de bovin par semaine!
© Earl du Lody

Le 19 décembre, Didier et Murielle Potiron, de l’Earl du Lody, éleveurs laitiers à Puceul, ont posté sur facebook une photo d’une vache morte accompagnée du message «Merci les services de l’état. Merci la profession agricole. Merci les scientifiques. Merci la filière éolienne. Voici le 400ème bovin mort depuis 2012.» Tout a commencé en octobre 2012 avec l’installation entre Puceul et Nozay du parc éolien des Quatre seigneurs.  Des riverains et des éleveurs, en particulier l’Earl du Lody (85 VL) et sa voisine Céline Bouvet (80 VL) ont commencé à se plaindre de troubles divers: maux de tête et insomnies pour les habitants et, pour les vaches laitières, baisse de production, hausse des cellules, mammites, problèmes de fécondité, mortalités brutales, troubles du comportement (agitation, refus de traite, décrochage…). Les données du robot à l’Earl du Lody et celles du contrôle laitier chez Céline Bouvet ont confirmé ces problèmes. «Nous avons d’abord essayé différentes solutions avec des géobiologues, sans succès, indique Didier Potiron. Nous avons donc déposé plainte, ce qui a entraîné la mise en place d’un protocole GPSE (Groupement Permanent de Sécurité Electrique) qui a rendu son rapport en 2016

 Lire aussi: Ondes électromagnétiques: des éleveurs de l'Anast engagent des poursuites judiciaires

Le propriétaire du parc refuse la mise hors tension temporaire pour faire des tests

Le GPSE, qui associe la profession agricole et les opérateurs de l’énergie, intervient à la demande d’agriculteurs ayant des problèmes liés aux courants électriques. Le protocole mis en place sur les deux élevages a montré la «coïncidence chronologique» entre l’installation du parc et l’apparition des problèmes. «Mais nous n’avons pas trouvé d’explication, indique Arlette Laval, experte du GPSE. Les mesures n’ont jamais montré de tension anormale. Il aurait fallu poursuivre les analyses.» En 2017, une mise hors tension accidentelle des éoliennes pendant 4 jours a encore renforcé les suspicions. «Le robot a alors montré -43% de décrochages, +140% de passages en stalle et +2,7% de lait», indique Didier Potiron.

En 2019, les deux élevages ont réalisé la mise en conformité électrique de leurs installations. «Les problèmes ont continué, ce qui prouve qu’ils viennent de l’extérieur, soit des infra-sons, soit des ondes électro-magnétiques véhiculées par l’eau dans le sol.» En juin 2020, une commission d’enquête a été mandatée par les ministères de la Transition écologique et de l’agriculture pour auditionner tous les acteurs et faire la synthèse des études réalisées. Son rapport est attendu d’ici fin janvier.

"Depuis huit ans, rien n'a avancé"

En attendant, un protocole d’analyses complémentaires a été élaboré. «Il prévoit 3 semaines d’expertise, avec la mise hors tension des éoliennes pendant 7-10 jours», indique Céline Bouvet. Une audio-réunion organisée par la sous-préfecture était prévue le 16 décembre pour en discuter. Mais la veille, le représentant de KGAL, propriétaire du parc, a envoyé un mail signalant qu’il refusait la mise hors tension des éoliennes et rappelant que le parc «respecte les normes françaises d’installation». Les négociations seraient toujours en cours pour qu’il change sa décision.

«Depuis huit ans, rien n’a avancé, déplore Didier Potiron. Les problèmes continuent, sans aucune indemnisation.» Les éleveurs attendent donc le rapport de la commission d’enquête en espérant qu’il puisse faire avancer le dossier. Une délocalisation des exploitations est aussi envisagée. «Mais qui paiera?» se demande Didier Potiron. Céline Bouvet, quant à elle, se dit trop découragée pour tout recommencer ailleurs. L’Anast (Animaux Sous Tension), association regroupant des éleveurs victimes de troubles liés selon eux aux ondes électromagnétiques émises par des lignes haute tension, transformateurs, antennes relais, éoliennes… organise une conférence de presse le 20 janvier à 11 h sur l’exploitation de l’Earl du Lody.

A voir aussi : En finir avec les courants parasites

                       Les galères d'une ligne à haute tension

                       Plus de 400 cas en 8 ans : en Loire Atlantique des éleveurs accusent des éoliennes de tuer leurs vaches

 

 

 

 

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Brexit : qu’est-ce qui change pour l'agriculture ?
Entre le Royaume-Uni et l’Union européenne à 27, le pire n’est pas arrivé. Il n’y a ni droits de douane ni contingents sur les…
Plan protéines : les aides à l’équipement victimes de leur succès
Grandes Cultures
En 48 heures, FranceAgriMer a enregistré 4 000 dossiers de demandes de subventions pour l’aide à l’investissement matériel dans…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière