Aller au contenu principal

Les signaux des marchés sont au vert

Le ralentissement de la collecte européenne a réduit en premier lieu les fabrications de beurre et poudre maigre au premier trimestre.  © C. Pruilh
Le ralentissement de la collecte européenne a réduit en premier lieu les fabrications de beurre et poudre maigre au premier trimestre.
© C. Pruilh

Les prix de la poudre de lait écrémé, de lactosérum et du beurre ont progressé depuis le début de l'année, et les prix se tenaient encore à la mi-mai. La faible croissance de la collecte des cinq principaux exportateurs (environ +1,6 % par rapport à mars 2020, +1,2 % en février et +0,9 % en janvier) et la demande mondiale toujours dynamique expliquent cette situation de légère tension. La progression des cinq bassins exportateurs est essentiellement alimentée par les Etats-Unis et la Nouvelle-Zélande (météo favorable et prix incitatif), et l'Argentine.  

La collecte européenne se reprend

La collecte européenne, en baisse en janvier et février, est estimée en légère hausse en mars (+0,5 %) par rapport à mars 2020, selon l'Institut de l'élevage. L'envolée de la collecte irlandaise (+13,5 %/2020 en mars) et la hausse en Pologne (+1,7 %) permettent cette évolution malgré la baisse des collectes française (-1,4 %), allemande (-1,1 %) et néerlandaise (-0,7 %). Les derniers chiffres de fin avril-début mai montrent une reprise de la collecte française qui rejoint son niveau 2020. Aux Pays-Bas, le prix garanti de FrieslandCampina ne cesse de progresser. Il est annoncé à 375 € pour mai, et pourrait entraîner une hausse de la collecte. Le prix du lait d'accompte d'Arla foods est aussi en hausse sur avril et mai (327,90 €).

Pour les prochains mois, l'Institut de l'élevage estime que, sauf événement exceptionnel, les cotations beurre poudre devraient se tenir, voire même augmenter pour la poudre de lait écrémé. Dans les prochains mois, le repli de production saisonnier océanien et européen devrait en effet se renforcer. Malgré la force de frappe des USA - fabrications dynamiques et stocks conséquents - les prix pourraient se tenir.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jérôme et Céline Humbert et leurs trois filles Florine, Alix et Olympe. « Notre vie privée et notre vie professionnelle ne sont pas séparées, et cela nous convient bien. » © A. Conté
Le choix de Céline d’abandonner son métier d’institutrice pour les vaches laitières est payant !
En Meurthe-et-Moselle, Céline et Jérôme Humbert ont réussi à mettre en place un système robotisé qui leur permet de produire à…
Les cours de la poudre de lait écrémé se sont stabilisés à des niveaux élevés ; environ 2500 €/t.  © Regilait
Le prix du lait 2021 sera en hausse

Face à la hausse des charges, l'impatience est palpable. La FNPL rappelle que l'an dernier, les…

Sébastien Bonnevialle et Jordan Logier (à gauche), son salarié et futur associé, qui va s’engager dans un stage parrainage de sept mois tout en menant les démarches d’installation. © B. Griffoul
« Notre élevage laitier peut sortir un deuxième revenu avec la même structure »
Après avoir longtemps exploité seul, Sébastien Bonnevialle, en Haute-Loire, projette de s’associer avec son salarié. Si les…
Florent Charpentier. « J’ai vu rapidement des résultats palpables en gérant mieux les vaches taries. » © F. Charpentier
Vaches taries : « Même des choses simples m’ont permis vite de progresser »
En Meurthe-et-Moselle, Florent Charpentier a adopté de nouvelles pratiques pour ses vaches taries depuis quelques mois, sans gros…
Remise symbolique des primes 2020 aux éleveurs laitiers Merci!  © Agromousquetaires
Les éleveurs laitiers Merci ! ont touché une prime de plus de 1,9 million d'euros
Intermarché et Agromousquetaires ont annoncé avoir versé pour l'année 2020 une prime de 1,8 million d'euros aux 257 éleveurs…
La technologie de Zelp est encore en test dans les centres de recherche de Cargill notamment.  © Zelp
Un "masque" pour réduire les émissions de méthane des vaches
C'est plutôt un licol que Cargill et Zelp développent, avec une technologie d'oxydation du méthane rejeté lors de l'expiration…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière