Aller au contenu principal

Les États-Unis ont un potentiel pour augmenter leur production laitière

Les exportations souffrent de la politique commerciale américaine. Mais les Américains tablent sur une hausse de la production à horizon 2022.

Frédéric Courleux, Agriculture et stratégie
Frédéric Courleux, Agriculture et stratégie : "L'UE pourrait faire les frais d'une politique américaine plus offensive à l'export."
© C. Pruilh

" Les Américains prédisent une hausse de la production laitière à horizon 2022, et une hausse des exportations ", indiquait Benoît Baron, de l'Institut de l'élevage, lors de la Journée des marchés mondiaux du lait, organisée en juin dernier. " Exporter est une nécessité, car leur demande intérieure ne progresse plus comme auparavant. "

Pourtant, les marchés laitiers américains ne sont pas au beau fixe. En 2018, les exportations ont certes progressé de 10 % en volume, mais la progression en valeur n'a été que de 2 %. " La guerre commerciale avec la Chine a fait dégringoler les exportations vers ce pays de 43 % entre juillet 2018, date d'application des nouveaux droits de douane, et mars 2019 ", décrit Benoît Baron.

Un système d'aide aux éleveurs qui se renforce

La collecte ne progresse plus depuis le début de l'année, du fait d'un manque de rentabilité de la production. En 2018, la marge sur coût alimentaire était l'une des plus faibles des cinq dernières années.

Mais, depuis janvier, le prix du lait remonte et la marge alimentaire aussi, ce qui pourrait relancer la production dans les prochains mois.

Selon Frédéric Courleux, agroéconomiste à Agriculture et stratégies, les États-Unis se préparent à un nouvel assaut des marchés mondiaux. " Le programme d'aide contracyclique de la marge laitière a été renforcé. La prime d'engagement pour couvrir la marge laitière de l'éleveur a été baissée, et les éleveurs peuvent se garantir une marge plus élevée qu'auparavant. Le système est plus intéressant pour les fermes de moins de 215 vaches." Ainsi, " les éleveurs américains n'ont pas d'autres limites que leur motivation pour augmenter la production laitière : pas de contrainte de surface, de main-d'œuvre ou de pression environnementale ".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Les quatre associés du Gaec Ferme du plateau. © B. Griffoul
Changement climatique : Un bâtiment pour 120 vaches poreux sur toutes ses faces
Au Gaec Ferme du plateau, dans la Loire, toutes les façades de la stabulation, située sur un site venté, laissent passer l’air et…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière