Aller au contenu principal
Font Size

Les États-Unis ont un potentiel pour augmenter leur production laitière

Les exportations souffrent de la politique commerciale américaine. Mais les Américains tablent sur une hausse de la production à horizon 2022.

Frédéric Courleux, Agriculture et stratégie
Frédéric Courleux, Agriculture et stratégie : "L'UE pourrait faire les frais d'une politique américaine plus offensive à l'export."
© C. Pruilh

" Les Américains prédisent une hausse de la production laitière à horizon 2022, et une hausse des exportations ", indiquait Benoît Baron, de l'Institut de l'élevage, lors de la Journée des marchés mondiaux du lait, organisée en juin dernier. " Exporter est une nécessité, car leur demande intérieure ne progresse plus comme auparavant. "

Pourtant, les marchés laitiers américains ne sont pas au beau fixe. En 2018, les exportations ont certes progressé de 10 % en volume, mais la progression en valeur n'a été que de 2 %. " La guerre commerciale avec la Chine a fait dégringoler les exportations vers ce pays de 43 % entre juillet 2018, date d'application des nouveaux droits de douane, et mars 2019 ", décrit Benoît Baron.

Un système d'aide aux éleveurs qui se renforce

La collecte ne progresse plus depuis le début de l'année, du fait d'un manque de rentabilité de la production. En 2018, la marge sur coût alimentaire était l'une des plus faibles des cinq dernières années.

Mais, depuis janvier, le prix du lait remonte et la marge alimentaire aussi, ce qui pourrait relancer la production dans les prochains mois.

Selon Frédéric Courleux, agroéconomiste à Agriculture et stratégies, les États-Unis se préparent à un nouvel assaut des marchés mondiaux. " Le programme d'aide contracyclique de la marge laitière a été renforcé. La prime d'engagement pour couvrir la marge laitière de l'éleveur a été baissée, et les éleveurs peuvent se garantir une marge plus élevée qu'auparavant. Le système est plus intéressant pour les fermes de moins de 215 vaches." Ainsi, " les éleveurs américains n'ont pas d'autres limites que leur motivation pour augmenter la production laitière : pas de contrainte de surface, de main-d'œuvre ou de pression environnementale ".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Quentin Velut avec Galaxie élue « Vache de l’année 2019 ». Âgée de 8 ans, elle a produit plus de 82 000 kg de lait en six lactations (44,1 de TB, 34,1 de TP) et sans cellules (46 000) et vient de revêler. © E. Bignon
Quentin Velut sait faire vieillir ses vaches
L’EARL du Petit Ramard, dans le Rhône, s’est fait remarquer en décrochant le prix du meilleur éleveur Prim’Holstein et de la…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière