Aller au contenu principal

Les éleveurs Triballat ont tenu leur pari de baisse des livraisons laitières

Les 49 exploitations laitières bio adhérentes de l'OP Lait bio Seine et Loire, livrant Triballat Noyal, ont tenu leur pari de mettre en place un programme pour réduire les livraisons de lait sur avril et mai.

logo de l'OP lait bio Seine et Loire
© OP lait bio Seine et Loire

En accord avec la laiterie Triballat Noyal, qui collecte en Bretagne et en Normandie du lait bio, l'OP Lait bio Seine et Loire a mis en place un dispositif de réduction des volumes sur avril et mai 2020. "Notre dispositif tient compte des dynamiques en cours sur les fermes adhérentes." L'objectif de la laiterie et de l'OP était une baisse globale des livraisons (mutualisées entre les adhérents) de -2,5% en moyenne sur avril et mai, par rapport à la même période de 2019.

Une baisse de -6,4% de livraisons sur avril et mai

Au final, les livraisons ont effectivement baissé, de -6,4% en moyenne sur les deux mois, par rapport à avril et mai 2019. "Les adhérents de l'OP ont donc largement rempli le contrat, et ils n'envisagent pas d'autre issue que le maintien de la grille de prix prévisionnelle pour l'année 2020, négociée le 12 février dernier", pointe l'OP.

Triballat Noyal affiche sa volonté de maintenir la grille prévisionnelle sur le second semestre, mais reste prudente. Les adhérents de l'OP espèrent que la valorisation des produits laitiers bio reste positive dans les prochains mois.

Cette grille prévoie, en Bretagne, un prix de base moyen de 450 euros/1000 l pour le premier semestre (validé), et de 490 €/1000 l pour le second semestre (pas encore validé), soit un prix de base moyen prévu de 470 €/1000 l pour 2020. "Ce qui représenterait une hausse de 5 € par rapport à 2019. A cela s'ajoute une hausse du paiement de la matière grasse, qui est passé de 3,6 €/g à 5 €, depuis janvier dernier", ajoute Ivan Sachet, animateur de l'OP.

Un effet du confinement défavorable pour Triballat Noyal

La laiterie Triballat Noyal a en effet été particulièrement touchée par la crise liée au Covid-19. Elle avait en effet développé ses ventes en restauration hors domicile (RHD), restauration commerciale et collective. D'autre part, la laiterie doit faire face chaque année à un problème de valorisation de la protéine issue de la fabrication du beurre, exacerbé par les difficultés liées au confinement et par collecte de printemps qui s'annonçait particulièrement élevée.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
Bruno Calle, éleveur. « Le méthaniseur est alimenté avec 60 % d'effluents et 15 % de produits d'exploitation et 25 % de produits extérieurs. » © V. Bargain
Méthanisation:« Grâce aux digestats, nous avons supprimé la quasi-totalité de l’ammonitrate »
Au Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan. Grâce à une gestion très fine des digestats, l’exploitation n’…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
« La certification HVE a été pour nous une reconnaissance du travail réalisé sur l’exploitation » soulignent les trois associés du Gaec. © V. Bargain
Le Gaec Moulins de Kerrolet est l'une des premières exploitations laitières certifiées HVE
Le Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan, est l'une des premières exploitations laitières à obtenir la certification Haute…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière