Aller au contenu principal

Exploitations laitières
Les charges de structure pèsent de plus en plus lourd

Seule l´augmentation régulière de productivité entre 1990 et 2001 a permis de sauver le revenu des exploitations en euros constants.


A la veille de l´application d´une nouvelle Pac, l´Institut de l´élevage(1) a analysé l´évolution des performances économiques des exploitations laitières sur une décennie (1990-2001). Et s´est penché sur le coût de production qui représente 80 % de la valeur du produit. Sa progression est due avant tout à l´augmentation des charges de structure, dont les prix ont augmenté, et de façon plus ponctuelle par les volumes. C´est le cas du poste mécanisation, qui représente à lui seul 29 % du coût de production. « La croissance des équipements matériels et bâtiments a été la contrepartie de la croissance des exploitations et des mises aux normes des bâtiments », analysent les auteurs de l´étude.
Les charges opérationnelles ont été relativement stables. Si les volumes de semences et phytos ont augmenté, les volumes d´engrais ont baissé. Ce sont les frais d´élevage qui ont été le plus orientés à la hausse. L´étude présente aussi la structure du coût de production selon six systèmes(2), trois de plaine et trois de montagne, sur une moyenne de trois ans (97-98-99).
Répartition des coûts de production : mécanisation et aliments en tête.

Globalement, ce n´est pas une surprise, les coûts totaux par équivalent hectolitre(3) sont plus élevés en montagne qu´en plaine. Ceci est dû essentiellement aux coûts structurels, mais aussi aux achats d´aliment et des frais d´élevage. A noter que les écarts entre les trois systèmes montagnards sont importants. Le coût le plus élevé est atteint par le système herbager des montagnes de l´Est, suivi par le système maïs de Piémont. Le système herbager du Massif central obtient un niveau de coût proche des deux systèmes de plaine avec maïs, le plus économe étant le système herbager de plaine. Mais si l´on regarde le revenu par équivalent hectolitre, la hiérarchie est modifiée. La bonne valorisation AOC des montagnes de l´Est et les aides compensatrices de handicap le font passer en tête. Enfin, « seule l´augmentation régulière de productivité entre 1990 et 2001 a permis de sauvegarder le revenu des exploitations en euros constants, malgré un revenu par équivalent hectolitre inférieur de 10 à 20 % à son niveau de 1990 », concluent les auteurs. Celui-ci oscille entre 6,2 et 8,70 euros suivant les systèmes.



Le dossier Economie de l´Elevage : « le coût de production du lait en France » - mars 2004 - département Economie de l´Institut de l´Elevage (GEB)
(1) l´étude utilise les données du RICA, des réseaux d´élevage et des indices de prix moyens de production de l´Insee.
(2) 53 000 exploitations en 2001
(3) les réformes, les veaux, les autres productions, les aides. sont transformés en équivalents hectolitres à partir du prix du lait de l´exploitation.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
 © A. Courcoul
« Nous avons testé des matelas à eau pour nos vaches »
Gérard et Amélie Courcoul, en Gaec en Loire-Alantique, ont équipé leurs 200 logettes de matelas à eau, depuis mars 2019.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière