Aller au contenu principal

Les bases de l’alimentation du veau

Des erreurs sont souvent commises dans l’alimentation des veaux. Voici quelques règles de base, préconisées par Eric Hoeltgen (Alfalor) lors des journées GTV(1) en mai dernier.

UNE ERREUR
CLASSIQUE
est de réserver
le meilleur
foin (avec
peu de fibres,
riche en
protéines)
pour les petits
veaux.
UNE ERREUR
CLASSIQUE
est de réserver
le meilleur
foin (avec
peu de fibres,
riche en
protéines)
pour les petits
veaux.
© S. Roupnel

«Le veau est la clé de réussite de l’élevage. On a six mois pour réussir. Il doit pouvoir construire son squelette, ses muscles et lutter contre le milieu », rappelle Eric Hoeltgen, gérant de la société Alfalor, spécialisée depuis dix ans dans l’alimentation des ruminants en collaboration avec le groupe de vétérinaires 5mVet&NBVC.


« Il existe différentes écoles et méthodes », reconnaît-il. Le bon sens doit, selon lui, prévaloir. Voici quelques-uns de ses repères, avec un zoom sur les erreurs qu’il a souvent observées en élevage.


Alimentation lactée : attention à l’apport de lactose


L’étape fondamentale est la prise colostrale en qualité et en quantité. Pour ne pas trop se compliquer la vie, en particulier dans les grands troupeaux, voici la règle qu’il propose : laisser la mère lécher le veau (ce qui permet la socialisation et l’ensemencement digestif), l’enlever et lui faire prendre 4 litres de colostrum au biberon lors de la traite suivante. Tant pis si l’optimum (2 litres à la naissance puis 2 litres 10 h plus tard) n’est pas respecté : si tous les veaux ont 4 litres de colostrum même 5 heures après la naissance, c’est l’essentiel.


Pour le lait en poudre, ses repères sont les suivants: 150 g de poudre pour 1 litre d’eau avec une température de reconstitution à 45 °C et une température de distribution à 40 °C.


Il est essentiel, selon lui, de veiller à ce que l’apport de lactose (source d’énergie utilisable par le jeune veau) soit suffisant de façon à avoir une glycémie élevée (supérieure à 45 mmol/l) et un veau qui digère bien. Il recommande pour cette raison d’utiliser un aliment avec 50 % de poudre écrémée avec un maximum de 5 % de babeurre. Et il conseille de ne pas donner aux veaux le lait de vaches à mammites, car la première modification de composition dans le lait mammiteux est une chute de lactose.


Le lait doit être parfaitement homogénéisé (le « taxi à lait » - bidon en inox contenant un mélangeur et pouvant aussi chauffer le lait entier - est un bon compromis).


Ce n’est pas la peine de « gaver » le veau avec 8-9 litres de lait : on doit plafonner les quantités à 5-6 litres pour développer la caillette.


Quand il fait froid, il faut augmenter la quantité de lait, mais pas au-delà de 6 litres, ainsi que la concentration en poudre (à 160-180 g/l) pour augmenter l’apport de lactose.


Les erreurs les plus courantes sont : du lait froid, des horaires irréguliers, pas de transitions entre laits, du lait à mammite, du lait dilué dans l’eau, du lait en poudre déconcentré, du lait très riche en matière grasse (plus de 44 %), des seaux non lavés.


Concentrés : pas de céréales aplaties trop tôt


Le concentré doit être mis à disposition dès les premiers jours de vie (avec de l’eau propre, du fourrage et du sel). Eric Hoeltgen dénonce l’idée reçue selon laquelle « c’est la protéine qui donne la diarrhée, il ne faut pas dépasser 18 MAT ». Aux États-Unis et au Canada, les éleveurs travaillent avec des concentrés à 22 % MAT. Pour lui, c’est la qualité de la protéine qui est essentielle (soja, soja tanné, tourteau de lin).


Les céréales doivent être distribuées entières au jeune veau (avoine, épautre…). Après 3 mois, quand le veau est « équipé », elles peuvent être aplaties ou broyées. Il préconise des amidons lents ; le veau n’a pas assez d’enzymes pour digérer le blé, affirme-t-il. Pas besoin de nourrir les parasites de l’intestin du veau (cryptosporidies, coccidies)! Il déconseille fortement le triticale (à cause de la teneur élevée en ergostérol, néfaste pour les protozoaires de la panse).


L’apport de sel (sodium) et de minéraux enrichis en oligoéléments et vitamines est très important. Attention en particulier à l’apport en cuivre au démarrage (15 mg minimum) car beaucoup d’enzymes de digestion du lait sont dépendantes du cuivre.


Fourrages : recherchez l’effet mécanique


Le veau n’est pas un ruminant. Une erreur classique est de réserver le meilleur foin (avec peu de fibres, riche en protéines) pour les petits veaux. Le fourrage sert à muscler le rumen: c’est l’effet mécanique qui compte et non la valeur alimentaire.


Il recommande une paille ou un foin grossier, pas d’ensilage ni d’enrubanné (car les veaux sont peu armés pour neutraliser les acides d’origine digestive).


Plus vite on fait manger du fourrage à un veau, mieux c’est. Il doit être renouvelé tous les jours, et accessible (à 65-75 cm de hauteur et des barreaux espacés de 12 à 15 cm). Pas de ratelier à moutons pour les veaux ! Ni d’abreuvoirs à palette au sevrage, le veau ne sait pas s’en servir.


(1) Groupements techniques vétérinaires

Prenez la température


La température des veaux est un repère applicable dans les grands troupeaux, relativement facile à systématiser. Un veau qui va bien a une température de 39-39,5 °C quelle que soit la température extérieure. Quand sa glycémie chute, qu’il n’a pas eu son colostrum… elle descend à 37-38 °C.


Contrôlez les quantités distribuées au DAL


Attention à la taille de la tétine, ainsi qu’à la hauteur de la stalle et de la tétine ; le veau ne boit pas la tête en bas !


Le DAL doit être mis à la terre (pour éviter les courants parasites), propre (nettoyage quotidien) et il est indispensable de contrôler les quantités distribuées. Pour cela il suffit de programmer un collier, le passer devant la louve, récupérer la quantité de la buvée et la peser. Il n’est pas rare qu’il coule 650 g de lait au lieu des 500 g attendus. On se retrouve alors avec un lait déconcentré (sur une buvée de 5 litres, cela revient à faire boire au veau 1,5 litre d’eau !).


Pensez à contrôler les volumes d’eau et pas seulement la poudre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
[Contenu partenaire] Fullwood Packo - « Nous avons installé deux robots dans un bâtiment de 1979 sans tout casser »
Le GAEC de la Fonderie (Vosges) a robotisé sa traite grâce à Fullwood Packo. Avec seulement 90 vaches pour deux robots M2…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière