Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

L'équilibre des marchés laitiers semble fragile

Malgré l'écoulement des stocks de poudres européennes, le cours de la poudre de lait écrémé ne s'envole pas. Le beurre baisse à nouveau.

A la mi-mars, nul ne savait si le Brexit aurait lieu avec ou sans accord et quand. Difficile donc de prédire son impact sur l'équilibre des marchés. Autre incertitude majeure, l'état des relations diplomatiques entre les États-Unis, la Chine, l'Union européenne... Et enfin, les éventuels aléas climatiques à venir.

Ce qui était certain, c'est que les cours de la poudre de lait écrémé avait repris un peu du poil de la bête pour atteindre 2000 €/t en janvier et février, grâce à une demande internationale forte et au destockage des poudres européennes. Par contre, les cours du beurre ont monté puis descendu, même s'ils restent à plus de 4000 €/t . Au final, "ce n'est pas extraordinaire. Le prix du lait valorisé en beurre poudres ressort à un peu plus de 300 €/1000 l", note Gérard You, de l'Institut de l'élevage. Et début mars, les cotations françaises affichaient un léger repli. Il faut le temps que le marché absorbe les poudres destockées, et les États-Unis ont un stock de 125 000 t de poudres de lait. Pour le beurre, les opérateurs sont couverts et anticipent de plus grandes disponibilités grâce à une collecte européenne qui s'annonce tonique.

La collecte européenne s'apprête à décoller

Autre certitude, la collecte européenne commençait à repartir début mars, à la faveur de sorties à l'herbe précoces. Fin février, la collecte allemande n'était plus sous celle de l'an passé. En France, la collecte affichait +0,3% début mars par rapport à la même période 2018. La Pologne n'a jamais arrêté sa progression. "Si les conditions climatiques restent bonnes tout ce printemps, la collecte européenne pourrait au moins égaler celle de 2018 au 1er semestre", estime l'Institut de l'élevage.

Les stocks de fromages ont grossi en 2018 et sont importants (611 000 taux États-Unis, 400 000 t dans l'UE). Ils pourraient peser sur les marchés si la demande n'est pas au rendez-vous. Mais l'Institut de l'élevage estime que la demande internationale pourrait demeurer bien orientée même si la croissance économique mondiale s'annonce moins forte qu'en 2018.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Vous aimerez aussi

Vignette
Produits laitiers : la consommation des ménages baisse en volume mais croît en valeur

Les achats de produits de grande consommation (PGC) par les ménages allemands et français ont diminué…

Vignette
Le prix du lait de janvier 2019 à travers le monde

Le sondage des prix du lait…

Vignette
[VIDEO] Signaux positifs sur les marchés laitiers en février 2019
Les marchés laitiers de ce début d'année sont plus équilibrés qu'en 2017 et 2018. Mais nul de ne peut prédire comment s'opèrera…
Vignette
Le prix du lait de décembre 2018 à travers le monde

Le sondage des prix du lait réalisé par LTO Nederland et European dairy farmers donne un prix moyen sur les pays européens…

Vignette
Prix du lait : l’Allemagne fait-elle mieux que la France ?
Avec ses laits sous signe de qualité, la France a un léger avantage. En conventionnel, l’Allemagne paye peut-être un peu mieux.
Vignette
Marchés du lait : 3 bonnes nouvelles, mais...

Les marchés laitiers apportent quelques bonnes nouvelles en ce début d'année 2019, selon Stefan Nether…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière