Aller au contenu principal

L'équilibre des marchés laitiers semble fragile

Malgré l'écoulement des stocks de poudres européennes, le cours de la poudre de lait écrémé ne s'envole pas. Le beurre baisse à nouveau.

Les opérateurs semblent anticiper une bonne reprise de la collecte européenne à la faveur d'un printemps qui s'annonce précoce.
© J. Chabanne

A la mi-mars, nul ne savait si le Brexit aurait lieu avec ou sans accord et quand. Difficile donc de prédire son impact sur l'équilibre des marchés. Autre incertitude majeure, l'état des relations diplomatiques entre les États-Unis, la Chine, l'Union européenne... Et enfin, les éventuels aléas climatiques à venir.

Ce qui était certain, c'est que les cours de la poudre de lait écrémé avait repris un peu du poil de la bête pour atteindre 2000 €/t en janvier et février, grâce à une demande internationale forte et au destockage des poudres européennes. Par contre, les cours du beurre ont monté puis descendu, même s'ils restent à plus de 4000 €/t . Au final, "ce n'est pas extraordinaire. Le prix du lait valorisé en beurre poudres ressort à un peu plus de 300 €/1000 l", note Gérard You, de l'Institut de l'élevage. Et début mars, les cotations françaises affichaient un léger repli. Il faut le temps que le marché absorbe les poudres destockées, et les États-Unis ont un stock de 125 000 t de poudres de lait. Pour le beurre, les opérateurs sont couverts et anticipent de plus grandes disponibilités grâce à une collecte européenne qui s'annonce tonique.

La collecte européenne s'apprête à décoller

Autre certitude, la collecte européenne commençait à repartir début mars, à la faveur de sorties à l'herbe précoces. Fin février, la collecte allemande n'était plus sous celle de l'an passé. En France, la collecte affichait +0,3% début mars par rapport à la même période 2018. La Pologne n'a jamais arrêté sa progression. "Si les conditions climatiques restent bonnes tout ce printemps, la collecte européenne pourrait au moins égaler celle de 2018 au 1er semestre", estime l'Institut de l'élevage.

Les stocks de fromages ont grossi en 2018 et sont importants (611 000 taux États-Unis, 400 000 t dans l'UE). Ils pourraient peser sur les marchés si la demande n'est pas au rendez-vous. Mais l'Institut de l'élevage estime que la demande internationale pourrait demeurer bien orientée même si la croissance économique mondiale s'annonce moins forte qu'en 2018.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Le Gaec a choisi le tapis du constructeur Geoffroy (Nièvre) car il proposait une auge en acier galvanisée alors que, pour les concurrents, il fallait la construire. Elle est posée sur une dalle en béton. © CA 15
Dans le Cantal : un tapis d’alimentation pour gagner de la place dans la stabulation
Dans ce bâtiment rénové, le remplacement d’une table d’alimentation par un tapis d’affourragement a permis de doubler le nombre…
« Au nom de la Terre » : pendant le tournage, le robot de traite a continué à tourner
Portail réussir
Le temps du tournage du film « Au nom de la Terre », sorti il y a un an, la ferme de la Touche, à Saint-Pierre-sur Orthe en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière