Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le virus Covid-19 perturbe les marchés laitiers

Les restrictions de circulation des personnes et des marchandises en Chine ont un impact sur l'économie mondiale.

À la mi-février, la progression du virus semblait faiblir.  © Gerd Altmann - Pixabay
© Gerd Altmann - Pixabay

La grande question est : jusqu'à quand les mesures de quarantaine et de restrictions de circulation vont-elles durer en Chine ? Hong Kong, Singapour, le Japon, la Corée du sud, l'Italie... sont aussi directement touchés avec des personnes malades, des vols annulés, et un impact certain sur l'économie.  Et dans le monde entier, l'épidémie de coronavirus à des répercussions pour les partenaires économiques de la Chine.

La demande mondiale de produits laitiers pourrait être affectée si la croissance de l'économie mondiale, déjà plutôt faible, vacille.

Mi-février, les cotations néo-zélandaises, néerlandaises et allemandes amorçaient déjà une petite baisse pour les poudres de lait. Les cotations françaises Atla baissaient de 50 €/t à 2620 €/t pour la poudre de lait écrémé sur la semaine s'achevant le 16 février.

En Chine, « il y a une baisse de la consommation hors foyer (RHF), car il y a moins de touristes, moins de déplacements professionnels, des établissements qui ferment (Starbucks, McDonald's par exemple). La consommation de lait liquide, beurre, crème, fromage et yaourt est donc forcément touchée, expose Jean-Marc Chaumet, de l'Institut de l'élevage. Les achats au détail et sur internet seraient moins exposés, pour les produits de nécessité, comme du lait infantile. »

Hausse ou baisse des importations chinoises

Ainsi, les importations de produits destinés à la RHF seront affectées. Par contre, pour les autres produits, le gouvernement chinois a appelé à une hausse des importations pour éviter les pénuries alimentaires. « Mais dans les faits, de nombreux containers sont bloqués dans les ports chinois, ou dans les bateaux qui ne peuvent pas accoster. Et même quand ils franchissent la douane, il est compliqué de faire circuler les marchandises. Du coup, certains exportateurs français freinent l'embarcation de marchandises pour la Chine », rapporte Gérard Calbrix, d'Atla.

Chiffres clés

Les enchères du 18 février du Global Dairy Trade en Nouvelle-Zélande font état d'une baisse des cotations pour la poudre de lait écrémé (-2,6 %) et pour la poudre grasse (-2,6 %), à 2 840 dollars et 2 966 dollars la tonne. Déjà, les cotations avaient baissé lors des enchères du 4 février. Soit une baisse de 196 dollars pour la poudre de lait écrémé, et de 267 dollars pour la poudre grasse depuis le point haut atteint lors des enchères du 21 janvier dernier. 

Coup dur pour la production chinoise

La province de Hubei, la plus touchée par le virus Covid-19, ne pèse que 0,5 % de la collecte nationale. « Mais les blocages routiers concernent d'autres provinces chinoises. Un certain nombre d'élevages ne sont pas livrés en aliment du bétail, et les livraisons de lait peuvent être interrompues », relate Jean-Marc Chaumet, de l'Institut de l'élevage. La baisse de la consommation engendre des excédents laitiers chez les transformateurs. « Ils fabriquent du lait UHT et des poudres grasses pour stocker le lait et le réhydrater plus tard. Les stocks grossissent car la poudre chinoise est trop chère pour être vendue. » Certains industriels chinois ont annoncé des baisses de prix du lait. Cela va porter un coup dur aux élevages. En 2019, le prix du lait, très haut (environ 500 €/1 000 l), avait tiré la production à 32 millions de tonnes et encouragé des créations d'élevages.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Loren Duhameau. « Pour faire ce métier, il faut vraiment être mordu. Il y a des jours où j’ai envie de tout arrêter. Mais tant que j’ai du soutien, ça va. » © J. Pertriaux
« Les femmes ont autant leur place que les hommes ! »
À Caligny dans l’Orne, Loren Duhameau s’est installée en individuel à 25 ans. Une installation précipitée par des circonstances…
Michel Nalet, directeur général relations externes et communication du Groupe Lactalis
Lactalis : "La crise liée au Covid-19 nous fait craindre une baisse de la valorisation du lait à moyen terme"
Michel Nalet, du groupe Lactalis, craint l'effet du gonflement des stocks de poudre, beurre et fromage. Et l'…
L'élevage de 380 vaches de Henning Münster,  380 vaches dans le Schleswig-Holstein. © Élevage Münster
Allemagne : prix du lait à 280 à 300 €/1 000 l dès mai ?
Avril n’est que le début de la crise. En Allemagne, les perspectives de prix du lait à six mois ne sont guère enthousiasmantes.
Faneuse et andaineur : les bons réglages pour un bon fourrage
Machinisme
La qualité des fourrages secs ou ensilés dépend bien sûr du niveau de maturité de l’herbe, des espèces présentes dans la parcelle…
 © F. Mechekour
Trois caméras dans la désileuse pour plus de sécurité et de confort
Chez Gilbert Lucas, dans le Pas-de-Calais. La vie et la santé n’ayant pas de prix, l’éleveur a décidé d'installer trois caméras…
Pour chaque alerte, l’appli soulève les questions à se poser pour remonter à la source du problème. © E. Bignon
Élevage : Remonter à l'origine des problèmes de santé grâce à l'appli gratuite Panse-Bêtes
Élaborée par l’Itab et divers partenaires, l’application Panse-Bêtes propose une check-list pour guider et aider les éleveurs et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière