Aller au contenu principal

Le Sud-Ouest cherche à structurer la bio

Laits 3 bio est le plan de sept partenaires pour développer en cohérence les filières laitières bio, la valorisation de la viande et la production d'aliment du bétail.

© Unicor

Développer et structurer la production laitière bio en vache, chèvre et brebis sur un large quart Sud-Ouest, mais aussi pour les céréales et protéagineux destinés à l'alimentation animale, ainsi que pour les viandes issues des cheptels laitiers ; tel est le projet Laits 3 bio de sept partenaires : Unicor, Sodiaal Union, Arcadie, Bergers du Larzac, Chèvres bio de France, chambre d'agriculture de l'Aveyron et Coop de France Midi-Pyrénées. "Initié en 2017 avec 240 éleveurs certifiés en agriculture biologique, Laits 3 bio ambitionne d'être un accélérateur de développement. L'objectif à trois ans est de rassembler 420 éleveurs inscrits dans la démarche", indiquent les partenaires.

Le projet a reçu le soutien financier de l'Agence bio via le fonds Avenir bio : plus de 400 000 euros d'aide sur un montant d'environ 795 000 euros sur trois ans. Cette enveloppe servira à animer des réunions sur la valorisation de la viande, les productions végétales, la nutrition, la santé animale. A soutenir une approche sanitaire globale des élevages. A mieux rémunérer la qualité du lait. A investir à la fromagerie Bergers du Larzac pour élargir la gamme. Enfin, l'enveloppe financera le travail pour améliorer la valorisation de la viande : établir des prévisionnels et des contrats avec de nouveaux clients pour des débouchés pérennes.

Objectif de 76 millions de litres de lait de vache en 2020

Le plan table sur un développement des trois filières laitières. Pour le lait de vache, la collecte passerait de 39,5 millions de litres de lait en 2017 à 76 millions en 2020. Pour la viande, "l'objectif est d'arriver à terme à transformer une dizaine de vaches et une cinquantaine d'ovins par semaine. Nous commençons à valoriser des vaches de réforme avec une entreprise qui cuisine des plats préparés. Quand il y aura plus de volumes, nous pourrons aller sur la filière steak haché surgelé."

Par ailleurs, "l'objectif est de doubler la collecte de céréales et de protéagineux bio (environ 600 t) assurée par la coopérative Unicor". Une usine d'aliments bio sera développée, via un investissement d'un million d'euros aidé par le Conseil régional Occitanie.

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Prix du lait : Sodiaal abandonne son prix B
À partir du 1er avril, le prix B disparaît chez Sodiaal. Un « prix unique » sera mis en place pour l’ensemble de la…
Alexis, 28 ans, et Cyril, 32 ans, avec leur père Didier Magnière, 61 ans. « Nous partageons une vraie passion pour la race Simmental et n’aimons pas trop faire du tracteur. »
« Nous avons remis à plat tout notre système de production laitier pour devenir autonomes »
En Côte-d’Or, le Gaec Magniere a repensé totalement son assolement et ses rotations. Il est devenu complètement autonome en…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière