Aller au contenu principal

Le Shredlage marque des points à Grignon

Deux essais de rations avec du maïs Shredlage ont été menés en 2018-2019 à la ferme expérimentale d’AgroParisTech à l'initiative de Claas France, détenteur de la marque.

© Claas

Le premier essai a été conduit pendant dix semaines sur deux lots de 30 vaches : un lot témoin « classic » et un lot « Shredlage ». Cette technologie , grâce à un éclateur particulier, permet de réaliser de l’ensilage avec des brins longs (jusqu’à 30 mm) déchiquetés dans le sens de la longueur, tout en éclatant parfaitement les grains.Les semis ont été réalisés avec la variété de maïs Pioneer P8888 (demi-précoce, denté-farineux, stay-green). Les longueurs de coupe des ensilages ont été adaptées aux teneurs en matière sèche élevées : 10-11 mm pour le classic à 38,5 % MS et 19-20 mm pour le Shredlage à 41 % MS.

Des essais sur dix semaines

Une ration différente a été utilisée pour le lot témoin et le lot Shredlage. L’objectif était « de coller à la réalité du terrain et d’optimiser la production laitière par vache », argumentent Pierre-Henri Pomport, responsable de l’expérimentation à Grignon, et Simon Badouard, de Claas France.

Avec ce parti pris de rations différentes, la production a été légèrement plus élevée pour l’ensilage classic : 32,4 l de lait contre 31,8 l. L’écart est réduit à 0,4 l en prenant en compte le taux butyreux qui est plus élevé pour le maïs Shredlage (42,9 g/l contre 41,4 g/l). En revanche, l’efficacité alimentaire a été améliorée dans le lot Shredlage de l’ordre de 4 %, les vaches ayant consommé 1 kg de matière sèche en moins. Ces tendances ont été confirmées dans un deuxième essai sur douze vaches ayant reçu alternativement les deux ensilages, sur dix semaines, avec des mesures individuelles des résultats.

Pour estimer l’impact économique, les résultats du deuxième essai ont été extrapolés sur une année à l’ensemble du troupeau (190 Holstein à 10 000 kg). Les simulations ont été réalisées à l’aide du logiciel PerfAgro développé à Grignon, avec un surcoût de 30 €/ha pour l’ensilage Shredlage. La marge sur coût alimentaire a été améliorée de 4 €/1 000 l avec le maïs Shredlage, et la marge nette de 5 560 € (+2,9 %). Un deuxième scénario à « volume de lait équivalent » conduit à une amélioration comparable.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Simon, Hadrien et Hugues Bellenguez. « L’adhésion au groupe lait de Simon lors de son installation, nous a permis de prendre rapidement conscience que nos charges étaient trop élevées. »
« Nous produisons deux fois plus de lait à moindre coût »
Au Gaec du Calvaire, dans le Pas-de-Calais. Grâce au groupe lait et au soutien de son père, Simon Bellenguez a réussi à produire…
441 000 vaches laitières pourraient disparaître d’ici 2030
441 000 vaches laitières pourraient disparaître d’ici 2030
Un flux de départ important, des installations en nombre insuffisant pour remplacer tous les départs, moins de croissance et de…
L’élevage de Renato Aceto, dans le Sud de l’Italie, envisage de traire plus de 1 000 vaches avec le concept de traite par lots VMS d’ici le printemps 2022.
DeLaval propose un nouveau concept pour la traite robotisée
Traire des lots de vaches à heures fixes avec des robots, tel est le principe du concept VMS Batch milking dédié à l’optimisation…
Michel Lacoste était éleveur laitier dans le Cantal et président du Cnaol
Décès de Michel Lacoste, président du Cnaol

Le Cnaol (AOP laitières), la FNPL ainsi que l’interprofession laitière annoncent, le 22 novembre, le décès de…

Collecte de lait par la Société laitière des Monts d'Auvergne chez les éleveurs du Massif du Sancy pour la fabrication de Saint-Nectaire AOP. Salarié de la laiterie chez l'éleveur près du camion, dans la cour de ferme. Industrie agroalimentaire.
Prix du lait en hausse et collecte en baisse en France en septembre
La hausse du prix du lait conventionnel ne suffit pas à couvrir toutes les hausses de charges. Le prix du lait bio recule pour le…
Les trois associés Philippe, Pierre-Louis et Damien. «On apportait du foin séché en grange depuis 2016, mais les résultats n'étaient pas ceux attendus.C'est l'apport d'eau qui a permis de valoriser la ration.»
« Nous couplons séchage en grange et méthanisation »
Dans les Côtes-d’Armor, l’EARL Dolo est passée d’un système basé sur l’ensilage d’herbe et de maïs au foin séché en grange pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière