Aller au contenu principal
Font Size

Le reblochon régule sa production

Un accord de régulation de l’offre de reblochon a été validé, en conformité avec les règles européennes. L’objectif est de préserver la qualité et la valeur ajoutée de ce fromage AOP.

La filière reblochon a adopté à l’unanimité les règles de régulation 
de l’offre. La production a désormais officiellement le droit d’être régulée.
La filière reblochon a adopté à l’unanimité les règles de régulation
de l’offre. La production a désormais officiellement le droit d’être régulée.
© A. Conté

Après le beaufort et le comté, c’est au tour du reblochon de se doter officiellement de règles de régulation de l’offre. L’accord de régulation mis en place par la filière a été rendu contraignant par l’arrêté ministériel du 22 avril 2014. « Notre objectif est d’éviter la constitution de stocks trop importants afin de maintenir une production régulière calquée sur la demande et de préserver ainsi une qualité optimale des fromages », explique Lucile Marton, directrice du syndicat interprofessionnel du reblochon. La filière est en effet confrontée à un décalage entre une consommation saisonnalisée, plus importante en automne et hiver, et une production qui est plus élevée sur le printemps et l’été. »
L’entrée en vigueur du « Paquet lait » en 2012 offre la possibilité aux filières AOP de réguler leur production en encadrant les volumes de fromages. « Au-delà de la problématique liée à la saisonnalité de la consommation, il était important pour la filière de se doter d’un cadre officiel de régulation pour se préparer à la sortie des quotas, décrit Lucile Marton. Les règles mises en place nous permettront de prévenir les crises de surproduction comme de pénurie. »


Un référence au printemps et une autre sur l’année


Concrètement, chaque fromagerie se voit attribuer deux références de production sous forme de plaques de caséine apposées sur les fromages. La première référence, appelée référence printemps, correspond au tonnage de fromages à ne pas dépasser au second trimestre. Elle se base sur une référence basse correspondant au tonnage réalisé sur la campagne précédente. « Pour ce printemps, la référence est fixée à 22 % de la référence basse. » Les opérateurs disposent aussi d’une référence année, basée sur une référence haute exprimant le potentiel de production total de l’atelier. Celle-ci correspond à un objectif maximal sur l’année. Pour la campagne laitière en cours, la référence année s’élève à 102,8 % de la référence haute. Les prédictions annoncées en début de campagne sont réévaluées en cours d’année selon les ventes et les stocks. « Les opérateurs gardent la possibilité de produire davantage de fromages si le marché est porteur, à la condition d’acheter des plaques supplémentaires à un tarif plus élevé (vingt fois leur prix habituel) ».
L’accord de régulation a été adopté à l’unanimité en assemblée générale en mars dernier. « Le consensus trouvé est largement partagé par la filière et la réflexion autour de ce processus a été amorcée il y a plus d’une dizaine d’années ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière