Aller au contenu principal

Le rachat du site de Carhaix est une bonne nouvelle

Sodiaal va gagner 3 à 4 ans dans son plan de développement... tout en soldant la dette de Synutra qui n'a pas su faire monter en puissance l'outil.

L'usine a une capacité de production de 60 000 à 80 000 tonnes selon les formules.
© A. Conté

Après un an de tractations, Sodiaal est parvenu à conclure le rachat de la partie séchage du site de Synutra dans le Finistère et faire évoluer le partenariat avec Synutra. La coopérative a repris depuis le 12 mars les activités de réception et de production de l’unité de séchage, le laboratoire et les contrats de travail des 180 salariés. Son partenaire chinois garde les activités de mélange et de conditionnement, son métier de base. Pour Damien Lacombe, président de Sodiaal, « ce rachat est une très bonne nouvelle pour les 20 000 producteurs de la coopérative, pas seulement les bretons. On avait le projet de construire une nouvelle unité infantile car nos sites de Montauban et Guingamp étaient à saturation. Il nous permet de gagner 3 à 4 ans et de monter en puissance sur les produits à forte valeur ajoutée».

Doubler la capacité de production

Environ la moitié de la production de poudre de lait infantile sera revendue à Synutra pour approvisionner son site de conditionnement. « Synutra est un client de longue date qui avait toujours payé ses factures, rassure-t-il. Il s’est heurté aux difficultés d’un développement industriel alors que ce n’était pas son métier de base. » L’autre moitié de la production du site permettra de doubler la capacité de production de Sodiaal, qui passera de 30 000 à 60 000 tonnes. Elle sera conditionnée sur le site de Doullens et commercialisée par sa filiale Nutribio. « Nous avons déjà largement des débouchés ", assure-t-il. Et pas seulement en Chine : « nous visons des débouchés géographiquement variés (Asie, Europe, Moyen-Orient) avec des volumes équilibrés ». 

Cet investissement a été anticipé dans le plan stratégique de la coopérative lancé fin 2017 (plan #value) : " il sera financé avec l’enveloppe de 230 millions prévue sur quatre ans pour investir dans l’infantile et d’autres activités », précise Damien Lacombe. Depuis le mois de novembre, Sodiaal a commencé à fabriquer des poudres sur le site et a pu jauger les performances de l'outil. « L’usine tourne bien, nous sommes confiants sur la capacité à le faire monter en puissance rapidement. Et nous avons aussi un vrai savoir-faire. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Magalie Lelong. « Grâce aux robots, je peux consacrer plus de temps aux vaches. Je les connais aussi bien que quand j’étais en salle de traite. »
« Avec un robot, c’est 360 jours de bonheur par an »
Au Gaec de la Rue, dans la Manche. Ayant 700 000 litres de lait en plus à produire et 160 vaches à traire, les associés ont opté…
Quelle que soit la longueur de coupe, elle doit être franche pour ne pas défibrer le maïs, et les grains doivent être pulvérisés pour optimiser leur digestion et limiter le gaspillage d’amidon.
Gare aux effets de mode sur la longueur de coupe des ensilages de maïs
Brins courts, brins longs… Le choix de la longueur de coupe est propre à chaque élevage. Il n’y a pas de recommandation…
Les trois associés, Hélène et Flavien Servot et Maguy Maury, peuvent gérer seuls le fonctionnement des robots.
Deux robots et du pâturage pour 136 vaches
Le Gaec de la Berquerie, dans la Manche, a conçu son bâtiment et son système pour que les vaches soient toujours libres d’aller…
tourteau stocké à la ferme
Dépendance au soja : La diversification des ressources protéiques s'accélère en filière bovin lait
Répondre à la demande en "zéro déforestation". Réduire l'exposition à la volatilité prix. Améliorer le bilan carbone. La…
La collecte laitière française reculait moins la première semaine de mars : -1,3 % par rapport à 2020.  © J. Chabanne
Prix du lait : la Coopération laitière prévoit une hausse de 13 à 15 €/1000 l sur 2021
«Nous prévoyons une hausse du prix du lait payé aux producteurs adhérents des coopératives de 13 à 15 euros les 1000 litres pour…
Un projet bâtiment, ça ne s’improvise pas
Un projet bâtiment, ça ne s’improvise pas
Une enquête auprès de 456 éleveurs laitiers français ayant construit un bâtiment depuis moins de dix ans a été menée au printemps…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière