Aller au contenu principal

Le rachat du site de Carhaix est une bonne nouvelle

Sodiaal va gagner 3 à 4 ans dans son plan de développement... tout en soldant la dette de Synutra qui n'a pas su faire monter en puissance l'outil.

L'usine a une capacité de production de 60 000 à 80 000 tonnes selon les formules.
© A. Conté

Après un an de tractations, Sodiaal est parvenu à conclure le rachat de la partie séchage du site de Synutra dans le Finistère et faire évoluer le partenariat avec Synutra. La coopérative a repris depuis le 12 mars les activités de réception et de production de l’unité de séchage, le laboratoire et les contrats de travail des 180 salariés. Son partenaire chinois garde les activités de mélange et de conditionnement, son métier de base. Pour Damien Lacombe, président de Sodiaal, « ce rachat est une très bonne nouvelle pour les 20 000 producteurs de la coopérative, pas seulement les bretons. On avait le projet de construire une nouvelle unité infantile car nos sites de Montauban et Guingamp étaient à saturation. Il nous permet de gagner 3 à 4 ans et de monter en puissance sur les produits à forte valeur ajoutée».

Doubler la capacité de production

Environ la moitié de la production de poudre de lait infantile sera revendue à Synutra pour approvisionner son site de conditionnement. « Synutra est un client de longue date qui avait toujours payé ses factures, rassure-t-il. Il s’est heurté aux difficultés d’un développement industriel alors que ce n’était pas son métier de base. » L’autre moitié de la production du site permettra de doubler la capacité de production de Sodiaal, qui passera de 30 000 à 60 000 tonnes. Elle sera conditionnée sur le site de Doullens et commercialisée par sa filiale Nutribio. « Nous avons déjà largement des débouchés ", assure-t-il. Et pas seulement en Chine : « nous visons des débouchés géographiquement variés (Asie, Europe, Moyen-Orient) avec des volumes équilibrés ». 

Cet investissement a été anticipé dans le plan stratégique de la coopérative lancé fin 2017 (plan #value) : " il sera financé avec l’enveloppe de 230 millions prévue sur quatre ans pour investir dans l’infantile et d’autres activités », précise Damien Lacombe. Depuis le mois de novembre, Sodiaal a commencé à fabriquer des poudres sur le site et a pu jauger les performances de l'outil. « L’usine tourne bien, nous sommes confiants sur la capacité à le faire monter en puissance rapidement. Et nous avons aussi un vrai savoir-faire. »

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Monique Provost, éleveuse en Loire-Atlantique « Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi."
« Mes veaux reçoivent six buvées de lait entier par semaine »
Monique Provost, éleveuse en Loire atlantique se simplifie la vie en distribuant du lait entier à ses veaux une fois par jour,…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière