Aller au contenu principal

Le prix du lait bio se redressera fin 2022

Quelques laiteries du Grand Ouest, liées à l’OP transversale Lait bio Seine et Loire, ont annoncé une hausse du prix pour le quatrième trimestre, qui permet à minima d’atteindre un prix de base 2022 au niveau de l’année 2021. Mettant fin à la légère érosion du prix du lait bio de ces derniers mois.

© C. Pruilh

L’OP Lait bio Seine et Loire bataille pour obtenir une hausse du prix du lait bio pour les 480 fermes bio du Nord-Ouest qu’elle représente (engagées avec six laiteries : Lactalis, Danone, Sill, Olga, Montsûrs et Saint Père). « Aujourd’hui, il manque 70 €/1 000 l au prix du lait bio : 30 €/1 000 l pour faire face à la sécheresse et de 40 € pour faire face à l’inflation. Et nous continuons de défendre la prise en compte de l’indicateur Prix de revient moyen du Cniel (529 €/1 000 l pour des clôtures au 31 mars 2021) », précise l’OP lait bio Seine et Loire.  

Des hausses qui ne sont pas à la hauteur des besoins

Etant donnée la conjoncture sur les marchés laitiers bio – consommation en baisse -, il n’y a pas eu de compromis et d’accord trouvé entre l’OP transversale et les six laiteries. Toutefois, la légère baisse du prix du lait sur le premier semestre 2022 (par rapport au premier semestre 2021) est stoppée.

« Lactalis a décidé d’un +15 €/1000 l sur le quatrième trimestre. Pour l’année 2022, cela donne un niveau de prix de base similaire à celui de 2021, de l’ordre de 469 €/1000 l », indique Ivan Sachet, animateur de l’OP. Même tendance avec la Sill, qui affiche un +10 € lui permettant de pratiquer un prix moyen 2022 de même ordre que 2021 (environ 469 €).

Des négociations encore en cours

Laiterie Saint Père est pour l’instant la seule à faire progresser son prix de base annuel de quelques euros. « Nous sommes encore en discussion pour chercher une revalorisation supplémentaire », pointe l’OP. Pour Olga, Montsûrs et Danone, pour l’instant, le prix 2022 sera à minima au niveau de 2021. « Des négociations sont en cours pour revaloriser le prix de fin d’année », espère l’OP.

Les plus lus

éleveurs  avec leur troupeau au pâturage
« Nous dégageons 74 000 € de revenu disponible à deux en bio avec 36 vaches laitières »
Au Gaec du Bourguet, dans l’Aveyron, Camille et Lénaïc Vabre ont fait le pari osé de s’installer à deux sur une petite structure…
 Chauffeur-Ramasseur de lait
Lactalis veut réduire sa collecte de lait en France

La dernière médiation avec l’Unell le laissait présager, Lactalis l’a officialisé lors de la présentation de ses résultats…

Anne et Jean-Marc Le Vourc’h, éleveurs
« En produisant moins de lait, nous avons amélioré notre marge brute de 100 €/1 000 l en un an »
Dans le Finistère, depuis qu’ils ont désintensifié leur système, Anne et Jean-Marc le Vourc’h ont amélioré tous les indicateurs…
Guillaume Dousset, éleveur à Frossay en Loire-Atlantique
« Nos bœufs prim’Holstein croisés hereford sont finis un an avant nos autres bœufs »

En Loire-Atlantique, les parcelles de marais de Guillaume et Maxime Dousset sont valorisées avec des bœufs croisés prim’…

Soins vétérinaires : « Nous avons opté pour un forfait de 37 euros par vêlage pour le suivi de nos vaches »

Certains éleveurs contractualisent les soins de leur troupeau avec leur vétérinaire. Le forfait permet un suivi régulier des…

Franck Bonraisin, associé du Gaec La Morice
« Nous avons gagné 10 €/1 000 l grâce à une vraie stratégie de renouvellement »

Depuis deux ans, le Gaec La Morice utilise le génotypage et la semence sexée pour limiter le nombre de génisses de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière