Aller au contenu principal

Le prix du lait 2020 de la Prospérité fermière proche de 2019

Les bons résultats 2019 du groupe Prospérité fermière Ingredia lui permettent d’investir et de déployer sa stratégie de différenciation.

Sur le site de Saint-Pol-sur-Ternoise, des travaux débuteront en 2021.  © C. Pruilh
Sur le site de Saint-Pol-sur-Ternoise, des travaux débuteront en 2021.
© C. Pruilh

Le résultat du groupe consolidé (1) est de 7,4 millions d’euros. « Ce bon résultat a été possible tout en payant un prix du lait au-dessus du niveau de l’environnement régional », indique Serge Capron, président de la coopérative Prospérité fermière, dans les Hauts de France. Le prix de base moyen 2019 est de 338,76 €/1000 l en 38-32, et le prix réel payé TPQC est de 351,25 €. Pour 2020, le prix de base moyen sera d’environ 333 €/1000 l. « C’est le fruit de la stratégie d’évolution du mix-produits avec davantage de protéines laitières différenciantes et de bioactifs, et la valorisation du colostrum et de la démarche Via Lacta (non-OGM, pâturage, bien-être animal). »

Une ristourne équivalente à 6,8 €/1000 l

Le résultat permet un retour aux 1225 adhérents de la coopérative (sur environ 850 exploitations), correspondant à 6,8 €/1000 l. L’augmentation du capital social de la coopérative, votée à l’unanimité en assemblée générale, permettra à Ingredia d’investir. Les parts sociales passent donc de 6 à 9 % du chiffre d’affaires. Les adhérents peuvent utiliser les ristournes pour payer une partie du capital social appelé.

La hausse du capital social servira à financer le plan d’investissement industriel pour développer encore plus les produits différenciés. « Vu que les cadences et les temps de séchage sont plus longs avec ces produits, cela ne donnera pas de capacité à valoriser davantage de volume de lait », précise Serge Capron. L’objectif de la coopérative est donc une collecte de lait de vache conventionnel stable à 420 millions de litres. Les travaux devraient démarrer début 2021.

Une nouvelle collecte de colostrum dans l’Est

La Prospérité prépare une nouvelle collecte de colostrum dans l’Est de la France, avec, comme en Normandie, un partenariat entre une laiterie et un organisme de conseil en élevage. Le périmètre concerne tous les élevages de bovins laitiers des Vosges, Meuse et Meurthe-et-Moselle. La coopérative lance cette collecte avec l'Union laitière de la Meuse (ULM) et l'organisme de conseil Seenorest Optival. Prospérité fermière vise une collecte 400 000 litres environ à fin 2021.

Les volumes de lait produits sous démarche Via Lacta sont à présent tous valorisés en Via Lacta."Mais il faudra confirmer en 2021. Nous verrons alors si nous ouvrons à d’autres éleveurs pour développer le lait Via Lacta. Ou si nous développons uniquement du non OGM."

(1) la coopérative et Ingredia font l’essentiel, puis d’autres filiales
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

 © E. Bignon
Vaches laitières : Faut-il remettre en cause la notion d’alimentation à volonté ?
Restreindre l’alimentation des vaches les moins efficientes pour la ramener au niveau de celle des plus efficientes permettrait-…
« Je ne saurais plus traire sans exosquelette »
Valérie Savary, éleveuse à Zutquerque dans le Pas-de-Calais, recourt depuis quatre mois à l’exosquelette pour l’assister lors des…
Formule de prix du lait : Les indicateurs coût de production réévalués
L'observatoire "coût de production" du Cniel s'enrichit de nouveaux fournisseurs de données et de davantage d'…
Peut-on lutter contre l’obsolescence des robots de traite ?
Machinisme
La longévité des robots de traite repose sur la bonne réalisation des opérations de maintenance et le soin apporté au quotidien…
Un fort amaigrissement en début de lactation: mieux vaut contrôler le taux de BHB de ces vaches. © O. Crenn
Pourquoi ces vaches démarrent-elles mal leur lactation ?
Depuis trois mois, les vaches fraîches vêlées ne démarrent pas en lait, les chaleurs sont discrètes… Dans le cas de cet élevage…
Dans tous les grands pays laitiers, le même matériel de référence sera bientôt utilisé pour calibrer les analyseurs. © D. Hardy
Qualité du lait : le changement au niveau des cellules repoussé au début d’année
Le recalibrage annoncé des analyseurs aurait, à l’échelle d’une entreprise, un impact de 1 à 2 euros pour 1 000 litres. Pas…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière