Aller au contenu principal
Font Size

[Covid-19] « Le plus inquiétant c’est qu’on ne sait pas combien de temps ça va durer»

Entre l’arrêt des travaux de leur nouvelle stabulation et la laiterie qui annonce une baisse de prix, les associés du Gaec Honoré sont inquiets.

A Andouillé-Neuville, en Ille-et-Vilaine, les trois associés du Gaec Honoré ont vu les travaux de leur stabulation stoppés net par le confinement. Pour augmenter leur cheptel et passer en traite robotisée, une nouvelle stabulation est en cours de construction en parallèle du bâtiment actuel. A la fin de la construction, le mur de séparation sera cassé, réunissant les deux bâtiments pour passer de 90 à 150 vaches. « Dans le planning prévisionnel, on partait sur un bâtiment fini mi-septembre, explique Jean-Yves Honoré. On était bien, le terrassement et la maçonnerie sont finis. On avait même une semaine d’avance ». Mais avec le confinement, tout le chantier est stoppé. Le charpentier, qui aurait dû intervenir mi-avril, ne peut pas s’avancer, car même s’il travaille seul dans son atelier, il n’est plus livré en bois. « En attendant de savoir quand reprendra le chantier, on en profite pour s’avancer sur les travaux des champs, sortir du fumier, broyer des couverts, expliquent les éleveurs. Des choses qu’on fait seul ».

A ce retard dans la construction, s’ajoute le stress sur la conjoncture laitière. « Nous avons reçu un mail du président de la filière lait d’Agrial pour nous expliquer que les débouchés de nos produits à l'export étaient fortement réduits comme la vente vers la RHF. L’augmentation des achats en grande distribution ne compense pas ces pertes. Qu’en plus les mesures sanitaires perturbent la productivité en usine. Donc il nous appelle à modérer les volumes. Nous avons aussi été avertis de la baisse du prix en avril à 312 € contre 330€ en mars, explique, avec inquiétude, l’éleveur. Pour notre projet, nous avons déjà dépensé 300 000 €. Nous n'envisageons pas de réduire nos livraisons car  il va falloir rembourser les emprunts. La situation m'inquiète d’autant plus qu’on ne sait pas combien de temps çà va durer ».

 

Lire aussi le précédent reportage présentant le projet bâtiment : Au Gaec Honoré : Un projet pensé pour deux générations

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
vaches laitières au pâturage agriculture biologique
La filière laitière bio française dessine son modèle
Pour éviter une crise de confiance, le lait bio doit garder sa longueur d'avance face aux laits différenciés, et montrer ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière