Aller au contenu principal

Le Gaec du Bois des Houx face au changement climatique : « nous produisons un maximum d’herbe aux périodes favorables »

Parce qu’il n’y a pas d’espèces très productives quand il fait très chaud, le Gaec du Bois des Houx a fait le choix d’espèces et variétés appétentes et permettant une production maximale d’herbe de janvier à juin et de septembre à novembre.

Au Gaec du Bois des Houx, en Vendée, c’est déjà la sécheresse qui, en 1990, a amené à modifier le mode d’exploitation. « Notre système était basé sur du maïs, du blé et un peu de ray-grass italien, explique Louis-Marie Fioleau, un des quatre associés du Gaec. Comme nous n’irriguons pas, nous avons eu un gros manque de stock et des problèmes de trésorerie. Cela nous a amenés à vouloir sécuriser notre système fourrager face aux aléas climatiques. » En 1991, dans le cadre notamment d’un groupe Geda, les éleveurs revoient donc leur système. « Nous avons visité un élevage de Loire-Atlantique qui était tout en herbe, ce qui nous a fait prendre conscience que nos coûts alimentaires étaient très élevés. Puis un déplacement en Irlande nous a fait découvrir la culture de l’herbe. En l’absence d’irrigation, nous avons choisi de désintensifier en arrêtant les taurillons, en réduisant maïs et blé et en implantant des prairies pérennes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Gildas Lannuzel (à gauche) avec son apprenti Jean-Baptiste Colin. « Après mon accident, l’équipement m’a permis de gérer 90 % des inséminations à distance sans diminuer les résultats de repro du troupeau. » © DR
[Détection des chaleurs] « J’utilise des boucles auriculaires et des colliers »
Dans le Finistère, Gildas Lannuzel détecte les chaleurs de ses 65 Holstein avec 30 boucles auriculaires. Pour les génisses, il a…
Le Gaec a choisi le tapis du constructeur Geoffroy (Nièvre) car il proposait une auge en acier galvanisée alors que, pour les concurrents, il fallait la construire. Elle est posée sur une dalle en béton. © CA 15
Dans le Cantal : un tapis d’alimentation pour gagner de la place dans la stabulation
Dans ce bâtiment rénové, le remplacement d’une table d’alimentation par un tapis d’affourragement a permis de doubler le nombre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière