Aller au contenu principal

Le futur comté encadrera plus son modèle

L'organisme de défense et de gestion du Comté, le CIGC, a adopté ses propositions pour le futur cahier des charges du Comté.

fromage AOP comté
© Cidil - Archives

La phase de discussion avec les pouvoirs publics nationaux et européens démarre et peut prendre entre 12 et 18 mois. Parmi les propositions, la production des exploitations est limitée à 1,2 million de litres par an. D'autres éléments complémentaires sont à définir. "Nous voulons mettre aussi un critère humain", indique Alain Mathieu, le nouveau président du CIGC. La productivité maximum du troupeau est limitée à 8 500 l/vache (en moyenne lait livré). Il faut au moins 1,3 ha d'herbe par vache laitière au lieu de 1. Et 50 ares de pâturage disponible dans un rayon de 1 à 1,5 km autour du point de traite. Au moins 5 espèces prairiales doivent être présentes au semis. Les prairies naturelles représentent au moins 50% de la surface en herbe. L'affouragement en vert est fortement contraint : il ne peut débuter avant le 1er juin et est limité à 75 jours. Il est soumis à déclaration préalable et n'est permis que pour un repas par jour. L'ensilage est interdit sur toute l'exploitation. 70% minimum du fourrage doit être issu de l'exploitation.

Fermes familiales, pâturage, biodiversité...

"Cet ensemble de nouvelles exigences traduisent la volonté de garder des fermes familiales et sociétaires, et de réaffirmer la place du pâturage", insiste Alain Mathieu. Dans le même état d'esprit, l'encadrement de la croissance des ateliers de transformation a été acté, "pour garder des ateliers nombreux et divers, reflets de la diversité des savoir-faire et des comtés, mais aussi pour préserver la gouvernance des fruitières".

Pour garantir le bien-être des animaux, il sera écrit qu'il faut "une place par vache pour manger et se coucher (au moins 6 m2)". De nouvelles mesures ont été prises pour l'environnement : le plan d'épandage individuel sera obligatoire et le plan de fumure généralisé. Les épandages de lisier seront possibles à partir d'un cumul annuel de températures positives de 200°C. "Pour les haies, il n'y aura pas de mesures dans le cahier des charges, mais la filière y travaille. Des démarches sont déjà en place entre fruitières et associations environnementales et fédérations de chasseurs."

Rappelons par ailleurs que la Commission européenne a validé début juin la demande du CIGC d'intégrer la mention "le robot de traite est interdit" dans le cahier des charges du Comté réactualisé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Magalie Lelong. « Grâce aux robots, je peux consacrer plus de temps aux vaches. Je les connais aussi bien que quand j’étais en salle de traite. »
« Avec un robot, c’est 360 jours de bonheur par an »
Au Gaec de la Rue, dans la Manche. Ayant 700 000 litres de lait en plus à produire et 160 vaches à traire, les associés ont opté…
Quelle que soit la longueur de coupe, elle doit être franche pour ne pas défibrer le maïs, et les grains doivent être pulvérisés pour optimiser leur digestion et limiter le gaspillage d’amidon.
Gare aux effets de mode sur la longueur de coupe des ensilages de maïs
Brins courts, brins longs… Le choix de la longueur de coupe est propre à chaque élevage. Il n’y a pas de recommandation…
L'aide couplée aux UGB bovins lait et mixtes sera de 57 €/UGB, avec un plafond de 40 UGB.
Elevage laitier : Où va la PAC version française ?
Entrer dans les écorégimes sera un enjeu fort pour tous les agriculteurs. Voici les grandes lignes du Plan stratégique français (…
Les trois associés, Hélène et Flavien Servot et Maguy Maury, peuvent gérer seuls le fonctionnement des robots.
Deux robots et du pâturage pour 136 vaches
Le Gaec de la Berquerie, dans la Manche, a conçu son bâtiment et son système pour que les vaches soient toujours libres d’aller…
tourteau stocké à la ferme
Dépendance au soja : La diversification des ressources protéiques s'accélère en filière bovin lait
Répondre à la demande en "zéro déforestation". Réduire l'exposition à la volatilité prix. Améliorer le bilan carbone. La…
La collecte laitière française reculait moins la première semaine de mars : -1,3 % par rapport à 2020.  © J. Chabanne
Prix du lait : la Coopération laitière prévoit une hausse de 13 à 15 €/1000 l sur 2021
«Nous prévoyons une hausse du prix du lait payé aux producteurs adhérents des coopératives de 13 à 15 euros les 1000 litres pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière