Aller au contenu principal
Font Size

"Le diagnostic bien-être animal nous aide à progresser"

Le Gaec de Barbezieux, en Meurthe-et-Moselle, a fait évoluer l’élevage des veaux suite à une évaluation avec l’outil Boviwell.

Les veaux restent 20 jours au lieu de cinq auparavant en niche individuelle. La courette permet d'améliorer le bien-être des veaux. © Gaec de Barbezieux
Les veaux restent 20 jours au lieu de cinq auparavant en niche individuelle. La courette permet d'améliorer le bien-être des veaux.
© Gaec de Barbezieux

"Le résultat de notre premier diagnostic bien-être animal Boviwell, réalisé en août 2018, nous a surpris. On ne pensait pas que la mortalité des veaux avait un tel poids. Cela nous a remis en question et nous a permis d’avancer et d’améliorer nos résultats sanitaires", se rappelle Jean-Charles Colin, un des cinq associés du Gaec de Barbezieux, en Meurthe-et-Moselle.

Un deuxième diagnostic a été réalisé en juin 2019. Il a duré quatre heures pour l’atelier de 200 vaches laitières et celui de 200 jeunes bovins issus de l’atelier laitier. La note globale est classée "Supérieur" (entre 55 et 79 points sur 100 points). L’atelier jeune bovin est noté "Excellent" (plus de 80 points). L’atelier vache laitière, de niveau "Supérieur", est très bien noté sur les critères qui concernent les libertés 1, 2, 4 et 5.

 

 

 

L’abreuvement, point fort du Gaec

Parmi les points forts du Gaec, la note d’état corporel est très bonne, ainsi que le bâtiment : bonne ventilation, cinq boxs d’isolement et de vêlage, 192 places à l’auge, pas de vaches restant debout dans les logettes… En cas de forte chaleur, six gros ventilateurs verticaux sont actionnés.

L’abreuvement obtient une note excellente : 6,5 centimètres de linéaire disponible par vache (référence à 6 cm) et des abreuvoirs propres. "Pour l’aménagement intérieur, nous avions fait attention à la bonne circulation des vaches, et donc à l’accessibilité des abreuvoirs et à leur positionnement dans la stabulation", ajoute Jean-Charles Colin.

Les libertés 4 et 5 sont de niveau excellent. La relation homme animal est très bien notée, avec 86 % des animaux observés qui ont pu être approchés par l’évaluateur. Les vaches traites ont accès à l’extérieur avec 8 hectares de prairie et les taries disposent de 20 hectares.

Prise en charge de la douleur à l’écornage

Depuis le premier diagnostic, la note de l’atelier vache laitière est passée de 57 à 80. Le Gaec a principalement travaillé sur la santé des veaux et sur le traitement de la douleur des veaux à l’ébourgeonnage. "Nous ébourgeonnons les veaux avant un mois. L’anesthésie et l’antalgique ne sont pas obligatoires dans ce cas-là. Mais leur absence pénalise notre note", explique Jean-Charles Colin. À présent, le Gaec administre un antalgique. "Nous restons quand même au niveau "progression" mais tant pis. Nous voulons y aller progressivement, car ce sont des produits. Il faut vérifier les éventuels effets secondaires. Faire une anesthésie n’est pas simple ; il faut bien la doser. Pourra t-on la faire nous-même ? Quel coût cela aura t-il ?"

Limiter la perte d’animaux

Suite au premier diagnostic, le Gaec a bien baissé la mortalité des veaux, de 16 % à 9,8 %. Avant, les veaux restaient cinq jours dans les niches à l’extérieur, avant de passer en case collective dans la nurserie. Aujourd’hui, ils restent 20 jours en niche. "Nous avions fait un essai à 15 jours, mais la différence n’était pas significative ; l’immunité des veaux n’était pas encore bien constituée. 20 jours sont donc un bon compromis entre l’acquisition d’une immunité et le besoin du veau de ne pas rester isolé", expose Jean-Charles Colin.

Les mesures de biosécurité dans les niches et la nurserie ont été renforcées. Les niches sont lavées à l’eau chaude et désinfectées après chaque veau, et suit un vide sanitaire minimal de 48 heures. Dans la nurserie, le vide sanitaire est réalisé plus fréquemment, avec un nettoyage à l’eau chaude et une désinfection.

Enfin, le Gaec a fait un plafond à 3 mètres de haut pour réduire le volume de la nurserie. Et des panneaux radiants (l’eau chauffée par la chaleur de la méthanisation passe dedans) ont été installés sous le quai de paillage qui est au-dessus des cases collectives à 2 mètres de haut.

 

 

 

Réduire les gros jarrets

Plus récemment, les bétons des aires d’exercice ont été re-rainurés pour réduire les glissades et blessures des vaches. Le Gaec cherche aussi à améliorer le confort des logettes béton. "Quelques vaches ont de gros jarrets. Nous avons en projet d’installer des tapis et de maintenir le paillage des logettes à 3 kg/VL/j", précise Jean-Charles Colin. Le coût est estimé à 30 000 euros pour 220 logettes.

Améliorer le bien-être n’est pas qu’un surcoût. Les éleveurs en attendent aussi des effets sur la santé du troupeau et donc sur les résultats économiques. "Le bénéfice est aussi en termes d’image de notre métier. Si je me sens reconnu, mon bien-être y gagne. Mais le consommateur doit jouer le jeu en achetant les produits qui respectent ses attentes, et faire attention aux étiquettes parfois trompeuses."

 

Voir aussi  la vidéo Evaluer le bien-être animal avec Boviwell

 

Les cinq libertés

Liberté 1 : Ne pas souffrir de faim ou de soif (note d’état corporel, places à l’auge, à l’abreuvement…)
Liberté 2 : Ne pas souffrir d’inconfort (propreté, places de couchage, ventilation de la stabulation…)
Liberté 3 : Ne pas souffrir de douleur, blessures ou maladies (boiteries, mammites, mortalité des veaux et des vaches…)
Liberté 4 : Ne pas éprouver de peur ou de détresse (distance d’évitement)
Liberté 5 : Pouvoir exprimer les comportements naturels propres à l’espèce (accès à une aire extérieure, au pâturage…)

Du diagnostic Boviwell aux plans d’actions

Près de 85 % des élevages bovins sont de niveau Supérieur à Excellent. Les marges de progrès concernent notamment l’abreuvement.

Boviwell a été développé par Moy Park Beef Orléans – principal fournisseur de steaks hachés de McDonald’s –, en partenariat avec l’Isa de Lille, pour évaluer de façon fiable et rapide des élevages bovins laitiers et allaitants sur le bien-être animal. Il a été déployé par les techniciens de seize organisations agricoles : Agrial, Bovineo, Cecab, Natup, Terrena…

Cet outil sera utilisé par le Cniel, dans le but d’évaluer les seize indicateurs de bien-être animal du plan de filière de l’interprofession laitière.

Plus de 1600 diagnostics ont été réalisés entre 2017 et 2018 : 9,5 % des exploitations sont de niveau "Excellent" (note supérieure à 80/100) sur la note globale, et 77 % sont classées "Supérieur" (55 à 79 sur 100). "Les scores d’alimentation, de confort et de surface disponible ont un très bon niveau. Ces notes ont rassuré les coopératives partenaires et les éleveurs, sur la qualité de leurs pratiques", indique Salomé Rozier, de Moy Park Beef Orléans. Les écarts entre élevages sont importants pour l’abreuvement. "Il y a des marges de progrès, et les coopératives commencent à mettre en place des plans d’actions pour améliorer ce point." Les notes montrent aussi une marge de progrès sur les pratiques d’écornage. "Ceci dit, nous souhaitons faire évoluer le système de notation, pour qu’il intègre le bénéfice d’un ébourgeonnage avant quatre semaines, pratique aujourd’hui recommandée par le RMT bien-être animal." L’outil de diagnostic est amené à évoluer pour prendre en compte l’évolution des connaissances et des pratiques.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
Maïs fourrage: c'est le grain qui dicte le stade de récolte, pas les feuilles !
Récolter au bon stade le maïs fourrage est essentiel : il en va de la qualité et de la conservation  de l'ensilage. Ne vous…
Frédéric Lenglet avec Indienne, une croisée montbéliarde x rouge suédoise x prim’holstein x jersiaise. « Les 110 hectares accessibles depuis le siège d’exploitation ont permis d’accueillir 200 vaches tout en gardant un système très pâturant. » © A. Conté
« Sécuriser le système fourrager pour produire 1 million de litres de lait bio »
Dans la Sarthe, Frédéric Lenglet est en passe de produire 1 million de litres de lait bio avec des vaches à 5 000 litres. Ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière