Aller au contenu principal

Rhônes-Alpes - Auvergne
Le démantèlement de l'URVCL en voie d'aboutir

L’URCVL ayant décidé son démantèlement, l’interprofession a voulu se servir des volumes libérés pour restructurer la filière régionale. Un projet qui était, mi-janvier, en voie d’aboutir.

Les produits des entreprises incriminées ont « disparu des rayons pendant trois jours » dans les magasins de la zone URCVL (ici en Haute-Loire). Les éleveurs ont collé des affiches appelant les consommateurs au boycott.
Les produits des entreprises incriminées ont « disparu des rayons pendant trois jours » dans les magasins de la zone URCVL (ici en Haute-Loire). Les éleveurs ont collé des affiches appelant les consommateurs au boycott.
© Haute-Loire Paysanne

Bernard Bonjean, président de l’URCVL (Union des coopératives de collecte d’Auvergne et de Rhône- Alpes), insiste pour dire que sa structure n’est pas « en liquidation judiciaire », contrairement à ce qui a été parfois annoncée, et que sa « trésorerie est saine ». Pour la simple et bonne raison que l’URCVL a payé « aux producteurs la valorisation du lait qu’elle avait ». Ce qui s’est traduit en 2009 par un prix inférieur de 22 euros aux accords professionnels. La situation devenait intenable pour les producteurs. Les dirigeants de l’URCVL ont donc décidé de démanteler la structure. « Nous avons fait le constat qu’en tant que vendeur de lait, nous n’avions plus notre place dans un contexte ultra-libéral où nous étions considérés comme la variable d’ajustement. »

UN EFFORT DE SOLIDARITÉ

La réflexion a été conduite au niveau interprofessionnel « dans un objectif volontariste de conforter la filière laitière régionale », notamment en termes de coûts de collecte. « Il y a en Rhône-Alpes et Auvergne une capacité de restructuration de la collecte liée à la disparition de l’URCVL qui est énorme », ajoute André Bonnard, président de la FRPL de Rhône- Alpes. L’interprofession a proposé aux entreprises de la région un plan de reprise des volumes de lait (280 millions de litres) et des 1 600 producteurs en fonction de l’historique sur les trois dernières années des contrats d’achat de lait que chacune avait avec l’URCVL. Il leur a été demandé de faire un effort supplémentaire pour reprendre une partie des 60 millions de litres non contractualisés.

Beaucoup d’entreprises ont d’emblée « joué le jeu », explique André Bonnard. Notamment une douzaine de PME qui n’avaient pas de collecte ou pas suffisamment. Ensemble, elles reprennent quelque 150 millions de litres. Le président de la FRPL se félicite aussi du « gros effort de solidarité » qui a été fait par Sodiaal et le Glac (via sa filiale Volcans d’Auvergne) qui reprennent à eux deux près de 100 millions de litres. Des solutions semblaient en voie d’être trouvées également pour les deux outils industriels encore entre les mains de l’URCVL (Forez Fourme et Villefranche-sur-Saône)) ainsi que pour la société de service Graclait. Début janvier, la situation restait néanmoins bloquée car quatre entreprises refusaient ou négociaient âprement les propositions qui leur avaient été faites : 3A (30 millions de litres), Danone (22,6 millions), Lactalis (4 millions), Bongrain (3,7 millions). Ce qui risquait de compromettre la mise en place de ce plan, « certaines entreprises ayant lié leur engagement à un engagement de tous », affirmait l’URCVL.

QUATRE ENTREPRISES RÉCALCITRANTES

Mi-janvier, des actions syndicales de déréférencement des produits laitiers de ces entreprises ont été menées dans « la totalité des magasins de Haute-Loire et de Rhône-Alpes », indiquait André Bonnard. Avec un résultat positif. Quelques jours plus tard, « tous les volumes » avaient « trouvé un débouché ». Cependant, les négociations se poursuivaient sur les « délais pendant lesquels ces volumes ont des solutions ». André Bonnard avait espoir d’aboutir rapidement à des solutions acceptables. Les quatre entreprises ont finalement donné leur accord sur les volumes demandés par l’interprofession, hormis 3A qui reprendrait seulement les 15 millions de litres que le groupe collectait déjà pour le compte de l’URCVL. Pour boucler le projet, il a été décidé de geler, au niveau régional, la redistribution de 27 millions de litres dans le cadre du programme de cessation laitière. ■

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Les quatre associés du Gaec Ferme du plateau. © B. Griffoul
Changement climatique : Un bâtiment pour 120 vaches poreux sur toutes ses faces
Au Gaec Ferme du plateau, dans la Loire, toutes les façades de la stabulation, située sur un site venté, laissent passer l’air et…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière