Aller au contenu principal

Lait bio : des appels à modérer la production du printemps

Le réseau Fnab Ouest et l'OP lait bio Seine et Loire appellent les éleveurs bio à modérer leur production de lait printanière, pour limiter les excédents de lait et donc les déclassements en conventionnel.

vaches laitières au pâturage agriculture biologique
© C. Pruilh

Face à une forte croissance de la collecte de lait bio en France depuis 2016 et une consommation toujours croissante mais de façon moindre en 2020, « le réseau Fnab Ouest - Bio en Normandie, CAB Pays de la Loire et FRAB Bretagne - appelle les éleveurs et éleveuses bio à modérer leur production printanière », indiquent les fédérations dans un communiqué commun. Le réseau constate également qu’une majorité des acteurs de la filière lait bio de l’Ouest de la France marquent une pause dans leur dynamique de développement pour 2021.

D'autres organisations de producteurs laitiers bio ont lancé des appels à la modération : l'OP lait bio Seine et Loire et Biolait par exemple. Biolait reconduit un dispositif pour limiter les excédents de printemps

L'objectif est de soutenir la juste valeur les volumes produits et commercialisés au sein des filières bio.
"Il est important qu’en tant qu’éleveurs-ses bio « nous prenions notre part de responsabilité durant cette période pour contribuer à une démarche engagée et collective pour la filière laitière bio. Cette responsabilité ne devra pas être assumée uniquement par les producteurs mais également avec tous les acteurs concernés », souligne le réseau Fnab Ouest.
Afin de limiter la production pendant cette période, le réseau Fnab Ouest propose plusieurs stratégies à adapter à chaque système :

- allonger la période de tarissement sur une partie du troupeau,

- engraisser les vaches de réformes à l’herbe pour un abattage dans les mois à venir,

- diminuer le nombre de traite : 3 traites sur 2 jours ou monotraite quand c’est possible,

- arrêter les apports de concentrés,

- diminuer les fourrages à l’auge pour privilégier la production de lait basée seulement sur l’herbe pâturée,

- élever des veaux mâles pendant la période printanière.

Les organisations précisent qu'elles restent confiantes dans la dynamique à venir de la consommation de produits bio. Cet appel invite à mener des actions sur le long terme avec les opérateurs économiques pour encore plus structurer la filière laitière bio (transmission, étalement des projets de conversion, ...).
A partir du 1er janvier 2022, conformément à la loi Egalim, la restauration collective devra proposer au moins 20% de produits bio, donc c’est maintenant que le travail doit s’engager.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Installé en juillet dernier, le tracker solaire à cellules bifaces pourrait permettre d’économiser 3 944 euros d’électricité par an. © F. Mechekour
[Autonomie en électricité] Le Gaec Philippeau a investi dans un tracker solaire 
Le Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, a investi 40 000 euros dans un tracker solaire de 75 m2 pour une…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Les tourteaux tannés sont indispensables pour maximiser les performances de production laitière et de TP, souligne Jérôme Larcelet, consultant nutrition chez Seenorest. © C. Pruilh
Comment booster le taux protéique par l'alimentation ?
Améliorer le taux protéique sans hausse des coûts ni des rejets d'azote dans l'environnement. C'est l'équation à rechercher pour…
Jérémie Combes et Arnaud Vigier. « Pour s’adapter au changement climatique, il faudra rendre le système de production compatible avec ce que nous serons capables de produire. » © B. Griffoul
[Changement climatique] « Semer des dérobées n’est pas une fin en soi »
Dans le Cantal, pour refaire ses stocks de sécurité pour ses 75 vaches laitières, le Gaec de Celange a semé l’an dernier du…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière