Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

La vision du métier de producteur de lait par quatre jeunes Triskalia

Améliorer sa valeur ajoutée, communiquer... Quatre jeunes ont témoigné lors d'une journée organisée par la section laitière de Triskalia.

Le dispositif jeunes de la coopérative bretonne Triskalia (volume, prix sécurisé...) permet d'avoir une bonne dynamique d'installation : " environ 20 à 25 installations par an, a indiqué Frédéric Conq, président de la section laitière de Triskalia. Le profil change, avec des gens souvent moins jeunes qu'avant, au parcours parfois original. Les projets sont plus variés, avec notamment plus de projets en bio. La coopérative regarde la cohérence des projets entre le volume de lait à produire, la structure, la main-d'œuvre... pour mieux les accompagner et que ces fermes soient pérennes ".

Triskalia propose une formation à la communication et aux réseaux sociaux

David Morvan : " L'agriculture vit des changements importants "

" Je pense que l'agriculture évoluera plus vite qu'elle n'a évolué depuis vingt ans, poussée par les attentes sociétales. L'enjeu est de produire autant, voire plus, avec moins. Les nouvelles technologies y aideront. On va vivre des changements importants dans les façons de produire et de valoriser nos produits. Jusqu'à présent, les volumes de lait par exploitation augmentaient. Ils commencent à se stabiliser, et demain ils baisseront peut-être avec le problème de renouvellement des générations en agriculture. On arrive au bout de la saturation de la main-d'œuvre. 

Ma ferme se situe près de Brest et ça devient compliqué de sortir le pulvérisateur. Plein de gens parlent de notre métier à notre place. Il faut que nous soyons plus présents pour montrer notre travail, à travers la vente directe, des portes ouvertes, les réseaux sociaux... Cela devient un devoir pour chaque éleveur de le faire d'une façon ou d'une autre. "

Gabrielle Le Dantec : " Se diversifier dans le tourisme "

" Je suis installée depuis 2014 sur le Gaec familial. Je n'ai pas pu avoir d'expérience extérieure avant mon installation. C'est pourquoi le groupe féminin et les autres occasions de m'ouvrir les horizons sont importants pour moi. Mon mari s'installera avec nous. Notre projet est de nous diversifier dans le tourisme. Du coup, nous aurons beaucoup de travail de communication sur notre métier. "

Roland Jestin : " Commercialiser nos produits "

" Nous sommes deux associés avec 120 vaches sur 129 hectares. Notre projet n'est pas de produire plus de lait, mais de nous alléger le travail grâce à l'automatisation, de développer encore notre autonomie alimentaire avec plus de surfaces, et de nous engager dans la commercialisation de nos produits pour dégager plus de valeur ajoutée. Pour vendre nos produits, il faudra communiquer sur notre travail d'éleveur. "

Céline Le Ru Le Laurent : " Les exploitations évolueront autrement que par le volume "

" Avant mon installation, je travaillais à Prim'Holstein France ; c'était très prenant. J'ai préféré diviser par deux mon salaire et avoir une autre organisation du travail, pour pouvoir profiter de mes enfants. Après une première tentative ratée, je me suis installée en 2015, seule. Puis j'ai regroupé ma ferme avec l'exploitation familiale. Nous nous sommes entourés - technicien lait, conseiller de gestion - pour ne pas nous louper. Il fallait que ça tourne bien en peu de temps.

Notre projet est de conforter notre système très pâturant pour avoir un système durable dans tous les sens du terme. Nous ouvrons la ferme aux écoles. Nous sommes les mieux placés pour parler de notre métier. J'ai une page Facebook où je mets des nouvelles de l'élevage de temps en temps. Ce n'est pas évident de savoir quels mots et quelles photos mettre ; il y a des détails qui peuvent nous sembler anodins et se retourner contre nous. Il y a un besoin de formation à ce niveau-là. Par rapport au temps des quotas, une exploitation ne sera jamais plus en croisière. On n'augmentera peut-être plus le volume de lait produit, mais on évoluera autrement, pour maximiser le revenu et améliorer la qualité de vie. "

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Canicule : Les vaches n’apprécient pas le stress thermique
La chaleur n’est pas bonne pour les vaches, surtout les hautes productrices. Au-delà de la baisse de l’ingestion et de la…
Vignette
Quels équilibres sur les marchés mondiaux du lait à horizon 2030 ?
L'Union européenne, deuxième zone productrice de lait et exportatrice, devrait progresser plus lentement en collecte à l'avenir…
Vignette
La brumisation, un petit confort supplémentaire
Couplée à une ventilation efficace, la brumisation peut réduire la température de quelques degrés. Mais, l’effet réel des…
Vignette
« Le passage au bio a sauvé mon exploitation robotisée »
Nicolas Roybin a mené sa conversion au bio de main de maître, tout en maintenant la productivité du troupeau et en atteignant son…
Vignette
La France, pas une terre de lait ?

«On est face à un paradoxe français. Nos produits laitiers ne sont pas portés par…

Vignette
Sodiaal attend " du mieux " en 2019
Le plan d’économies et les efforts déployés pour créer de la valeur ajoutée devraient commencer à porter leurs fruits en 2019.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière