Aller au contenu principal

« La solution au dérèglement climatique est sous nos pieds », affirme Sarah Singla

Ingénieur agronome et agricultrice dans l’Aveyron, Sarah Singla défend avec passion l’agriculture de conservation des sols. La solution au dérèglement climatique est sous nos pieds au travers des micro-organismes.

Sarah Singla
Sarah Singla

Quelles raisons vous ont poussée vers l’agriculture de conservation des sols ?

C’est mon père, en 1980, qui a fait la transition du tout labour au semis direct. Pour deux raisons principales : stopper l’érosion et diminuer les coûts de production, pas pour stocker du carbone. Quand j’ai repris la ferme en 2010, j’ai continué à faire du semis direct car je n’avais pas les moyens financiers de labourer : travailler le sol signifiait acheter un plus gros tracteur, une charrue, une herse rotative…

Le sol est notre capital le plus précieux, dites-vous ?

Nous manquerons de sol avant de manquer de pétrole. Quand on se penche sur l’histoire des civilisations agraires, aucune n’a vécu plus de 200 ans. Si vous descendez dans le sud de la France dans l’Aude ou le Gers, ce sont aujourd’hui des départements classés en état de désertification ; il n’y a plus de matière organique dans les sols. Si aujourd’hui nous ne cherchons pas à restaurer les sols, nous allons laisser derrière nous des déserts. Pour les préserver, il faut imiter la nature, c’est-à-dire couvrir le sol au maximum, et si possible, maintenir des plantes vivantes toute l’année. La porte d’entrée de l’agriculture de conservation, ce sont les couverts végétaux : ils luttent contre l’érosion, recyclent des éléments minéraux, contrôlent les adventices, structurent le sol et permettent de gagner en autonomie alimentaire.

Nous avons une formidable biodiversité sous nos pieds, c’est de loin la première biodiversité, avant les oiseaux, les insectes… Mais il faut être très humble : on s’aperçoit aujourd’hui qu’on ne connaît pas 0,1 % des micro-organismes du sol.

L’agriculture de conservation est une réponse au dérèglement climatique ?

Elle permet en général de stocker du carbone dans les sols, ou tout au moins d’éviter le déstockage qui est avant tout lié à l’intense travail du sol avec des outils mécaniques.

Et elle apporte de vraies solutions. Par exemple quand on déchaume, un sol nu après déchaumage perd 4 mm d’eau par jour soit 28 mm en une semaine. Si les résidus de récolte sont laissés en place, on ne perd que 0,6 mm d’eau par jour soit 4 mm en une semaine. Et il faut en général 25 mm d’eau pour produire 1 tonne de matière sèche. Autrement dit en déchaumant, on utilise du temps, du gasoil et on use du matériel pour perdre de l’eau. On perd aussi de l’activité biologique car les bactéries meurent dès qu’on dépasse 60 °C, et un sol nu en plein été les dépasse largement.

On s’aperçoit qu’avec l’agriculture de conservation, les sols, même s’ils ne font pas de miracle, sont plus résistants aux fortes précipitations et aux sécheresses. Les Africains, encore plus soumis au dérèglement climatique que nous, sont les premiers à passer en agriculture de conservation. Ils nous montrent que la solution est là.

Où en sont les sols de votre exploitation ?

Avec le recul, je constate un accroissement de la productivité tous les ans et plus du tout d’érosion, pour des coûts de production très faibles. L’exploitation est au bord d’un lac, l’eau à proximité reste propre. Or la terre qui part dans les cours d’eau, c’est de la matière organique, des éléments minéraux, des oligoéléments et aussi des matières actives.

Peut-on imaginer demain une agriculture de conservation sans glyphosate ?

À l’heure actuelle, on ne sait pas faire sans produits chimiques, ou alors il faudrait revenir à du travail du sol. Toutes les études de l’Inrae et d’Arvalis le montrent.

L’agriculture, c’est une histoire de désherbage née il y a 12 000 ans. Le premier « désherbant » a été le feu ; son impact sur le long terme, on le voit en Australie transformée en désert par les pratiques aborigènes. Le deuxième « désherbant » est le travail du sol ; l’Irak et la Syrie, qui étaient il y a 2 000 ans la Mésopotamie et le croissant fertile, sont aujourd’hui des déserts. Le troisième « désherbant » est chimique : avec le glyphosate, nous pouvons restaurer la fertilité des sols, avoir de l’eau propre, et maintenir la biodiversité des sols. Le débat de société devrait plutôt porter sur les bénéfices-risques à long terme de ces trois désherbants.

« Il faut des animaux pour faire fonctionner le sol »

« L’agriculture de conservation au sens strict (semis direct sous couvert végétal) représente seulement 4 à 5% de la surface agricole française. En revanche, les couverts végétaux sont en train de changer la donne et vont représenter environ 60 % de la surface cultivée. Mais il existe une interaction sol/plante/animal. Si l’on veut préserver les sols, on doit remettre de l’élevage partout sur le territoire : il faut des animaux pour faire fonctionner le sol. »

 

Plus d’info dans notre dossier : Le sol un capital vivant
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Magalie Lelong. « Grâce aux robots, je peux consacrer plus de temps aux vaches. Je les connais aussi bien que quand j’étais en salle de traite. »
« Avec un robot, c’est 360 jours de bonheur par an »
Au Gaec de la Rue, dans la Manche. Ayant 700 000 litres de lait en plus à produire et 160 vaches à traire, les associés ont opté…
Quelle que soit la longueur de coupe, elle doit être franche pour ne pas défibrer le maïs, et les grains doivent être pulvérisés pour optimiser leur digestion et limiter le gaspillage d’amidon.
Gare aux effets de mode sur la longueur de coupe des ensilages de maïs
Brins courts, brins longs… Le choix de la longueur de coupe est propre à chaque élevage. Il n’y a pas de recommandation…
L'aide couplée aux UGB bovins lait et mixtes sera de 57 €/UGB, avec un plafond de 40 UGB.
Elevage laitier : Où va la PAC version française ?
Entrer dans les écorégimes sera un enjeu fort pour tous les agriculteurs. Voici les grandes lignes du Plan stratégique français (…
Les trois associés, Hélène et Flavien Servot et Maguy Maury, peuvent gérer seuls le fonctionnement des robots.
Deux robots et du pâturage pour 136 vaches
Le Gaec de la Berquerie, dans la Manche, a conçu son bâtiment et son système pour que les vaches soient toujours libres d’aller…
La collecte laitière française reculait moins la première semaine de mars : -1,3 % par rapport à 2020.  © J. Chabanne
Prix du lait : la Coopération laitière prévoit une hausse de 13 à 15 €/1000 l sur 2021
«Nous prévoyons une hausse du prix du lait payé aux producteurs adhérents des coopératives de 13 à 15 euros les 1000 litres pour…
tourteau stocké à la ferme
Dépendance au soja : La diversification des ressources protéiques s'accélère en filière bovin lait
Répondre à la demande en "zéro déforestation". Réduire l'exposition à la volatilité prix. Améliorer le bilan carbone. La…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière