Aller au contenu principal

La santé animale en bio, entre prévention et médecines alternatives

Une enquête auprès de 17 élevages bovins lait de Rhône-Alpes en agriculture biologique décrit les évolutions des pratiques vétérinaires depuis leur conversion.

Développer les traitements préventifs ne limite pas forcément le curatif. Tous les leviers doivent être actionnés : prévention, technique, conduite du troupeau, alimentation... © B. Griffoul
Développer les traitements préventifs ne limite pas forcément le curatif. Tous les leviers doivent être actionnés : prévention, technique, conduite du troupeau, alimentation...
© B. Griffoul

Les éleveurs laitiers bio utilisent moins d’antibiotiques et font moins de traitements systématiques (antiparasitaires par exemple). Ils misent beaucoup aussi sur la prévention. Les règles préconisées en matière d’alimentation, de propreté des logements et de gestion des parasites prennent chez eux toute leur importance. Ils sélectionnent davantage sur les caractères fonctionnels. Et, enfin, ils ont recours aux médecines alternatives pour prévenir et traiter les pathologies : phytothérapie (à base de plantes), homéopathie et aromathérapie (huiles essentielles).

Ce qui ne va pas de soi. « La réussite de cette transition passe par la motivation personnelle de l’éleveur avec une implication forte des vétérinaires dans la mise en place de médecines alternatives, affirme Jean-Pierre Monier, de la chambre d’agriculture de la Loire. Ce changement de pratique doit en préalable passer par une formation solide puis être accompagné par le vétérinaire. D’autre part, la mise en pratique des soins alternatifs appris en formation doit être effectuée le plus rapidement après celle-ci pour ne pas perdre ses acquis. » Globalement, les éleveurs disent avoir des résultats satisfaisants.

Pas de différence de taux cellulaires avec les conventionnels

En matière de santé mammaire, l’accent est mis sur l’hygiène de traite, le renouvellement du troupeau (réforme des vaches à cellules) et les choix génétiques (le croisement est fréquent). Les médecines alternatives sont utilisées en première intention lorsque le vétérinaire dispose des compétences. Mais l’enquête montre qu’il n’y a pas de corrélation entre l’utilisation de ces médecines et les comptages cellulaires, ni même le pourcentage de mammites. Il n’y a d’ailleurs pas de différence marquée de taux cellulaires avec les élevages conventionnels.

Pour le parasitisme, les éleveurs bio misent à la fois sur la prévention (gestion des pâtures, pas de mélange de catégories d’âge, assainissement des points d’eau...), sur l’observation des animaux et assez souvent sur les coprologies. Ils ciblent surtout les génisses de première année avec une vigilance particulière à l’automne. Strongles et tiques sont les parasites qui leur posent le plus de problèmes. Ils sont peu armés notamment face aux tiques. La phytothérapie, en seaux à lécher, est très utilisée car facile à administrer.

Des boiteries liées au pâturage

Les boiteries posent aussi quelques soucis, surtout en été. Elles sont essentiellement provoquées par les conditions d’accès au pâturage (chemin caillouteux, zones humides). Les éleveurs font du parage en prévention et traitent les panaris avec de la phytothérapie et de l’aromathérapie.

La santé des veaux enfin. Les éleveurs bio n’ont pas plus de mortalité que les éleveurs conventionnels. Les principales causes sont des problèmes autour du vêlage. La faible valeur des veaux prim’holstein, en bio comme en conventionnel, n’incite pas à une vigilance maximale. La prise de colostrum et l’hygiène sont les premières mesures préventives citées. Beaucoup distribuent aussi de l’argile à lécher, réputée très efficace.

Les mamelles, premier poste de dépenses

En Rhône-Alpes, les mamelles représentent le premier poste de frais vétérinaires (4 €/1000 l sur un total de 13 €/1000 l). Mais il n’y a pas de lien entre les dépenses pour les mamelles et les niveaux cellulaires de tank. « On voit de bons résultats cellulaires avec peu de dépenses, mais aussi peu de dépenses sans résultats satisfaisants ou beaucoup de dépenses avec des résultats contrastés », signalent les auteurs de l’étude.

Côté éco

En bio :

° 73 €/VL de frais véto (inférieur de 30 % par rapport au conventionnel)
° 13 €/1000 l (de 7 à 25 €), identique au conventionnel car la productivité par vache est inférieure en bio
° 2/3 des frais en allopathie car les traitements alternatifs sont moins coûteux que les antibiotiques

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Prix du lait : Sodiaal abandonne son prix B
À partir du 1er avril, le prix B disparaît chez Sodiaal. Un « prix unique » sera mis en place pour l’ensemble de la…
Alexis, 28 ans, et Cyril, 32 ans, avec leur père Didier Magnière, 61 ans. « Nous partageons une vraie passion pour la race Simmental et n’aimons pas trop faire du tracteur. »
« Nous avons remis à plat tout notre système de production laitier pour devenir autonomes »
En Côte-d’Or, le Gaec Magniere a repensé totalement son assolement et ses rotations. Il est devenu complètement autonome en…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière