Aller au contenu principal

La marque Lait de pâturage à la recherche de partenaires

Les prochains mois seront décisifs pour l’avenir de la marque créée par des éleveurs. 

Le fait que la marque Lait de pâturage soit une initiative d’éleveurs serait-il un frein à son développement ? Pour le moment, Sodiaal est la seule entreprise à avoir répondu présent dans le cadre de sa démarche Les laitiers responsables lancée en mai. « Nous avons des contacts avec d’autres entreprises, mais aussi avec les distributeurs pour leurs MDD,» a précisé  Marcel Denieul, président de l’association Lait de pâturage lors d’une conférence de presse au Space. Les prochains mois seront décisifs pour l’avenir de la marque.  Quid du plan de filière qui prévoit une harmonisation de la définition du pâturage ? L’avenir de la marque se joue aussi au niveau des achats publics.  « La région Bretagne a dès le départ apporté son soutien. Et elle vient de fixer à 40% la part des achats publics de produits laitiers répondant à des critères de qualité (certifiés) autres que le bio à échéance 2022. »

Favoriser l'adhésion du plus grand nombre d'éleveurs

La marque Lait de pâturage est basée sur deux cahiers des charges, un pour les éleveurs et un pour les transformateurs. Leur  respect est confié à un organisme certificateur indépendant Certis. « C’est la seule marque portant sur l’allégation pâturage certifiée en France ». Le référentiel rigoureux garantit un minimum de 150 jours de pâturage en moyenne par an, avec un minimum de 90 jours de pâturage par élevage. « L’objectif est de favoriser l’adhésion du plus grand nombre », argumente Marcel Denieul. Le contrat type signé avec les partenaires prévoit aussi que l’utilisateur des référentiels s’engage à apporter une valorisation supplémentaire aux éleveurs. Le logo de la marque peut ne pas être utilisé sur les produits. C’est le cas de Sodiaal dont la démarche inclut d’autres critères (alimentation sans OGM) que le pâturage ; plusieurs centaines de coopérateurs de quatre régions (Bretagne, Auvergne-Rhône Alpes , Hauts de France et Pays de la Loire) sont engagés. En tout cas pour Marcel Denieul, il est clair que « le pâturage est devenu aujourd’hui une question centraleque les éleveurs doivent se poser  avant toute évolution de système. L’exemple de la filière œufs et des poules en plein air fait réfléchir : faut-il attendre d’y être obligé ?»

 (1) dans le cas de Sodiaal 15 €/1000 l pour les producteurs engagés, le restant étant mutualisé sur tous les adhérents.

_

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Anthony Balard, dans l'Aveyron. © B. Griffoul
"Mon chien électrique « fait maison » est bien pratique en aire d’attente"
Anthony Balard, dans l’Aveyron, a fabriqué un chien électrique pour l’aire d’attente qui permet de gagner dix minutes sur le…
Les 65 élevages en conventionnel sont tous situés dans un rayon de 40 kilomètres autour de la laiterie bretonne. © C. Pruilh
En Bretagne, la laiterieTriballat Noyal veut réduire les livraisons de lait conventionnel de moitié
La laiterie d’Ille-et-Vilaine veut baisser rapidement les livraisons de lait conventionnel, et le mettre sous cahier des charges.
Après la mort de 400 bovins : l'arrêt du parc éolien est préconisé pendant dix jours
La commission d’enquête mandatée suite aux troubles sur deux élevages laitiers proches du parc éolien des Quatre Seigneurs, en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière