Aller au contenu principal

La collecte patine dans plusieurs zones exportatrices

La production néozélandaise souffrirait du manque de main-d'œuvre.
La production néozélandaise souffrirait du manque de main-d'œuvre.
© I. Pailler - Archives

La production laitière totale des principaux exportateurs mondiaux – Union européenne, États-Unis, Nouvelle-Zélande, Argentine, Australie, Uruguay et Biélorussie – a cru modestement en juillet (+0,1 % par rapport à juillet 2020) et en août (+0,4 %), comparé au rythme élevé du premier semestre de +2 %, selon l'Institut de l'élevage.

L'Union européenne a été globalement stable cet été. « Elle devrait céder du terrain en septembre, à cause du décrochage des collectes française et allemande », estime l'Institut de l'élevage. Aux Pays-Bas, « la collecte a fortement décroché cet été : -3,1 % en juillet. [...] La forte dépendance des élevages aux aliments achetés, dont les prix flambent, pèse sur la productivité laitière. Et les réglementations sur les émissions d'azote et de phosphate limitent le potentiel productif », explique l'Institut.

Baisse de la collecte de l'UE en septembre ?

Aux États-Unis, la croissance de la production laitière a ralenti : de + 4,7 % en mai à +1,1 % en août. La flambée des coûts alimentaires est estimée à +56 % en un an, selon l'USDA.

En Nouvelle-Zélande, la nouvelle campagne laitière 2021-2022 a démarré en juin et juillet avec une collecte en hausse, « mais en recul sur août, malgré le prix du lait stimulant. Le prix des intrants s'est fortement renchéri et les élevages manqueraient de main-d'œuvre suite aux mesures sanitaires contre la Covid-19, qui ont stoppé l'afflux de main-d'œuvre étrangère essentielle au fonctionnement de nombreux élevages », expose l'Institut de l'élevage. La production australienne, en recul en juillet et août, pourrait reprendre si les prévisions climatiques favorables se confirment.

En Argentine et Uruguay, la production est dynamique grâce à de bonnes conditions climatiques.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

L’élevage de Renato Aceto, dans le Sud de l’Italie, envisage de traire plus de 1 000 vaches avec le concept de traite par lots VMS d’ici le printemps 2022.
DeLaval propose un nouveau concept pour la traite robotisée
Traire des lots de vaches à heures fixes avec des robots, tel est le principe du concept VMS Batch milking dédié à l’optimisation…
Michel Lacoste était éleveur laitier dans le Cantal et président du Cnaol
Décès de Michel Lacoste, président du Cnaol

Le Cnaol (AOP laitières), la FNPL ainsi que l’interprofession laitière annoncent, le 22 novembre, le décès de…

Collecte de lait par la Société laitière des Monts d'Auvergne chez les éleveurs du Massif du Sancy pour la fabrication de Saint-Nectaire AOP. Salarié de la laiterie chez l'éleveur près du camion, dans la cour de ferme. Industrie agroalimentaire.
Prix du lait en hausse et collecte en baisse en France en septembre
La hausse du prix du lait conventionnel ne suffit pas à couvrir toutes les hausses de charges. Le prix du lait bio recule pour le…
Les trois associés Philippe, Pierre-Louis et Damien. «On apportait du foin séché en grange depuis 2016, mais les résultats n'étaient pas ceux attendus.C'est l'apport d'eau qui a permis de valoriser la ration.»
« Nous couplons séchage en grange et méthanisation »
Dans les Côtes-d’Armor, l’EARL Dolo est passée d’un système basé sur l’ensilage d’herbe et de maïs au foin séché en grange pour…
Le prix de revient moyen d’une exploitation laitière conventionnelle de plaine est de 405 €/ 1 000 litres
Le prix de revient d’une exploitation laitière conventionnelle de plaine est de 405 €/ 1 000 litres
Mise à part pour la filière biologique, l’actualisation des indicateurs interprofessionnels de coûts de production apporte peu d’…
Les incertitudes - météo, Covid-19, demande chinoise - pèsent sur les équilibres des marchés laitiers.
Les prix des produits laitiers très élevés en octobre novembre
Les cotations de beurre, crème, poudre de lait, de lactosérum, fromages européens... affichaient des niveaux particulièrement…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière