Aller au contenu principal

La collecte patine dans plusieurs zones exportatrices

La production laitière totale des principaux exportateurs mondiaux – Union européenne, États-Unis, Nouvelle-Zélande, Argentine, Australie, Uruguay et Biélorussie – a cru modestement en juillet (+0,1 % par rapport à juillet 2020) et en août (+0,4 %), comparé au rythme élevé du premier semestre de +2 %, selon l'Institut de l'élevage.

L'Union européenne a été globalement stable cet été. « Elle devrait céder du terrain en septembre, à cause du décrochage des collectes française et allemande », estime l'Institut de l'élevage. Aux Pays-Bas, « la collecte a fortement décroché cet été : -3,1 % en juillet. [...] La forte dépendance des élevages aux aliments achetés, dont les prix flambent, pèse sur la productivité laitière. Et les réglementations sur les émissions d'azote et de phosphate limitent le potentiel productif », explique l'Institut.

Baisse de la collecte de l'UE en septembre ?

Aux États-Unis, la croissance de la production laitière a ralenti : de + 4,7 % en mai à +1,1 % en août. La flambée des coûts alimentaires est estimée à +56 % en un an, selon l'USDA.

En Nouvelle-Zélande, la nouvelle campagne laitière 2021-2022 a démarré en juin et juillet avec une collecte en hausse, « mais en recul sur août, malgré le prix du lait stimulant. Le prix des intrants s'est fortement renchéri et les élevages manqueraient de main-d'œuvre suite aux mesures sanitaires contre la Covid-19, qui ont stoppé l'afflux de main-d'œuvre étrangère essentielle au fonctionnement de nombreux élevages », expose l'Institut de l'élevage. La production australienne, en recul en juillet et août, pourrait reprendre si les prévisions climatiques favorables se confirment.

En Argentine et Uruguay, la production est dynamique grâce à de bonnes conditions climatiques.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Tanguy Pinel et Adeline Fontaine. « Notre objectif de produire 800 000 litres de lait sur une stalle avec un maximum de pâturage est conforté par la flambée des matières premières. »
« Nos vaches produisent 41 kg de lait au robot avec 45 % d’herbe pâturée »
Au Gaec Le Bois Denial, en Ille-et-Vilaine, le niveau d’étable est passé de 9 500 kg à plus de 12 000 kg après le passage au…
De gauche à droite : Audrey Bourolleau, fondatrice d'Hectar, et Julie Renoux, vétérinaire conseil pour la Laiterie des Godets.
Quel modèle propose Hectar à la laiterie des Godets ?
Le projet Hectar, fondé par Audrey Bourolleau et Xavier Niel, a inauguré le 17 mai sa ferme pilote La Laiterie des Godets, conçue…
Le prix Lactalis augmente plus rapidement que celui de ses concurrents ce printemps.
Le prix du lait Lactalis parmi les plus élevés

Après d’importantes…

Le prix des vaches laitières de réforme monte, mais pas le nombre d'abattages
Le prix des vaches laitières de réforme monte, mais pas le nombre d'abattages
Jusque début avril, les éleveurs de vaches laitières ont préféré retenir des vaches pour profiter de la hausse du prix du lait et…
C'est en Belgique, Irlande, Pays-Bas et Allemagne que le prix de mars a le plus augmenté par rapport à mars 2021.
Le prix du lait français à la traîne en Europe

L’observatoire européen des prix du lait

Prairie de 12 ans en janvier 2022.
« Je donne une seconde chance à mes prairies pour les faire vieillir »
Dans la Sarthe, Benoit Drouin cherche à maximiser le rendement de ses prairies tout en les faisant vieillir. Il a apporté son…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière