Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

« La caméra a changé notre manière d’alimenter le troupeau »

Au Gaec Chez Palot dans le Rhône, la caméra a mis en lumière un manque d’accès à la ration la nuit.

« Nous avons fait fausse route pendant des années, reconnaît Mikaël Gonin, installé en Gaec avec son frère Alexandre, à Amplepuis. Le matin, on était content de voir que toutes les vaches se lever pour venir à l’auge. On pensait que c’était bon signe. Signe qu’elles étaient en forme et prêtes à manger pour faire du lait ! En fait, si elles se précipitaient à l’auge, c’est parce qu’elles avaient le ventre vide depuis des heures ! » Aujourd’hui, les 110 Montbéliardes à 8 000 kg de moyenne ne se précipitent plus vers la table d’alimentation dès qu’elles entendent la mélangeuse démarrer le matin. « Le fait de pouvoir filmer avec une caméra ce qui se passe dans le troupeau pendant 24 heures nous a ouvert les yeux, témoignent les éleveurs. Les scènes de nuit sont particulièrement marquantes. L’agitation du troupeau nous a particulièrement frappés. La nuit, il y a des vaches couchées, mais aussi beaucoup de vaches assez nerveuses qui se déplacent, et d’autres qui stagnent debout dans les couloirs. » Autre fait surprenant : plus aucune vache ne se présente au cornadis à partir de 22 h… Et pour cause, il ne reste qu’un mince filet de fourrage, hors d’atteinte. Pourtant, la ration était repoussée à 19h30. « On était loin d’imaginer ça ! On savait que la ration n’était pas forcément distribuée à volonté à l’auge (19,5 kg MS) mais on ne se doutait pas que les vaches restaient dix heures sans manger ! »

L’observation des vaches de nuit est très instructive

« La manière dont les vaches trient la ration nous a aussi sautés aux yeux. Elles poussent les cornadis avec les épaules et reportent toute leur charge sur les pattes arrière, ce qui sollicite fortement leurs aplombs. »

Avec l’appui du Spel, le Gaec a aussi testé et filmé deux autres modalités de distribution pendant une semaine chacune : le soir à 17 h (avec quatre repousses manuelles) et le matin avec huit repousses effectuées par un robot repousse-fourrages. C’est cette dernière modalité qui a permis de mieux répartir la prise alimentaire au fil de la journée (cf. infographie). Suite à l’essai, les éleveurs ont d’ailleurs décidé d’investir dans cet équipement (14 000 €). « Le troupeau est désormais plus calme. Nous n’observons plus l’effet « vaches affamées » le matin. Après la traite, elles vont se coucher. On en voit beaucoup moins qui restent debout, et s’il y en a une, c’est pour une bonne raison (chaleurs, etc.). » Les éleveurs ne relèvent pas de mouvement massif vers l’auge quand le robot passe. « C’était ma crainte, mais finalement, les vaches n’y prêtent pas vraiment attention. »

 

kh

 

Le Gaec a testé trois modalités de distribution pendant une semaine chacune, avec une ration semi-complète à base d’ensilage de maïs, d’herbe et de foin. Celle-ci n’était pas distribuée à volonté (19,5 kg MS à l’auge, hors DAC). Il n’y a pas eu de différence en termes d’ingestion et de production laitière entre les trois modalités. Ceci dit, avec la modalité avec huit repousses, le Gaec est passé sur un ensilage d’herbe de 2e coupe, donc de moins bonne valeur. La production aurait dû baisser mais elle s’est pourtant maintenue. Il y a sûrement eu un gain mais difficilement chiffrable. Par contre, ce qui est sûr, c’est que l’ingestion a été mieux répartie avec cette modalité. On observe un meilleur film alimentaire à la caméra, et des cycles de vie mieux respectés avec moins de vaches statiques dans les couloirs et des animaux plus calmes. Les ingestions sont également moins rapides et moins par à-coups. Ce constat se retrouve aussi avec la modalité de distribution le soir.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Vous aimerez aussi

Vignette
Ration : "l’affûtage des couteaux de la mélangeuse a été bénéfique"

 

« Nous avons un troupeau de 70 Prim’Holstein à 9 500 kg de lait en moyenne. Nous essayons…

Vignette
Des sorghos pour différents usages
Monocoupes ou multicoupes, avec du grain ou pas, avec caractère BMR ou pas... Arvalis rappelle les différences entre les sorghos…
Vignette
Les initiatives de toastage se multiplient
Le toastage de protéagineux intéresse de plus en plus d’éleveurs. Les retours sont plutôt bons et les résultats…
Vignette
Les prévisions de rationnement vont mieux coller à la réalité
Le nouveau système de l’Inra révolutionne le calcul des rations. Plus complexe, il apporte plus de précisions. Son utilisation en…
Vignette
« Nous distribuons les minéraux et vitamines dans l’eau de boisson »

« Depuis un an, nous avons installé trois pompes doseuses qui nous permettent de distribuer dans le…

Vignette
« Même avec un robot saturé, on arrive à faire pâturer nos 70 vaches »

Le Gaec des Fresnes, en Loire-Atlantique, a un fonctionnement par lot au pâturage, de façon à toujours maintenir des bêtes…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière