Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Xavier Pignot, en Gaec dans la Manche
" J’utilise un herbomètre connecté "

 © D. Briand
© D. Briand

« Quand je me suis installé en 2011, nous ensilions 40 ha de maïs. Cela nous coûtait 24 000 € par an. Il y a deux ans, j’ai décidé de diminuer la part de maïs au profit de prairies pour faire des économies. Cette année, je n’en ai semé que 17 ha. J’ai resemé des prairies temporaires à base de RGA, trèfle blanc, dactyle et fétuque. Nos 90 vaches (référence de 557 000 l) disposent désormais de 35 ha de prairies accessibles. Quand on se lance dans le pâturage, il faut avoir des mesures fiables sur la pousse de l’herbe. Cela permet d’optimiser les rotations des parcelles. Je me suis donc inscrit à l’observatoire de la croissance de l’herbe de la Manche en mars. La chambre d’agriculture a mis à ma disposition un herbomètre connecté Grasshopper. Il mesure la hauteur d’herbe et la biomasse par ultrasons. Chaque parcelle a été cartographiée.

Mesures de la hauteur d'herbe et biomasse par ultrasons

Les parcelles sont reconnues grâce à un GPS intégré. Tous les vendredis matin, je passe environ deux heures pour mesurer la pousse de l’herbe sur 28 ha de prairies. Je fais 40 mesures sur mes 20 parcelles. Leur surface varie de 1,5 à 4 ha. L’herbomètre enregistre les données au fur et à mesure. Il les envoie à la chambre d’agriculture. De mon côté, je peux les consulter sous la forme d’un graphique sur mon smartphone grâce à sa fonction bluetooth et l’application Grasshopper. Cet herbomètre m’aide beaucoup. Il est très simple à utiliser. Avant, j’utilisais un herbomètre équipé d’un compteur. Il me fallait trois heures et demie pour faire les mêmes mesures.

Tant qu'on me le mettra à disposition, je continuerai à l’utiliser. Sinon, je ne pense pas que j’investirai 1 600 € dans cet outil. C’est trop cher. Avec l’habitude, on finit par connaître ses parcelles. L’œil de l’éleveur peut prendre le relais. Je n'ai pas assez de recul pour mesurer l'impact économique de mon changement de système. Mais mes vaches sortent jour et nuit depuis le 24 mars. Je ne leur distribue plus de concentré à cette période. Elles produisent plus de lait (22 l en moyenne) qu’auparavant à la même époque (19/20 l). Pour profiter au maximum du pâturage, j’ai commencé à décaler les vêlages pour en avoir un maximum au printemps.

Voir la vidéo

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Désinfection et vide sanitaire s'imposent contre la cryptosporidiose
Principale cause de diarrhées néonatales chez le veau, la cryptosporidiose nécessite la mise en place de mesures de biosécurité…
Vignette
« Nous voulons concilier temps pour la famille et revenu »
Au Gaec Aron et Chère, en Loire-Atlantique, les trois associés ont mis le cap sur une stratégie d’investissement prudente mais…
Vignette
Lait : jusqu'où augmentera la collecte irlandaise ?

Le pays a produit 7,8 milliards de litres de lait en 2018, soit une hausse de 53% par rapport à 2008.…

Vignette
Un plan pour développer le biogaz breton

Lors du Space, avec la signature du Pacte biogazier breton (1), la Bretagne se dote d’une…

Vignette
L'incendie de Lubrizol coûtera cher
Plus de 11 millions de litres de lait ont été jetés ! Éleveurs et transformateurs ont subi un manque à gagner et des surcoûts.
Vignette
Résultats positifs pour les Maîtres Laitiers du Cotentin
Le résultat net part du groupe coopératif est de 7,566 millions d'euros sur la campagne 2018-2019, en progression par rapport à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière