Aller au contenu principal

Jouffray-Drillaud et Terrena Semences fusionnent pour créer Cérience

Né du rapprochement stratégique de Terrena Semences et Jouffray-Drillaud, Cérience est un nouvel acteur spécialisé dans la production et la sélection de semences, ainsi que le développement de solutions alternatives destinées à la nutrition et à la protection des cultures.

Nouvelle marque issue de la fusion de Jouffray-Drillaud et Terrena Semences, Cérience s’inscrit dans le projet d'agriculture de progrès de Terrena par la recherche et le développement de solutions et semences conciliant le respect du vivant et les progrès issus de l’évolution des savoirs et de l’apport des nouvelles technologies.

Son nom fait à la fois référence à Cérès, la déesse de l’agriculture, des moissons et de la fertilité, et résonne aussi avec expérience et science, synonyme d’innovation et de solution. « La signature de marque « Cérience, l’agronome semencier » symbolise notre ambition de devenir un acteur incontournable de la transformation agricole fondée sur des solutions durables et une approche agronomique, avance Luc Saint-Bonnet, Directeur Général de Cérience. Nous souhaitons une agriculture à la fois productive, compétitive, écologique et durable, qui nourrisse la terre entière et qui, en même temps, préserve les sols et la planète, tout en pérennisant les exploitations agricoles. » Cérience fera la part belle aux légumineuses, couverts végétaux, technologies appliquées aux semences, bio-intrants, bio contrôle, etc. "

Trois domaines d'expertise

Ses activités sont regroupées en trois pôles. Tout d’abord, la production de semence de plus de 80 espèces (maïs, céréales, protéagineux, potagères, fourragères...). « Nous nous adaptons aux cahiers des charges de nos clients obtenteurs et semenciers, et nous engageons sur une qualité et une sécurisation de leur génétique semences. » Outre cette activité de production, Cérience propose une chaîne complète de prestations semences : transformation, techno-semences, conditionnement et logistique. La deuxième activité porte sur le savoir-faire de sélectionneur et, notamment, dans les domaines des fourragères, des couverts végétaux, et de la luzerne où elle est leader en France avec 30 % du marché. Enfin, la R&D et/ou la mise en marché de solutions de biosciences, adjuvants, technologies semences (enrobages, etc.), biocontrôle, biostimulants et inoculum est le troisième grand domaine d’expertise.

"Nous souhaitons nous affirmer comme un acteur international incontournable sur les marchés des semences de luzerne, de mélanges fourragers et de couverts végétaux." Cérience ambitionne une croissance de 3 % à l’échelle de la France en sélection et production de semences et de 10 % à l’international.

Missing élément de média.

En chiffres

3 sites industriels (Vern d’Anjou, Beaufort-en-Anjou, Cissé)

2 laboratoires certifiés

330 employés

110 millions de chiffre d’affaires (dont 18 % à l’international)

7 % du chiffre d’affaires réinvesti en R&D

Plus de 80 espèces

Plus de 180 certificats d’obtention végétale.

18 000 t de semences commercialisées

55 000 t de semences produites en prestations

5 millions ha de bio-intrants

1 500 agriculteurs multiplicateurs

27 000 ha de production de semences

 

Visionner la vidéo de présentation de Cérience

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Installé en juillet dernier, le tracker solaire à cellules bifaces pourrait permettre d’économiser 3 944 euros d’électricité par an. © F. Mechekour
[Autonomie en électricité] Le Gaec Philippeau a investi dans un tracker solaire 
Le Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, a investi 40 000 euros dans un tracker solaire de 75 m2 pour une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière