Aller au contenu principal

Ils fabriquent à la ferme des glaces La Mémère 100 % bio

L’EARL Beaufour Holstein, en Ille-et-Vilaine, s’est lancée dans un concept original en association avec la société La Mémère. Ils ont créé ensemble une SAS qui fabrique et commercialise des glaces artisanales bio, essentiellement en supermarché. Les éleveurs restent majoritaires à 51 % du projet.

« Le concept proposé par la Compagnie laitière des glaces paysannes nous a tout de suite plu, exposent d’emblée Thierry et Carole Singeot, installés en bio avec 60 laitières à Eancé, en Ille-et-Vilaine. Nous l’avons découvert à travers un reportage qui présentait cette initiative d’Arnaud Montebourg. Il cherchait des agriculteurs bio pour fabriquer des glaces artisanales commercialisées sous la marque La Mémère. Nous avons postulé en juillet 2020. » Le contact s’est bien passé, et moins d’un an plus tard, les premiers pots de glace fabriqués sur la ferme, estampillés de la photo des éleveurs, étaient prêts à être distribués et dégustés.

Bien qu’il ne se destinait pas à l’agriculture, Mathieu, le fils de Thierry et Carole, a finalement rejoint ses parents et s’est lancé à fond dans cette aventure. Âgé de 22 ans, c’est lui qui chapeaute aujourd’hui la partie transformation.

Concrètement, le principe de ce modèle économique est simple. L’EARL vend le lait (800 €/1 000 l)(1) à une SAS créée entre la Compagnie des glaces et les éleveurs, ces derniers détenant 51 % des parts. Un contrat lie les deux partenaires pour cinq ans. La Compagnie des glaces met à disposition le matériel et les locaux pour la transformation du lait, sous forme d’une location annuelle. Elle assure aussi la formation à la fabrication de glaces, fournit un soutien technique continu, et gère les ventes en supermarché avec une équipe commerciale dédiée. Le bénéfice est réparti entre les éleveurs et la Compagnie au prorata des parts.

« Ce qui nous a séduits dans le projet, c’est que le travail des éleveurs est rémunéré à sa juste valeur, avec un prix d’achat du lait permettant de gagner sa vie dignement, argue Thierry Singeot. De plus, l’investissement et la prise de risque sont limités. La Mémère supervise la formation et l’installation. C’est rassurant d’être épaulés quand on s’engage dans une activité que l’on ne connaît pas. » Enfin, le côté haut de gamme et naturalité du produit 100 % bio, fabriqué sans additifs ni conservateurs, avec une recette conçue par un glacier meilleur ouvrier de France, a définitivement motivé les éleveurs.

© E. Bignon

Six containers (160 m2 en tout) forment l’unité de production, avec le laboratoire et l’unité de froid d’un côté, et l’unité de stockage des emballages de l’autre. Une partie a également été aménagée en local de vente directe. Le terrassement et la création de canalisations enterrées pour le transfert du lait et l’évacuation des eaux usées ont été réalisés. « En tout, il a fallu quatre mois de présence pour le suivi des travaux », témoigne Thierry.

Mathieu a bénéficié de quatre jours de formation à la fabrication des glaces. « C’est court mais suffisant pour démarrer, estime-t-il. Sachant que l’on reste en contact rapproché avec les ingénieurs de La Mémère pour toutes questions sur les machines, le process, etc. »

La qualité a été au rendez-vous dès le démarrage. Chaque semaine, 1 100 litres de lait sont écrémés, pasteurisés et transformés. Cela représente hebdomadairement quelque 3 000 pots de glace de 400 grammes à raison d’une fabrication par jour du lundi au vendredi. Deux salariées ont été recrutées par la SAS pour la transformation. « C’est nettement plus facile que d’embaucher un vacher ! ». Une vente hebdomadaire a lieu sur la ferme. « Un bon moyen pour échanger avec les clients. Les retours sont très positifs et le projet suscite l’enthousiasme dans le village. »

(1) Prix contractualisé sur 5 ans.

Une marque haut de gamme

Ils fabriquent des glaces La Mémère 100 % bio à la ferme
© La Mémère

« La Compagnie des glaces est une petite structure dynamique et réactive, avec des experts dans chaque domaine », apprécie Thierry Singeot. Elle dispose d’un réseau de distribution en supermarché (Intermarché, Carrefour, Monoprix, Leclerc, Casino, Auchan…) dans plusieurs régions et commercialise six parfums de glace (vanille, chocolat, café, caramel beurre salé, fraise, framboise). Elle travaille aussi avec un autre élevage dans la Vienne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Tanguy Pinel et Adeline Fontaine. « Notre objectif de produire 800 000 litres de lait sur une stalle avec un maximum de pâturage est conforté par la flambée des matières premières. »
« Nos vaches produisent 41 kg de lait au robot avec 45 % d’herbe pâturée »
Au Gaec Le Bois Denial, en Ille-et-Vilaine, le niveau d’étable est passé de 9 500 kg à plus de 12 000 kg après le passage au…
De gauche à droite : Audrey Bourolleau, fondatrice d'Hectar, et Julie Renoux, vétérinaire conseil pour la Laiterie des Godets.
Quel modèle propose Hectar à la laiterie des Godets ?
Le projet Hectar, fondé par Audrey Bourolleau et Xavier Niel, a inauguré le 17 mai sa ferme pilote La Laiterie des Godets, conçue…
Guerre en Ukraine : La hausse des charges des exploitations laitières pourrait atteindre plus de 60 euros pour 1 000 litres en moyenne
Guerre en Ukraine : La hausse des charges des exploitations laitières pourrait atteindre plus de 60 euros pour 1 000 litres en moyenne
La flambée des prix des concentrés, des engrais ainsi que de l’énergie pourraitentraîner une hausse des charges allant, pour une…
Le prix Lactalis augmente plus rapidement que celui de ses concurrents ce printemps.
Le prix du lait Lactalis parmi les plus élevés

Après d’importantes…

Le prix des vaches laitières de réforme monte, mais pas le nombre d'abattages
Le prix des vaches laitières de réforme monte, mais pas le nombre d'abattages
Jusque début avril, les éleveurs de vaches laitières ont préféré retenir des vaches pour profiter de la hausse du prix du lait et…
C'est en Belgique, Irlande, Pays-Bas et Allemagne que le prix de mars a le plus augmenté par rapport à mars 2021.
Le prix du lait français à la traîne en Europe

L’observatoire européen des prix du lait

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière