Aller au contenu principal
Font Size

« Il faut se créer des marges de manoeuvre »

Pour être compétitive durablement, une exploitation devra être adaptable, ou flexible, selon Jean-Marie Séronie, du CER France Manche.

Lors du Cerel(1) de juillet dernier, Jean-Marie Séronie, du CER France Manche, a démarré sa présentation par un retour sur les deux dernières campagnes, et les enseignements qu’il en a tirés : 
■ la hausse du prix du lait en 2008 a masqué la crise des coûts. Le coût de revient est resté élevé par la suite (plus de 340 €/1000 l sur 2009, aides PAC déduites) ; 
■ les coûts alimentaires dérapent depuis 2006: +23 % pour les charges liées à la SFP et +35 % pour le prix des aliments ; 
■ les écarts se creusent entre exploitations, et vont encore se creuser, entre le quart le plus performant économiquement et le quart inférieur. « Quand les difficultés viennent des charges, les écarts se creusent entre ceux qui parviennent à les maîtriser et les autres. La maîtrise des charges met en jeu les compétences individuelles. Contrairement aux différences sur le prix du lait. » ; 
■ les situations financières se sont fortement dégradées. « Une partie des exploitations ne s’en sortira probablement pas. Nous alertons les pouvoirs publics pour qu’il y ait un plan d’accompagnement de ces exploitations. »; 
■ les situations sont de plus en plus individuelles, « car les conséquences de la compétence des éleveurs sont de plus en plus cruciales », résume Jean- Marie Séronie. 
Toutefois, « le volume de lait produit par UTH est un critère déterminant pour le revenu disponible. Et la capacité à réagir par rapport à un renversement de marché est liée à la taille. Ceux qui ont produit les +10 % en 2008 étaient souvent des grosses exploitations ». 
La deuxième partie de la présentation concernait les outils de gestion utiles pour piloter son exploitation dans la durée. « La production laitière est soumise à une triple variabilité : du prix du lait, du coût des intrants, et des volumes de lait à produire. Pour être compétitif dans ce contexte, une des clés est d’avoir une exploitation adaptable, ou flexible, pouvoir faire varier sa production laitière, et saisir des opportunités. » 
Le conseiller estime qu’il faudra réduire ses coûts de production, pour supporter les périodes de vaches maigres. Parmi les leviers: la maîtrise de l’herbe, la saturation des facteurs de production (bâtiment, main-d’oeuvre), la rotation des capitaux et la rapidité d’amortissement des investissements, par exemple grâce à des alliances (achat partagé, Cuma). 

Coûts maîtrisés, trésorerie anticipée pour avoir des marges de manoeuvre 

Il insiste sur l’importance de raisonner sa trésorerie; « pendant les périodes fastes, on prépare l’exploitation à passer de futurs mauvais moments ». Enfin, il faut savoir bénéficier des hausses, c’est-à-dire savoir faire varier sa production laitière, tout en restant rentable. 
Pour piloter son exploitation, Jean-Marie Séronie explique qu’il faut regarder plusieurs critères : le prix de revient, le prix équilibre et le coût marginal. « Pour l’analyse sur le long terme, je pars de la valeur ajoutée sans les aides : c’est avec ça que je fais mes remboursements et mes prélèvements, et que je dispose de marges de manoeuvre. Les aides sont un ‘plus’ pour accompagner l’entreprise dans son évolution. » 

Prix d’équilibre et de revient, coût marginal 

Pour l’analyse sur le moyen terme, « je regarde le prix de revient de l’atelier lait, c’est-à-dire les charges opérationnelles, les charges fixes, les frais financiers, les amortissements, la rémunération des capitaux et du travail, desquels on enlève les aides et le produit viande ». Pour l’analyse sur le court terme: « On regarde la trésorerie et on détermine son prix d’équilibre : les charges opérationnelles, les charges fixes, les annuités, les prélèvements privés, desquels on retire les aides, les autres produits, les marges des autres productions. » Enfin, le coût marginal sert à répondre à la question : ai-je intérêt à produire plus ? C’est le coût de production d’un volume supplémentaire. ■ Costie Pruilh (1) Cerel : Centre européen de recherche et d’enseignement sur le lait. Il organise chaque année un colloque.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
Maïs fourrage: c'est le grain qui dicte le stade de récolte, pas les feuilles !
Récolter au bon stade le maïs fourrage est essentiel : il en va de la qualité et de la conservation  de l'ensilage. Ne vous…
Frédéric Lenglet avec Indienne, une croisée montbéliarde x rouge suédoise x prim’holstein x jersiaise. « Les 110 hectares accessibles depuis le siège d’exploitation ont permis d’accueillir 200 vaches tout en gardant un système très pâturant. » © A. Conté
« Sécuriser le système fourrager pour produire 1 million de litres de lait bio »
Dans la Sarthe, Frédéric Lenglet est en passe de produire 1 million de litres de lait bio avec des vaches à 5 000 litres. Ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière