Aller au contenu principal

Guerre en Ukraine : La hausse des charges des exploitations laitières pourrait atteindre plus de 60 euros pour 1 000 litres en moyenne

La flambée des prix des concentrés, des engrais ainsi que de l’énergie pourraitentraîner une hausse des charges allant, pour une exploitation moyenne, jusqu’à 61 euros pour 1 000 litres, calcule l’Idele.

Guerre en Ukraine : La hausse des charges des exploitations laitières pourrait atteindre plus de 60 euros pour 1 000 litres en moyenne

L’impact de l’inflation, due à la guerre en Ukraine et à la reprise économique post-pandémie, se chiffre sur les coûts de production entre +15 €/1 000 l et +61 €/1 000 l, calcule l’Institut de l’élevage. Cette estimation tient compte des trois postes à enjeu que sont les achats d’aliments, les carburants et les travaux par tiers ainsi que les engrais, notamment azotés, dans une exploitation moyenne de plaine.

« Il y a une forte sensibilité des fermes aux prix des matières premières », décrypte Benoît Rubin, chef du service économie de l’exploitation à l’Idele. Si la conjoncture ne s’améliore pas, l’impact pourra en effet être de plus de 20 000 euros par UMO. « La question de la trésorerie est centrale, explique-t-il. Le contexte renvoie à la question du taux de couverture des exploitations. Et la situation est très contrastée. Nous aurons un effet ajustement sur les charges mais aussi sur les volumes produits. C’est une évidence. »

 

 

 

Parmi les marges de manœuvre pour piloter les coûts, Benoît Rouillé, expert en alimentation animale, conseille de « jouer sur la complémentation et de valoriser au mieux le pâturage ». « En cette période, s’il est possible d’avoir de l’herbe pâturée, il ne faut pas hésiter à être économe avec les prix des correcteurs actuels », explique-t-il. Baisser le concentré de production est un levier réactif qui va entraîner une faible baisse de production.

Être économe en concentrés

À moyen et long terme, l’enjeu des débouchés et de la contractualisation sera crucial. « Quelle intelligence des contrats dans ce type de situation ?, interroge Benoît Rubin. C’est une sacrée question de pouvoir intégrer cette volatilité qui, de crise en crise, est de plus en plus forte. »

Pour parvenir à ces résultats, l'Idele a testé deux hypothèses sur un échantillon de 133 exploitations de plaine du réseau Inosys (en moyenne 2,15 UMO et 346000 l produits par UMO), selon l’évolution de la situation économique et géopolitique. Une première dite basse, dont le scénario est un retour assez rapide à une situation proche de début 2022, soit avant la guerre en Ukraine mais en tenant compte de la forte inflation de 2021. Une seconde hypothèse haute, où les tensions et l’instabilité perdurent avec des prix qui persistent au niveau constaté début mars, soit juste après le début de l’invasion russe en Ukraine.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Guerre en Ukraine : La hausse des charges des exploitations laitières pourrait atteindre plus de 60 euros pour 1 000 litres en moyenne
Guerre en Ukraine : La hausse des charges des exploitations laitières pourrait atteindre plus de 60 euros pour 1 000 litres en moyenne
La flambée des prix des concentrés, des engrais ainsi que de l’énergie pourraitentraîner une hausse des charges allant, pour une…
Le prix des vaches laitières de réforme monte, mais pas le nombre d'abattages
Le prix des vaches laitières de réforme monte, mais pas le nombre d'abattages
Jusque début avril, les éleveurs de vaches laitières ont préféré retenir des vaches pour profiter de la hausse du prix du lait et…
Intensif et très autonome, c’est possible
Intensif et très autonome, c’est possible
Comment viser l’autonomie protéique tout en conciliant une productivité par vache élevée ? Retrouvez dans ce dossier des élevages…
Le prix du lait bio rejoint celui du lait conventionnel
Le prix du lait bio rejoint celui du lait conventionnel
Ce printemps, le prix du lait bio moyen tourne autour de 400 € les mille litres, comme le prix du lait conventionnel. Avec…
Prairie de 12 ans en janvier 2022.
« Je donne une seconde chance à mes prairies pour les faire vieillir »
Dans la Sarthe, Benoit Drouin cherche à maximiser le rendement de ses prairies tout en les faisant vieillir. Il a apporté son…
Mathilde Tirole et Julien Maire avec leur cédant, Christian Jeannerot. « Même si nous ne sommes pas complètement autonomes, la citerne permet une belle économie sur la facture d’eau. »
« Nous récupérons l’eau des toitures pour l’abreuvement »
Le Gaec des Fermes voisines, dans le Doubs, dispose d’une citerne de récupération d’eau de pluie en béton pour alimenter les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière