Aller au contenu principal

Guerre en Ukraine : La hausse des charges des exploitations laitières pourrait atteindre plus de 60 euros pour 1 000 litres en moyenne

La flambée des prix des concentrés, des engrais ainsi que de l’énergie pourraitentraîner une hausse des charges allant, pour une exploitation moyenne, jusqu’à 61 euros pour 1 000 litres, calcule l’Idele.

Guerre en Ukraine : La hausse des charges des exploitations laitières pourrait atteindre plus de 60 euros pour 1 000 litres en moyenne

L’impact de l’inflation, due à la guerre en Ukraine et à la reprise économique post-pandémie, se chiffre sur les coûts de production entre +15 €/1 000 l et +61 €/1 000 l, calcule l’Institut de l’élevage. Cette estimation tient compte des trois postes à enjeu que sont les achats d’aliments, les carburants et les travaux par tiers ainsi que les engrais, notamment azotés, dans une exploitation moyenne de plaine.

« Il y a une forte sensibilité des fermes aux prix des matières premières », décrypte Benoît Rubin, chef du service économie de l’exploitation à l’Idele. Si la conjoncture ne s’améliore pas, l’impact pourra en effet être de plus de 20 000 euros par UMO. « La question de la trésorerie est centrale, explique-t-il. Le contexte renvoie à la question du taux de couverture des exploitations. Et la situation est très contrastée. Nous aurons un effet ajustement sur les charges mais aussi sur les volumes produits. C’est une évidence. »

 

 

 

Parmi les marges de manœuvre pour piloter les coûts, Benoît Rouillé, expert en alimentation animale, conseille de « jouer sur la complémentation et de valoriser au mieux le pâturage ». « En cette période, s’il est possible d’avoir de l’herbe pâturée, il ne faut pas hésiter à être économe avec les prix des correcteurs actuels », explique-t-il. Baisser le concentré de production est un levier réactif qui va entraîner une faible baisse de production.

Être économe en concentrés

À moyen et long terme, l’enjeu des débouchés et de la contractualisation sera crucial. « Quelle intelligence des contrats dans ce type de situation ?, interroge Benoît Rubin. C’est une sacrée question de pouvoir intégrer cette volatilité qui, de crise en crise, est de plus en plus forte. »

Pour parvenir à ces résultats, l'Idele a testé deux hypothèses sur un échantillon de 133 exploitations de plaine du réseau Inosys (en moyenne 2,15 UMO et 346000 l produits par UMO), selon l’évolution de la situation économique et géopolitique. Une première dite basse, dont le scénario est un retour assez rapide à une situation proche de début 2022, soit avant la guerre en Ukraine mais en tenant compte de la forte inflation de 2021. Une seconde hypothèse haute, où les tensions et l’instabilité perdurent avec des prix qui persistent au niveau constaté début mars, soit juste après le début de l’invasion russe en Ukraine.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Xavier (à gauche) et Estelle, avec leur salarié, Florian Caillaud, et les enfants du couple, Agathe et Arthur. « Nous cherchons à augmenter la production sans dégrader le coût de production, mais nous investissons aussi régulièrement pour avoir un outil fonctionnel, agréable et transmissible. »
« Notre système compense le faible potentiel fourrager de nos terres »
Le Gaec Beneteaud, en Charente-Maritime, a misé sur un système intensif à base de maïs et ray-grass italien pour compenser le…
Dans le dispositif en bandes de la ferme de Saint-Hilaire-en-Woëvre, le semis sous couvert de méteil d’automne est l'itinéraire qui a le mieux fonctionné.
Deux pistes prometteuses pour rénover une prairie sans glyphosate et sans labour
Semis sous couvert de méteil d’automne ou après un colza fourrager de fin de printemps sont deux itinéraires techniques…
Le prix du lait français toujours distancé
Les prix du lait en Allemagne, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Etats-Unis... sont plus élevés qu'en France. Un écart qui s'est creusé…
Un nouvel essai est actuellement en cours à Derval sur une vingtaine de génisses de première année pour mesurer s'il y a un gain de temps de travail avec la clôture virtuelle.
« Nous avons testé les clôtures virtuelles sur les génisses »
La ferme expérimentale de Derval a expérimenté à l’automne 2020 et au printemps 2021 les clôtures virtuelles Nofence sur une…
Les niches avec courettes sont une solutions pour se conformer au nouveau règlement bio.
En bio, ils ont trouvé des solutions pour faire sortir leurs veaux non sevrés
Installation de niches collectives ou ouverture vers l’extérieur de la nurserie, deux élevages de Loire-Atlantique ont réalisé…
Les tensions sur l'offre font craindre de nouvelles restrictions d'exportation, après celles de l'Inde sur le blé et de l'Indonésie sur l'huile de palme. Elles auraient pour effet de renforcer la volatilité des marchés.
L'offre peine à suivre la demande, pour l'instant
Céréales, lait... Peu de matières premières agricoles échappent au déséquilibre actuel offre/demande. Un déséquilibre qui…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière