Aller au contenu principal

Génomique : l’index vitesse de traite confirme son intérêt

L’index génomique de vitesse de traite mérite l’attention, et particulièrement en cas de stalle de robot saturée. Sa fiabilité a été vérifiée à travers une vaste étude de Seenovia portant sur plus de 10 000 femelles.

gros plan sur un robot de traite
L'index de vitesse de traite est un bon indicateur prédictif du débit de lait.
© E. Bignon

« L’index de vitesse de traite est bel et bien fiable », affirme Xavier Brémondy, responsable du marché génétique et reproduction chez Seenovia, suite à une récente analyse des données de 200 élevages rassemblant plus de 10 000 femelles en première lactation.

Certains en doutaient car le phénotype servant à le calculer repose sur un simple avis qualitatif des éleveurs lors du pointage. « Nous avons voulu vérifier ce point en nous appuyant sur des données factuelles chiffrées. Ce travail n’avait jamais été réalisé auparavant. »

L’analyse s’est appuyée sur les résultats d’élevages en traite robotisée bénéficiant du service Datahub, plateforme d’échange de données entre le robot et l’entreprise de conseil en élevage. C’est par ce biais et grâce aux données de débit de lait récupérées que la corrélation entre la valeur génétique des femelles et les débits de traite réels observés a pu être étudiée.

Le constat est sans appel : sur la population de femelles génotypées, le coefficient de corrélation est de 40 %, ce qui signifie que l’index est donc un bon indicateur prédictif du débit de lait. « Intensifier la sélection sur ce caractère permettra bien de l’améliorer, considère le conseiller. Sur les animaux indexés sur ascendance, la tendance va dans le bon sens mais le coefficient de corrélation tombe à 11 %, ce qui se révèle beaucoup moins efficace. »

Des vitesses de traite allant du simple au double

La vitesse de traite est un caractère important, particulièrement pour les élevages équipés de robot de traite et qui cherchent à produire un maximum de lait avec un minimum de stalle. « Concrètement, le débit de lait observé en élevage peut varier de 1,8 à 3,5 kilos de lait par minute pour un même volume produit. Pour une vache à 30 kilos de lait, cela revient à passer de 8 minutes de traite à 16 minutes par jour, soit deux fois plus de temps. »

Concernant la transmission aux générations futures, l’héritabilité du caractère vitesse de traite s’élève à 20 % d’après GenEval(1). « Cela se montre satisfaisant, même si elle se révèle moins élevée que l’héritabilité de la quantité de lait (30 %) ou des taux (50 %) », poursuit Xavier Brémondy, en rappelant que la génétique est de toute façon le seul moyen d’améliorer ce caractère, l’environnement n’ayant pas d’impact. À titre de comparaison, cette héritabilité apparaît quasi équivalente à celle observée pour les caractères morphologiques.

(1) Association constituée par Eliance (ex-Allice) et Races de France.

Un gain potentiel de lait produit par stalle

Dans la population des 200 élevages étudiés, 0,34 point d’index vitesse de traite sépare le quart inférieur (-0,17) du quart supérieur (0,17), soit une variation de débit moyenne de 0,2 kg de lait par minute. « Pour une stalle robot qui réaliserait en moyenne 14 heures de traite effective par jour, cette variation de 0,34 point correspondrait à 60 000 litres de lait produits en plus », calcule Xavier Brémondy.

Mise en garde

Il existe une corrélation négative entre les index vitesse de traite et les index cellules ou mammites cliniques. Cette corrélation logique s’explique par la rapidité d’ouverture et de fermeture des sphincters des trayons. Il faut donc ménager les priorités en fonction des objectifs et de la situation de chaque élevage.

Les plus lus

tous les membres associés et salariés du Gaec de l'Alliance en Moselle.
Installation en Gaec : « Malgré mon jeune âge, les associés m’ont rapidement fait confiance »
En Moselle, le Gaec de l’Alliance a accueilli Victor Cordel lorsqu’il n’avait que 24 ans. Le jeune agriculteur s'est très vite vu…
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée
Installation en élevage laitier : « Je transmets ma ferme neuf ans avant ma retraite »
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée a décidé de transmettre, avant la fin de sa carrière, son exploitation à un ancien…
Près de 1000 producteurs de lait adhérent aux six OP Sunlait. La crainte d'une non collecte de lait à partir du 8 mars est présente, même si Savencia assure qu'elle a ...
Sunlait contre Savencia : à quatre semaines de la fin de leur contrat, les producteurs cherchent des solutions

Pour pousser l'industriel à discuter avec elle, Sunlait annonce qu'elle va se pourvoir en cassation contre Savencia, et qu’…

Elevage laitier bio
Comment évolue le prix du lait bio ?

Alors que l'écart entre le prix du lait bio et le prix du lait conventionnel n'était plus que de 40 euros les 1000 litres…

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec Les chênes clairs, en Haute-Savoie : « Ce n'est pas que l'essai du jeune ; c'est l'essai de tous les associés, autour d'un projet ...
Installation en Gaec : « Nous avons réalisé un suivi en relations humaines lors de notre année d'essai »

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec les chênes clairs, en Haute-Savoie, a réalisé deux essais avant de s’installer. Le…

Victoire Guéret, François Guéret et Delphine Guéret, éleveurs en Eure-et-Loir
Transmission : « Nous investissons un million d’euros pour installer nos filles sur notre exploitation laitière »

En Eure-et-Loir, dans la famille Guéret, la transmission de l’élevage laitier familial passe par des choix d’investissement…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière