Aller au contenu principal

Gare aux déséconomies d’échelle !

En augmentant son volume produit, une exploitation laitière ne dilue pas pour autant ses charges et ne réalise pas toujours des économies d’échelle.

Il est vrai qu’à la sortie des quotas, une augmentation de la production a permis de réaliser des économies d’échelle. Jusque-là les grandes exploitations avaient des coûts de production supérieurs à la moyenne, du fait notamment d’amortissements importants. Ajouter des vaches au cheptel a permis de diluer les charges alors que les bâtiments récemment mis aux normes n’étaient pas saturés. Notamment dans les grandes exploitations de l’Ouest.

Aujourd’hui, la situation est quelque peu différente. Miser sur une stratégie dimension peut s’avérer hasardeux. Le lait supplémentaire peut finalement coûter plus cher à produire car les économies d’échelle ne sont pas linéaires.

Si elles sont « nettes au début », « elles se stabilisent après 400 000 litres de lait produits pour les exploitations conventionnelles de plaine et après 300 000 litres de lait en zone de montagne », témoigne Christophe Perrot, économiste à l’Idele et auteur de la récente étude « Structure et évolution des coûts de production en élevages laitiers : identification des leviers de maîtrise des charges ».

Quel niveau de saturation ?

La stratégie dimension, qui se traduit par une augmentation des volumes de lait vendus grâce à une évolution des capacités productives, hors main-d’œuvre « peut être plus ou moins coûteuse en fonction du niveau de saturation des facteurs de production (foncier, bâtiments, main-d’œuvre…) et provoquer une baisse d’efficience aux 1 000 litres liée notamment aux investissements à réaliser et aux charges d’amortissements croissantes », note l’étude commanditée par l’interprofession et FranceAgriMer.

« On a tendance à dire qu’en produisant plus de lait on va diluer les charges, rapporte Yannick Pechuzal, également auteur de l’étude. Si, pour des postes de charges comme la mécanisation, il y a un effet dilution, ce n’est pas le cas pour tous les postes et tout va dépendre de la saturation des équipements. »

Faudra-t-il agrandir le bâtiment pour ajouter des places ? Embaucher ? Acheter fourrages et aliments à l’extérieur ? etc. « Au-delà d’un certain volume, il n’y a plus effet dilution mais des effets seuils et le lait supplémentaire peut coûter très très cher à produire », explique le spécialiste. Le facteur travail, tant en quantité qu’en pénibilité est également à prendre en considération si on se tourne vers une augmentation de la productivité de l’atelier lait.

C’est ce que signalent également les Civam. Dans le cadre de son observatoire des systèmes herbagers dans le Grand Ouest, le réseau alerte sur le fait qu’une « stratégie volume rend les fermes très dépendantes des fluctuations des prix et de plus en plus capitalisées. Elle impacte l’environnement et interroge le travail des éleveurs et des éleveuses qui les pilotent ».

 

La mécanisation, point noir du coût de production

Alors que pour 47 % des ateliers laitiers français, le facteur limitant du résultat est lié à un poste de coût, c’est celui du système d’alimentation qui est le plus souvent en cause (dans 24 % des cas), révèle l’étude « Structure et évolution des coûts de production en élevages laitiers : identification des leviers de maîtrise des charges » du Cniel et de FranceAgriMer. Dans le détail, parmi les coûts du système alimentaire (achats d’aliments + intrants pour les surfaces fourragères + coût du foncier pour utiliser par le troupeau + frais de mécanisation pour cultiver, récolter, distribuer mécaniquement des fourrages stockés), les frais de mécanisation sont le plus souvent responsables du dérapage des coûts dans les exploitations qui dégagent les plus faibles revenus. Les achats d’aliments peuvent être également en cause.

Les plus lus

Eleveur veau moins de quinze jours niche individuelle
Veaux laitiers : « Je ne connais ni les diarrhées ni les problèmes pulmonaires »

À la SCEA des vertes prairies, en Seine-Maritime, Nicolas Banville concentre ses efforts sur la préparation au vêlage et la…

Pièce de monnaie
Prix du lait : Sodiaal payera 485 €/1 000 l pour 2023 en conventionnel

En conférence de presse le 4 avril, Damien Lacombe, président de Sodiaal, a annoncé 14,4€/1000 litres de ristournes pour les…

Éleveuse veaux pouponnière
« J’utilise zéro antibiotique pour élever mes veaux laitiers »

Dans les Côtes-d’Armor, le Gaec Restquelen enregistre 3,3 % de mortalité périnatale sur les quatorze derniers mois. Les…

Traite - bracelet à la patte pour traitement antibiotique
Les lactations prolongées sont-elles rentables pour les vaches laitières ?

Adopter une stratégie de lactations prolongées peut présenter des intérêts dans certains élevages et pour certaines vaches,…

Yohann Barbe, président de la FNPL élu le 8 avril 2024
Yohann Barbe, nouveau président de la FNPL : « Nous ne devons plus perdre ni litre de lait, ni actif pour le produire »

Yohann Barbe, éleveur dans les Vosges, a été élu président de la FNPL le 9 avril. Il livre sa feuille de route à Réussir Lait…

récolte de sainfoin
Le sainfoin, une légumineuse fourragère pas comme les autres

Cousin de la luzerne, le sainfoin est une légumineuse non météorisante qui aime les sols calcaires et séchants. Riche en…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière