Aller au contenu principal

Covid-19
France OP Lait réagit au dispositif de réduction de volume demandé par le Cniel

[Coronavirus] France OP Lait partage l’intérêt de l'action du Cniel permettant une compensation financière de la réduction volontaire de la production, mais déplore néanmoins l’absence de toute concertation en amont de cette décision.

Pour France OP Lait, «les OP sont des acteurs économiques responsables. C’est avec elles, et elles seules, que doivent se discuter les ajustements nécessaires sur les volumes et sur les prix.»
© Charly Triballeau/Commission européenne /AFP

Par la voie de son Secrétaire Pierre Moineau, France OP Lait affirme que «les OP sont des acteurs économiques responsables. C’est avec elles, et elles seules, que doivent se discuter les ajustements nécessaires sur les volumes et sur les prix.» Nous vous livrons le communiqué que vient de publier l'organisation.

Face à la situation inédite de la crise du COVID-19, le CNIEL a pris la décision le 20 mars dernier de veiller «(...) à atténuer le pic de production printanier par un lissage impliquant tous les acteurs de la filière». Sans attendre la décision de la Commission européenne, le CNIEL a annoncé une indemnisation de 320 € / 1000 litres pour une baisse de production volontaire comprise, sur le mois d’avril 2020, entre 2 et 5%.

France OP Lait partage l’intérêt d’une telle action, permettant une compensation financière de la réduction volontaire de la production. France OP Lait déplore néanmoins l’absence de toute concertation en amont de cette décision. Les OP n’ont également aucun rôle dans la mise en œuvre de ce dispositif alors même qu’elles ont pour mission d’adapter l’offre à la demande en vertu de la réglementation européenne. La mise en œuvre de la réduction de la production sera individuelle entre les producteurs et les industriels, puis avec le CNIEL. La vigilance est toujours de mise sur les effets d’aubaine portant des coups à l’organisation économique des producteurs, même quand les intentions sont louables! D’ailleurs, à peine le dispositif de réduction des volumes du CNIEL annoncé, de nombreux industriels ont complètement décroché des accords ou des contrats avec les OP en imposant unilatéralement et brutalement des réductions de prix.

Pour France OP Lait, cette attitude est inadmissible, et révélatrice d’abus qui ne doivent pas rester sans réponse. Plus que jamais en période de crise, les producteurs de lait ont besoin d’une organisation forte qui les protège des déséquilibres dans les relations commerciales. L’épisode sanitaire actuel ne saurait devenir le prétexte à la mise en place d’une zone de non droit, où les accords et les contrats pourraient être bafoués en toute impunité.

 

Lire aussi [Covid-19] Détails du dispositif de régulation demandé par l'interprofession laitière

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
 © V. Bargain
300 000 € investis dans un séchoir en grange thermovoltaïque
En Vendée, le séchoir thermovoltaïque du Gaec La Niro permet de sécher du foin, avec un rendement supérieur aux séchoirs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière