Aller au contenu principal

Covid-19
France OP Lait réagit au dispositif de réduction de volume demandé par le Cniel

[Coronavirus] France OP Lait partage l’intérêt de l'action du Cniel permettant une compensation financière de la réduction volontaire de la production, mais déplore néanmoins l’absence de toute concertation en amont de cette décision.

Pour France OP Lait, «les OP sont des acteurs économiques responsables. C’est avec elles, et elles seules, que doivent se discuter les ajustements nécessaires sur les volumes et sur les prix.»
© Charly Triballeau/Commission européenne /AFP

Par la voie de son Secrétaire Pierre Moineau, France OP Lait affirme que «les OP sont des acteurs économiques responsables. C’est avec elles, et elles seules, que doivent se discuter les ajustements nécessaires sur les volumes et sur les prix.» Nous vous livrons le communiqué que vient de publier l'organisation.

Face à la situation inédite de la crise du COVID-19, le CNIEL a pris la décision le 20 mars dernier de veiller «(...) à atténuer le pic de production printanier par un lissage impliquant tous les acteurs de la filière». Sans attendre la décision de la Commission européenne, le CNIEL a annoncé une indemnisation de 320 € / 1000 litres pour une baisse de production volontaire comprise, sur le mois d’avril 2020, entre 2 et 5%.

France OP Lait partage l’intérêt d’une telle action, permettant une compensation financière de la réduction volontaire de la production. France OP Lait déplore néanmoins l’absence de toute concertation en amont de cette décision. Les OP n’ont également aucun rôle dans la mise en œuvre de ce dispositif alors même qu’elles ont pour mission d’adapter l’offre à la demande en vertu de la réglementation européenne. La mise en œuvre de la réduction de la production sera individuelle entre les producteurs et les industriels, puis avec le CNIEL. La vigilance est toujours de mise sur les effets d’aubaine portant des coups à l’organisation économique des producteurs, même quand les intentions sont louables! D’ailleurs, à peine le dispositif de réduction des volumes du CNIEL annoncé, de nombreux industriels ont complètement décroché des accords ou des contrats avec les OP en imposant unilatéralement et brutalement des réductions de prix.

Pour France OP Lait, cette attitude est inadmissible, et révélatrice d’abus qui ne doivent pas rester sans réponse. Plus que jamais en période de crise, les producteurs de lait ont besoin d’une organisation forte qui les protège des déséquilibres dans les relations commerciales. L’épisode sanitaire actuel ne saurait devenir le prétexte à la mise en place d’une zone de non droit, où les accords et les contrats pourraient être bafoués en toute impunité.

 

Lire aussi [Covid-19] Détails du dispositif de régulation demandé par l'interprofession laitière

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Simon, Hadrien et Hugues Bellenguez. « L’adhésion au groupe lait de Simon lors de son installation, nous a permis de prendre rapidement conscience que nos charges étaient trop élevées. »
« Nous produisons deux fois plus de lait à moindre coût »
Au Gaec du Calvaire, dans le Pas-de-Calais. Grâce au groupe lait et au soutien de son père, Simon Bellenguez a réussi à produire…
L’élevage de Renato Aceto, dans le Sud de l’Italie, envisage de traire plus de 1 000 vaches avec le concept de traite par lots VMS d’ici le printemps 2022.
DeLaval propose un nouveau concept pour la traite robotisée
Traire des lots de vaches à heures fixes avec des robots, tel est le principe du concept VMS Batch milking dédié à l’optimisation…
Michel Lacoste était éleveur laitier dans le Cantal et président du Cnaol
Décès de Michel Lacoste, président du Cnaol

Le Cnaol (AOP laitières), la FNPL ainsi que l’interprofession laitière annoncent, le 22 novembre, le décès de…

Collecte de lait par la Société laitière des Monts d'Auvergne chez les éleveurs du Massif du Sancy pour la fabrication de Saint-Nectaire AOP. Salarié de la laiterie chez l'éleveur près du camion, dans la cour de ferme. Industrie agroalimentaire.
Prix du lait en hausse et collecte en baisse en France en septembre
La hausse du prix du lait conventionnel ne suffit pas à couvrir toutes les hausses de charges. Le prix du lait bio recule pour le…
Les trois associés Philippe, Pierre-Louis et Damien. «On apportait du foin séché en grange depuis 2016, mais les résultats n'étaient pas ceux attendus.C'est l'apport d'eau qui a permis de valoriser la ration.»
« Nous couplons séchage en grange et méthanisation »
Dans les Côtes-d’Armor, l’EARL Dolo est passée d’un système basé sur l’ensilage d’herbe et de maïs au foin séché en grange pour…
Le prix de revient moyen d’une exploitation laitière conventionnelle de plaine est de 405 €/ 1 000 litres
Le prix de revient d’une exploitation laitière conventionnelle de plaine est de 405 €/ 1 000 litres
Mise à part pour la filière biologique, l’actualisation des indicateurs interprofessionnels de coûts de production apporte peu d’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière