Aller au contenu principal

Even distribue 16 €/1000 l aux adhérents

La coopérative bretonne, grâce à un bon résultat 2019 de 19,8 millions d'euros (7% du CA ; +48%/2018), distribuera 6,8 millions d'euros à ses 1260 agriculteurs adhérents sur 701 exploitations.

© Even

Le retour sur les résultats 2019 de la coopérative Even à ses adhérents s'élève à 6,8 millions d'euros, soit 16 €/1000 l en moyenne. "Ce complément sera le plus élevé depuis 2016. Il viendra s'ajouter à un prix du lait payé de 349 €/1000 l en moyenne sur l'année 2019 (+5,4%/2018)", ajoute le groupe dans un communiqué. La collecte a progressé de 1,5% en 2019, par rapport à 2018, pour atteindre 428 millions de litres.

Dans un contexte favorable, l'entreprise a continué d'innover, d'investir et de gagner en efficience, avec un nouvel atelier de préemballage pour des pâtes pressées de type emmental, une nouvelle ligne de flacons pour la nutrition clinique, et la digitalisation du réseau de distribution (58 millions d'euros investis en 2019). 

L'assemblée générale qui aura lieu le 18 septembre, devrait valider le retour sur résultat, dont un tiers provient du nouveau fonds RSE.

Un fonds RSE pour encourager l'évolution des pratiques

La RSE (responsabilité sociétale d'entreprise) est devenue incontournable pour les entreprises, en tant que "facteur de réassurance de nos concitoyens". Pour accélérer son déploiement sur le terrain, le conseil d'administration d'Even a décidé de la création d'un fonds RSE Even, pour encourager les pratiques durables des adhérents pour réduire l'empreinte environnementale des exploitations, pour améliorer le bien être des éleveurs (remplacement, formations), et le bien être animal. "Ce fonds permet de distribuer un retour sur résultat complémentaire aux adhérents pouvant justifier de la mise en oeuvre de projets RSE", précise le groupe.

Ceci dit, dans le contexte de la Covid-19 et des incertitudes qui planent sur les marchés, "les critères d'éligibilités au fonds RSE ont été levés cette année, pour permettre à tous les producteurs de bénéficier immédiatement de ce soutien de trésorerie supplémentaire".

Réduction de charges et report d'investissements pour faire face à la Covid-19

La crise liée à la Covid-19, a un impact global négatif sur les résultats d'Even. Car la forte hausse des ventes en GMS (grande et moyenne surface) pendant le confinement ne compense pas le recul important des exportations et la suspension d'activités de la restauration hors domicile (RHD), indique Even. Le pôle distribution a été fortement impacté, malgré le développement des ventes à domicile (VAD).

Even a dû prendre des mesures de réduction des charges, comme le report de communications et de frais marketing, l'annulation de salons... Des investissements (6 millions d'euros) ont été reportés.

Environ 40 millions d'investissement 2020-2021 sont maintenus pour Laïta (groupe valorisant le lait de Even, Terrena et Triskalia). Pour accélérer la relance, Laïta continue d'explorer toutes les voies de valorisation de la fraction protéique du lait : développement des fromages, essor des poudres de lait sous cahier des charges, conquêtes de marchés stables en nutrition santé, valorisation de la poudre dans les aliments d'allaitement pour jeunes mammifères.

Even met les bouchés double pour son pôle distribution, pour accompagner au plus près ses clients. Le pôle accélère sa digitalisation avec notamment le lancement du site web marchand du Réseau Krill.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
Gildas Lannuzel (à gauche) avec son apprenti Jean-Baptiste Colin. « Après mon accident, l’équipement m’a permis de gérer 90 % des inséminations à distance sans diminuer les résultats de repro du troupeau. » © DR
[Détection des chaleurs] « J’utilise des boucles auriculaires et des colliers »
Dans le Finistère, Gildas Lannuzel détecte les chaleurs de ses 65 Holstein avec 30 boucles auriculaires. Pour les génisses, il a…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière