Aller au contenu principal

[Evaluation génétique] L’indexation des femelles croisées laitières est à l’étude

Les femelles issues de croisements laitiers sont de plus en plus nombreuses dans les troupeaux, mais ne bénéficient pas d’évaluation génétique. Le projet Evagenoc(1) tente de relever le défi.

Les femelles issues des croisements de type Procross, Holstein x Normande, Holstein x Montbéliarde et Holstein x Brune sont les premières candidates à une potentielle évaluation génomique. © F. Mechekour
Les femelles issues des croisements de type Procross, Holstein x Normande, Holstein x Montbéliarde et Holstein x Brune sont les premières candidates à une potentielle évaluation génomique.
© F. Mechekour

Bien qu’encore anecdotique, le croisement laitier a connu un réel engouement en France ces dernières années. Plus de 113 000 vaches croisées étaient au contrôle laitier en 2018, soit une augmentation de 50 % par rapport à 2010, selon Pascale Le Mézec, de l’Institut de l’élevage. Mais leur évaluation génétique par génotypage n’est pas possible actuellement. Des travaux de recherche en cours depuis mai 2018 pourraient cependant combler cette lacune. « Notre objectif est de mettre en place une évaluation génétique pour permettre aux éleveurs de piloter le renouvellement de leurs femelles croisées », explique Lola Croué, ingénieure R&D chez Allice-Inrae. La tâche s’avère complexe.

Dans un premier temps, il a fallu faire un point sur les données disponibles (nombres d’animaux et leurs performances, type de croisement…). Le tri des informations est d’autant plus compliqué à réaliser qu’en France tous les animaux issus de croisement, laitier ou avec une race à viande, sont répertoriés sous un seul code d’identification raciale, à savoir le numéro 39. 

Des évaluations sur quatre types de croisements

Pour compliquer le tout, contrairement à la Nouvelle-Zélande où la Kiwi (« race » issue du croisement Holstein x Jersiaise) est « La » référence quasi unique, en France, les modalités de croisement sont multiples : deux ou trois voies, rotation, plusieurs races… Cette étape préliminaire a permis de faire le tri pour ne conserver que les populations de croisées les plus pertinentes. « Nous avons retenu les animaux issus du croisement trois voies Procross (Holstein x Montbéliarde x Rouge scandinave), deux voies Montbéliarde x Holstein mais aussi des croisements Holstein avec de la Normande ou de la Brune. Ce sont en effet les seules populations ayant assez de données pour tenter de mettre en place une évaluation génétique. »

L’étape suivante a consisté à repérer les élevages où il y avait le plus de femelles croisées issues de ces populations pour réaliser les premiers génotypages. « Grâce à la gestion sur le terrain des techniciens d’entreprises de sélection et de coopératives de mises en place, nous avons réalisé 6 000 typages (analyses d’ADN sur un échantillon prélevé sur les animaux) en deux ans. Cette étape a bénéficié d’un financement d’Apis-Gènes. »

Des premières évaluations pilotes en 2021

La complexité monte d’un cran lors de l’étape suivante. L’objectif ici est d’évaluer l’impact des allèles identifiés lors des typages sur les performances des animaux. Concrètement, chez un individu, un gène « A » a deux versions (deux allèles) que nous appellerons A1 et A2. L’une est héritée de la mère et l’autre du père. « En race pure, les versions A1 et A2 proviennent d’une même race alors qu’en croisement elles peuvent provenir de races différentes. Or l’impact d’un allèle (A1 ou A2) varie selon son origine raciale. »

Pour réaliser une évaluation génomique des croisées, il faudra également développer de nouveaux outils informatiques. « Nous devrions en avoir pour un an », indique Iola Croué. Des premières évaluations pilotes seront réalisées par l’UMT e-BIS fin 2021. En concertation avec les organismes et les entreprises de sélection ainsi que GenEval, les possibilités de mise en place en routine de ces évaluations seront alors discutées, si les précisions des index obtenus sont satisfaisantes. Le laboratoire GenEval aura alors la responsabilité de sortir des index génomiques à partir de toutes les données et outils développés. 

(1) Ce projet s’inscrit dans le cadre du projet européen GenTORE dont l’un des objectifs est le développement d’évaluations génomiques pour les bovins croisés.

Sur la bonne voie, mais... 

« On pourra très bien se rendre compte que cela ne marche pas, mais c’est peu probable. L’évaluation des bovins croisés marche en Nouvelle-Zélande et chez d’autres espèces comme les porcs et volailles. En revanche, on se rendra peut-être compte que nous n’avons pas assez de données (6 000 typages pour trois populations de croisées) pour obtenir des index fiables », indique Iola Croué. Croisons les doigts pour que ce ne soit pas le cas ! 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Xavier (à gauche) et Estelle, avec leur salarié, Florian Caillaud, et les enfants du couple, Agathe et Arthur. « Nous cherchons à augmenter la production sans dégrader le coût de production, mais nous investissons aussi régulièrement pour avoir un outil fonctionnel, agréable et transmissible. »
« Notre système compense le faible potentiel fourrager de nos terres »
Le Gaec Beneteaud, en Charente-Maritime, a misé sur un système intensif à base de maïs et ray-grass italien pour compenser le…
Dans le dispositif en bandes de la ferme de Saint-Hilaire-en-Woëvre, le semis sous couvert de méteil d’automne est l'itinéraire qui a le mieux fonctionné.
Deux pistes prometteuses pour rénover une prairie sans glyphosate et sans labour
Semis sous couvert de méteil d’automne ou après un colza fourrager de fin de printemps sont deux itinéraires techniques…
Le prix du lait français toujours distancé
Les prix du lait en Allemagne, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Etats-Unis... sont plus élevés qu'en France. Un écart qui s'est creusé…
Un nouvel essai est actuellement en cours à Derval sur une vingtaine de génisses de première année pour mesurer s'il y a un gain de temps de travail avec la clôture virtuelle.
« Nous avons testé les clôtures virtuelles sur les génisses »
La ferme expérimentale de Derval a expérimenté à l’automne 2020 et au printemps 2021 les clôtures virtuelles Nofence sur une…
Les niches avec courettes sont une solutions pour se conformer au nouveau règlement bio.
En bio, ils ont trouvé des solutions pour faire sortir leurs veaux non sevrés
Installation de niches collectives ou ouverture vers l’extérieur de la nurserie, deux élevages de Loire-Atlantique ont réalisé…
Les tensions sur l'offre font craindre de nouvelles restrictions d'exportation, après celles de l'Inde sur le blé et de l'Indonésie sur l'huile de palme. Elles auraient pour effet de renforcer la volatilité des marchés.
L'offre peine à suivre la demande, pour l'instant
Céréales, lait... Peu de matières premières agricoles échappent au déséquilibre actuel offre/demande. Un déséquilibre qui…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière