Aller au contenu principal
Font Size

Eurial face à la crise du Covid-19: "Nous sommes fiers d'avoir pu collecter la totalité du lait"

Mi-mars, le pari était loin d’être gagné avec des taux d’absentéisme alarmants sur plusieurs sites , mais aussi à l’incendie qui avait ravagé la moitié de l’usine de Mozarella du groupe en février dernier

« Nous sommes très fiers d’avoir pu collecter la totalité du lait de nos adhérents », se félicite Bertrand Rouault, directeur général d’Eurial (branche lait d'Agrial) Lors d’un webinaire d’Idele du 3 juin sur les filières laitières européennes face au crash-test du Covid-19. Un « succès » du à la mobilisation de toutes les équipes et à une baisse de la collecte en avril  (près de 2 millions de litres). Mi-mars, le pari était loin d’être gagné avec des taux d’absentéisme alarmants sur plusieurs sites suite à la crise du Covid-19, mais aussi à l’incendie qui avait ravagé la moitié de l’usine de Mozarella du groupe en février dernier. Si « aucun litre n’a été jeté » , « les pertes ont été considérables » : « personne n’était préparé » et il a fallu dégager les stocks de produits périssables (de crème par exemple) constitués à tous les niveaux de la chaîne.

Un vrai chamboule-tout pour les destinations des produits

Côté transformation, l’entreprise a du s’adapter à « un vrai chamboule tout pour les destinations des produits »  suite à la disparition brutale du marché de la RHD partout en Europe. Eurial a perdu 75% de son CA sur ce marché du 15 mars au 11 mai. « Il n’a pas été toujours été possible de faire un transfert de la RHF vers la GMS pour des questions de volume, de packaging ou de nature de produit,» explique-t-il. La forte demande en GMS sur les produits de commodités n’a pas permis de compenser l’effondrement de la RHD et la baisse à l’export. « Certaines destinations en Asie ont bien fonctionné, notamment la Chine grâce au décalage de l’épidémie ; d’autres en revanche , notamment le Moyen-Orient, ont sous-performé ».

L’interprofession a « bien fonctionné » qu’il s’agisse de la mise en place du dispositif de modération de la collecte ou de l’aide apportée pour gérer les problèmes soulevés par l’épidémie : consignes sanitaires, saga des masques,  épandage des boues de station d’épuration, mise en route de l’aide au stockage privé…

Au-delà de la mise au chômage partiel des équipes commerciales pendant trois mois, du recours au télétravil des équipes supports, la crise du Coid-19 a rendu nécessaire un plan de réduction des frais fixes (notamment la publicité)  et un plan de réduction des investissements pendant deux mois. « Pour l’instant, la baisse du prix du lait reste limitée : on a eu peur, on a pensé à l’intervention en allant jusqu’à acheter des sacs (NDLR pour la poudre)mais aujourd’hui on n’imagine pas les utiliser,» rassure Bertrand Rouault.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Quentin Velut avec Galaxie élue « Vache de l’année 2019 ». Âgée de 8 ans, elle a produit plus de 82 000 kg de lait en six lactations (44,1 de TB, 34,1 de TP) et sans cellules (46 000) et vient de revêler. © E. Bignon
Quentin Velut sait faire vieillir ses vaches
L’EARL du Petit Ramard, dans le Rhône, s’est fait remarquer en décrochant le prix du meilleur éleveur Prim’Holstein et de la…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière