Aller au contenu principal

Êtes-vous prêt à utiliser des taureaux en monte naturelle ?

En France, en 2016-2017, 9 % des troupeaux laitiers ont fait de la monte naturelle intégrale et 52 % ont eu recours à 100 % IA, selon l'observatoire Reproscope. Ces pourcentages varient selon les régions et les races.

© F. Mechekour
 

Gilles Chapron, éleveur en Gaec en Ille-et-Vilaine.

RLA330_DEBAT_CHAPRONjpg.jpg

Oui. Nous le faisons depuis une dizaine d’années. Au départ, nous utilisions des taureaux limousins pour rattraper les vaches que ne nous ne pouvaions pas remplir après trois inséminations. Mais nousa vons arrêté parce que nous ne savions pas quoi faire des femelles. Depuis quatre ans, nous utilisons des taureaux laitiers âgés de 14 à 20 mois issus de notre atelier taurillons. Nous les choisissons en fonction de leur pedigree. Nous en utilisons deux par an. Ce sont généralement des Holstein (troupeau de 145 vaches à 10 000 kg, dont 75 % de Prim’Holstein, 15 % de Normandes et 10 % de Montbéliardes). Avec le forfait insémination de 50 euros proposé par Evolution, le nombre d’inséminations est illimité. Mais si la vache n’est pas intéressante sur le plan génétique, je préfère la mettre au taureau plutôt que de payer un forfait. J’en fais une vingtaine par an pour cette raison. Environ 40 % sont réformées en fin de lactation. Mais nous avons également gardé des vaches jusqu’en quatrième lactation qui avaient toujours eu des taureaux. Les mâles intègrent l’atelier taurillons et les femelles sont vendues en amouillantes ou vaches en lait pour conserver le niveau génétique de notre troupeau.

 

Damien Combrez, éleveur dans l'Eure

RLA330_DEBAT_CROMBEZJPG.jpg

Non. Ma stabulation n'a pas de box prévu pour cela. L'aspect sécurité joue également. J'ai gardé le mauvais souvenir d'un accident survenu dans ma famille. J'aime bien utiliser un taureau différent par vache (75 Prim'Holstein à 9 000 kg). C'est pour cela que j'achète des paillettes via mon centre d'insémination ou les importateurs de semences. C'est un véritable plaisir pour moi de choisir les taureaux étrangers. En cas de souci de Repro, après trois IA, je fais du croisement avec des taureaux blanc-bleu-belge ou Inra 95 sur les vaches, ou limousins sur les génisses pour la facilité de vêlage. Tous les ans, je vends quelques vaches en lait. C'est plus facile lorsqu'elles sont issues d'IA. En revanche, j'ai déjà vendu des veaux mâles à des voisins qui font un peu de monte naturelle.

 

Victor Soudey, éleveur en Seine-Maritime

RLA330_DEBAT_SOUDEYjpg.jpg

Oui. Je me suis installé en 2011 après un tiers chez qui j’étais salarié. Il avait un troupeau de Pie Rouge des Plaines depuis une quarantaine d’années. Comme la race n’était pas très développée dans notre région, il achetait des taureaux en Allemagne pour faire de la monte naturelle sur tout le troupeau. J’ai d’abord conservé ce système pour assurer des bons taux de gestation et parce que c’est économique. J’utilisais deux taureaux. Un pour les génisses en herbage et l’autre pour les vaches (45 vaches à 7 800 kg). Je les amène dans le box du taureau. Pour éviter d’aller en Allemagne, j’achète mes taureaux à des voisins. Je les paye 1 500 euros à l’âge de 18 mois. Quand ils repartent à 3 ans, je les revends quasiment au même prix. Il y a trois ans, j’ai commencé à faire des inséminations sur une douzaine de vaches pour ne conserver qu’un seul taureau en hiver. L’année dernière, j’en ai réinséminé une vingtaine. Globalement, j’ai été déçu par les taux de gestation (moins de 50 % après une première IA). Cette année, j’ai donc utilisé le taureau sur les vaches. Et j’ai fait un groupage de chaleurs sur un lot de vingt génisses à inséminer. Si cela marche bien, je continuerai à inséminer les génisses pour ne pas perdre en niveau génétique.

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Prix du lait : Sodiaal abandonne son prix B
À partir du 1er avril, le prix B disparaît chez Sodiaal. Un « prix unique » sera mis en place pour l’ensemble de la…
Alexis, 28 ans, et Cyril, 32 ans, avec leur père Didier Magnière, 61 ans. « Nous partageons une vraie passion pour la race Simmental et n’aimons pas trop faire du tracteur. »
« Nous avons remis à plat tout notre système de production laitier pour devenir autonomes »
En Côte-d’Or, le Gaec Magniere a repensé totalement son assolement et ses rotations. Il est devenu complètement autonome en…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière