Aller au contenu principal
Font Size

Et si être en bio était aussi une chance pour trouver ses futurs repreneurs ?

Dans une grande structure multi-associés, anticiper la transmission est un enjeu important. Christophe Lemesles, l'un des associés du Gaec de la Branchette en Ille-et-Vilaine estime que la taille de la structure, le mode sociétaire et le bio sont autant d' atouts.

98 ha sont accessibles par les vaches depuis la stabulation. © Eilyps
98 ha sont accessibles par les vaches depuis la stabulation.
© Eilyps

Au Gaec de la Branchette, il va falloir, dans les dix ans à venir, préparer un changement de générations. « Avec trois associés qui ont 58, 56 et 54 ans, c’est notre thème de réflexion en ce moment », s’amuse Christophe Lemesle. Déjà, un de ses neveux a rejoint le Gaec, il y a quelques années. Son fils aîné pense à s’installer d’ici quelques années, après avoir travaillé à l’extérieur. Deux salariés sont très impliqués dans la production laitière. « L’avenir ira certainement vers une formule avec plus de salariat, plus de travaux délégués. » À ses yeux, la « grande » taille de l’exploitation et sa structure sociétaire sont une chance pour la qualité de travail, donc sa reprenabilité. « On voit trop de collègues arrêter car ils sont à bout, physiquement ou moralement. Notre métier est exigeant, la rentabilité pas toujours là. Au moins, à plusieurs, on partage les investissements et les responsabilités. » Sur les huit actifs du Gaec, six sont spécialisés sur l’atelier lait. « Cela permet de n’avoir qu’un week-end sur trois de permanence. On fait la traite du matin deux ou trois fois par semaine. Ce qui apporte une qualité de vie pas forcément fréquente en élevage laitier. »

Le mode de production est aussi un atout. Car la bio attire. « Pour trouver des salariés, des apprentis, être en bio joue en notre faveur mais ça ne suffira pas à remplacer tous ceux qui vont partir à la retraite. » Mais pour que des jeunes se lancent, le nerf de la guerre reste la valorisation du lait. « L’image, l’idéal de la bio attire des jeunes, mais ça ne suffit pas pour renouveler les générations. Notre lait est valorisé à un prix de base de 473 €/1 000 l. Pour en vivre correctement, il faudrait un prix de base à 530 euros, estime l’éleveur. Si on veut qu’une filière, quelle qu’elle soit, perdure et renouvelle ses actifs, il faut que ceux qui se lancent puissent espérer un salaire correct. »

Lire le reportage complet au Gaec de la Branchette : "Nous pilotons au plus juste nos ressources alimentaires"

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
Maïs fourrage: c'est le grain qui dicte le stade de récolte, pas les feuilles !
Récolter au bon stade le maïs fourrage est essentiel : il en va de la qualité et de la conservation  de l'ensilage. Ne vous…
Frédéric Lenglet avec Indienne, une croisée montbéliarde x rouge suédoise x prim’holstein x jersiaise. « Les 110 hectares accessibles depuis le siège d’exploitation ont permis d’accueillir 200 vaches tout en gardant un système très pâturant. » © A. Conté
« Sécuriser le système fourrager pour produire 1 million de litres de lait bio »
Dans la Sarthe, Frédéric Lenglet est en passe de produire 1 million de litres de lait bio avec des vaches à 5 000 litres. Ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière