Aller au contenu principal

Après la mort de 400 bovins : l'arrêt du parc éolien est préconisé pendant dix jours

La commission d’enquête mandatée suite aux troubles sur deux élevages laitiers proches du parc éolien des Quatre Seigneurs, en Loire-Atlantique, a rendu son rapport le 9 février. Elle préconise l’arrêt du parc pendant dix jours pour faire des tests.

le rapport préconise de mettre en place un observatoire national des perturbations de la performance des élevages en lien supposé avec les infrastructures électriques
© L. Vimond-archives

Le rapport de la commission mandatée pour faire la synthèse des études menées sur les graves troubles rencontrés par deux élevages laitiers depuis l’installation du parc éolien était attendu avec impatience. Publié le 9 février, il préconise l’arrêt du parc éolien et de son raccordement au réseau de distribution d’électricité pendant dix jours pour conduire un test. Le rapport constate «la concomitance des phénomènes» observés sur les deux élevages (surmortalité, pertes de production…) avec l’arrivée du parc éolien fin 2012. Il note aussi que la trentaine d’études réalisées n’ont pas permis d’identifier «de liens objectivables entre la présence du parc et la dégradation des deux élevages» et qu’elles n’ont pas permis l’émergence d’une solution pérenne. Le rapport préconise aussi, sous le pilotage des services de l’État, de construire dès à présent un plan de relocalisation ou de reconversion des deux exploitations.

Voir 400 bovins morts: les éleveurs attendent la parution d'un ultime rapport

Définir un cadre national et assurer l'indépendance du GPSE

Reconnaissant l’existence d’autres cas similaires, il recommande de définir un cadre national pour traiter à l’avenir de telles situations. Pour cela, le rapport préconise de mettre en place un observatoire national des perturbations de la performance des élevages en lien supposé avec les infrastructures électriques.

Il recommande aussi dassurer l’indépendance du GPSE (Groupement Permanent de Sécurité Electrique). Celui-ci qui intervient à la demande d’agriculteurs ayant des problèmes qu’ils supposent liés aux courants électriques, est actuellement financé par les opérateurs électriques.  Il préconise donc de lui attribuer un budget d’intervention autonome, et d’élargir son périmètre d’intervention, notamment aux phénomènes d’ondes hertziennes issues d’antennes de téléphonie mobile.

Le rapport suggère aussi d’étendre les missions du Fonds national agricole de mutualisation du risque sanitaire et environnemental (FMSE) pour les éleveurs ayant des pertes d’activités potentiellement liées à la présence d’installations électriques. Enfin, la commission préconise de conduire des travaux de recherche sur les interactions entre les animaux et les courants électriques ou les ondes électromagnétiques.

Les animaux d’élevage sentinelles pour les hommes

Le rapport conclut sur une question de fond : la situation de Nozay est-elle un signal faible qu’il faut prendre en compte ou un artefact? Un avis relatif à l’imputabilité des éoliennes sur la dégradation des deux élevages devrait être rendu par l’ANSES début 2021. Alors que les infrastructures électriques et de téléphonie se développent en zone rurale, les animaux d’élevage pourraient jouer un rôle de sentinelles pour les hommes vis-à-vis des risques électriques et électromagnétiques.

Deux plaintes déposées par les éleveurs

Parallèlement, la plainte déposée par Didier Potiron, un des éleveurs concernés, contre l’exploitant du parc, le fond d’investissement allemand KGAL, pour trouble anormal du voisinage, sera examinée par le tribunal judiciaire de Nantes le 15 avril. De son côté, Céline Bouvet, l’autre éleveuse, a déposé plainte le 19 janvier contre les ministres de la santé et de la transition écologique et le premier ministre auprès de la Cour de Justice de la République.

 

Lire aussi :Parc éolien de Nozay: une agricultrice demande l’arrêt provisoire des éoliennes, comme préconisé dans un rapport public

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Installé en juillet dernier, le tracker solaire à cellules bifaces pourrait permettre d’économiser 3 944 euros d’électricité par an. © F. Mechekour
[Autonomie en électricité] Le Gaec Philippeau a investi dans un tracker solaire 
Le Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, a investi 40 000 euros dans un tracker solaire de 75 m2 pour une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière