Aller au contenu principal

Enfin une solution pour les producteurs de la LNA et la Silav

La création d’une OP rassemblant les producteurs des deux entreprises bretonnes est en bonne voie.

Les producteurs veulent pouvoir obtenir un retour sur le résultat dégagé par Laïta notamment grâce aux produits sous marques.
© Laïta Paysan Breton

Cela fait sept ans que les 586 producteurs bretons des entreprises privées LNA et Silav réclament leur part de résultat de Laïta(1). Ils apportent leur lait à Laïta, 250 millions de litres pour la LNA et 72 millions de litres pour la Silav. Mais, n’étant pas coopérateurs, ils touchent le même prix de base que les coopérateurs sans les compléments de prix, et sans pouvoir négocier ce prix de base. La loi Egalim, en obligeant les producteurs d’une entreprise privée à faire une proposition de contrat au transformateur au 1er février 2019, permet enfin de débloquer la situation : elle rend de fait obligatoire la négociation d’un contrat avec l’entreprise. Les associations de producteurs de la LNA et de la Silav ont donc décidé de fusionner et de demander l’agrément de la nouvelle association en OP. À charge à l’OP de négocier un contrat-cadre avec Laïta. « Ce contrat permettra de définir une formulation du prix qui pourra donner un peu plus de perspectives aux producteurs en tenant compte de nos coûts de production », estime Nathalie Carmès, présidente de l’association des producteurs LNA. « On souhaite obtenir un retour sur le résultat correspondant à la valorisation réelle de notre lait par l’entreprise », ajoute Thierry Allée, président de l’association Silav. Aux dires des deux producteurs, Laïta ne voit pas d’un mauvais œil cette création d’OP qui permettra de sortir d’une situation bancale : des producteurs sans véritable statut, qui n’avaient pu l’année dernière obtenir l’aide laitière conjoncturelle même s’ils répondaient aux conditions financières, n’étant ni coopérateurs, ni adhérents d’OP.

Pour négocier un contrat-cadre avec Laïta

Le projet de fusion et de création d’OP a été présenté fin novembre lors de trois réunions. Il a reçu le soutien de la quasi-totalité des participants, moyennant l’annonce d’une cotisation de 20 à 30 €/100 000 litres. La nouvelle association devrait être entérinée le 2 avril à Plérin dans les Côtes-d’Armor lors d’une assemblée générale extraordinaire. Il faudra alors réunir les mandats de négociation, l’objectif étant de déposer le dossier de demande d’agrément de l’OP avant le 14 mai pour être agréé en juin. Les producteurs espèrent être en mesure de proposer un contrat à l’entreprise en septembre (par dérogation) pour une mise en application au 1er avril 2020.

(1) SAS créée en 2009 pour fusionner les activités laitières d'Even, Triskalia et Terrena.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« Le groupe Dephy permet d’échanger entre nous et de partager la prise de risques », souligne Hervé Dreuslin qui vient d’intégrer un groupe 30 000 d’Eureden, destiné à diffuser plus largement l’expérience acquise dans les groupes Dephy. © A. Conté
Réduction des phytos en élevage : « Cela me pesait de toujours prendre le pulvé »
En Ille-et-Vilaine, Hervé Dreuslin a intégré un groupe Dephy dès sa création en 2012. Les changements introduits au fil des ans…
Les cours de la poudre de lait écrémé se sont stabilisés à des niveaux élevés ; environ 2500 €/t.  © Regilait
Le prix du lait 2021 sera en hausse

Face à la hausse des charges, l'impatience est palpable. La FNPL rappelle que l'an dernier, les…

PAC: 80 % d'aides en moyenne dans le revenu 2019 des exploitations laitières
Comment se positionnent les exploitations laitières par rapport aux autres exploitations ? L’Inrae dresse un état des lieux…
Sébastien Bonnevialle et Jordan Logier (à gauche), son salarié et futur associé, qui va s’engager dans un stage parrainage de sept mois tout en menant les démarches d’installation. © B. Griffoul
« Notre élevage laitier peut sortir un deuxième revenu avec la même structure »
Après avoir longtemps exploité seul, Sébastien Bonnevialle, en Haute-Loire, projette de s’associer avec son salarié. Si les…
Florent Charpentier. « J’ai vu rapidement des résultats palpables en gérant mieux les vaches taries. » © F. Charpentier
Vaches taries : « Même des choses simples m’ont permis vite de progresser »
En Meurthe-et-Moselle, Florent Charpentier a adopté de nouvelles pratiques pour ses vaches taries depuis quelques mois, sans gros…
Remise symbolique des primes 2020 aux éleveurs laitiers Merci!  © Agromousquetaires
Les éleveurs laitiers Merci ! ont touché une prime de plus de 1,9 million d'euros
Intermarché et Agromousquetaires ont annoncé avoir versé pour l'année 2020 une prime de 1,8 million d'euros aux 257 éleveurs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière