Aller au contenu principal

En juin, les prairies durement touchées par la chaleur

Après un mois de juin très chaud et des précipitations hétérogènes début juillet, les sols s’assèchent partout. La pousse de l’herbe est diversement impactée selon le type de sol, les épisodes pluvieux et l’exploitation de l’herbe.

Globalement, les foins ont pu être récoltés dans de bonnes conditions.
Globalement, les foins ont pu être récoltés dans de bonnes conditions.
© Réussir

Juin 2022 est - avec une moyenne nationale de 21,2°C - le deuxième mois de juin le plus chaud depuis le début du XXe siècle, rappelle l’Institut de l’élevage dans une publication sur l’état des prairies en juin et début juillet. Parallèlement, il se classe parmi les dix mois de juin les plus pluvieux depuis 1959. Mais, se cache une importante diversité entre les régions.

Le déficit pluviométrique est marqué sur le Sud-Est. Des zones de déficit sont également à noter dans l’extrême Nord des Hauts de France ou encore dans le Calvados. Les régions copieusement arrosées – jusqu’à 1,5 à 3,5 fois les normales – l’ont été par des pluies intenses sur de courtes périodes qui sont généralement peu efficaces pour la végétation. Enfin, juin 2022 est le mois de juin le plus foudroyé depuis 1997. Des orages ont été accompagnés de fortes rafales de vent et de chute de grêle.

Beaucoup de pluies peu efficaces

Au 1er juillet, les sols superficiels étaient donnés plus secs que les normales (moyenne sur 1991 – 2020) sur le Sud-Est, le long de la Manche, une large partie des Pays de la Loire, du Grand Est, une partie du Sud-Ouest. Ils sont plus humides là où les pluies ont été très abondantes fin juin. « Cet excédent est toutefois temporaire et les sols s’assèchent à nouveau à partir de début juillet », pointe l’Idèle.

L’Institut de l’élevage rappelle également que 180 arrêtés de restriction de l’usage de l’eau de niveau "crise" concernent les eaux superficielles et 37 les eaux souterraines. Ils se situent principalement en Pays de la Loire, Poitou et dans le Centre.

Allonger le temps de retour dans les paddocks en été

Pour la pousse de l’herbe, la situation dépend beaucoup du contexte pédoclimatique de la ferme. L’Idèle rappelle les conseils d’été pour préserver ses prairies, afin qu’elles puissent bien repartir à la faveur du retour des pluies et de températures plus clémentes : ne pas exploiter une herbe trop basse (sortir du paddock à 6-7 cm) et allonger le temps de retour avant pâturage. « Avec une croissance autour de 15 – 20 kgMS/ha/j, le temps de retour devrait se situer entre 5 et 6 semaines. »

En Europe

Hors de France, la sécheresse et la chaleur ont aussi marqué nos voisins espagnols et portugais ainsi que le nord de l’Italie. L’est de l’Allemagne, l’ouest de la Pologne, une partie de la Slovaquie et de la Hongrie, l’ouest de l’Ukraine ont souffert de déficit pluviométrique, et une partie de la Roumanie souffre de sécheresse.

Les plus lus

tous les membres associés et salariés du Gaec de l'Alliance en Moselle.
Installation en Gaec : « Malgré mon jeune âge, les associés m’ont rapidement fait confiance »
En Moselle, le Gaec de l’Alliance a accueilli Victor Cordel lorsqu’il n’avait que 24 ans. Le jeune agriculteur s'est très vite vu…
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée
Installation en élevage laitier : « Je transmets ma ferme neuf ans avant ma retraite »
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée a décidé de transmettre, avant la fin de sa carrière, son exploitation à un ancien…
Près de 1000 producteurs de lait adhérent aux six OP Sunlait. La crainte d'une non collecte de lait à partir du 8 mars est présente, même si Savencia assure qu'elle a ...
Sunlait contre Savencia : à quatre semaines de la fin de leur contrat, les producteurs cherchent des solutions

Pour pousser l'industriel à discuter avec elle, Sunlait annonce qu'elle va se pourvoir en cassation contre Savencia, et qu’…

Elevage laitier bio
Comment évolue le prix du lait bio ?

Alors que l'écart entre le prix du lait bio et le prix du lait conventionnel n'était plus que de 40 euros les 1000 litres…

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec Les chênes clairs, en Haute-Savoie : « Ce n'est pas que l'essai du jeune ; c'est l'essai de tous les associés, autour d'un projet ...
Installation en Gaec : « Nous avons réalisé un suivi en relations humaines lors de notre année d'essai »

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec les chênes clairs, en Haute-Savoie, a réalisé deux essais avant de s’installer. Le…

Victoire Guéret, François Guéret et Delphine Guéret, éleveurs en Eure-et-Loir
Transmission : « Nous investissons un million d’euros pour installer nos filles sur notre exploitation laitière »

En Eure-et-Loir, dans la famille Guéret, la transmission de l’élevage laitier familial passe par des choix d’investissement…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière