Aller au contenu principal

En Irlande, la ferme de Moorepark passe des vaches croisées aux Holstein-frisonnes

Après une mauvaise expérience avec des Holstein « continentales », inadaptées au système très pâturant avec vêlages groupés sur six à huit semaines, la ferme expérimentale de Moorepark en Irlande a d’abord misé sur la kiwi avant d’adopter la Holstein-frisonne irlandaise.

En Irlande, la ferme de Moorepark passe des vaches croisées aux Holstein-frisonnes
© F. Mechekour

Les recherches sur le pâturage menées à la ferme expérimentale de Moorepark s’appuient sur un troupeau de 280 vaches essentiellement de race Holstein-frisonne irlandaise. « Il y a vingt-cinq ans, nous avons importé des Holstein d’Europe et des États-Unis. Mais elles n’aimaient pas l’herbe et n’étaient pas fertiles », lance Michaël O’Donovan avec humour dans un français irréprochable.

Dans un pays où 92 % de la SAU est en prairie et où les vêlages sont groupés sur six à huit semaines au printemps, c’est plutôt rédhibitoire. « Pour rectifier le tir, nous avons commencé par croiser ces Holstein avec des taureaux jersiais ou kiwi de Nouvelle-Zélande », relate le chercheur. Mais les animaux obtenus manquaient de conformation. La valorisation des veaux mâles ayant du sang jersiais dans leur pedigree était catastrophique. Pour éviter cet écueil, lorsque le croisement est encore de mise dans le troupeau sur quelques vaches, les inséminations avec du jersiais sont réalisées avec de la semence sexée.

Le croisement laitier est peu pratiqué en Irlande

La nouvelle stratégie adoptée à partir de 2005 est plus radicale. « Nous avons progressivement arrêté de faire du croisement et nous travaillons en race pure Holstein-frisonne irlandaise depuis presque vingt ans. Dans le cadre d’un projet appelé Next Generation, nous avons acheté les 10 % de génisses ayant le meilleur EBI (index économique) dans les élevages irlandais. Désormais nous disposons de mères à taureaux et produisons notre semence », apprécie Michaël O’Donovan.

Luc Delaby, chercheur Inrae, et présent à Moorepark, souligne d’ailleurs que contrairement à une idée reçue, les éleveurs irlandais ont finalement peu recours au croisement laitier. « Cela représente moins de 8 % des inséminations », relativise-t-il. « Ils sont de plus en plus nombreux à utiliser la Holstein-frisonne irlandaise en race pure parce qu’elle fait des animaux plus lourds que les kiwi. »

95 à 100 g de matière utile par litre de lait

Les taux élevés sont un autre avantage de cette race. « Les vaches du troupeau de Moorepark produisent entre 5 500 et 6 000 litres de lait à 36-38 g/l de TP et 48-50 g/l de TB. Leur objectif est d’atteindre 95 à 100 grammes de matière utile par litre de lait avec un système pâturant alors qu’en France nous avons du mal à atteindre 80 g/l de MU. » Précisons que les vaches du troupeau consomment entre 500 et 800 kilos de concentrés par lactation. Pour Luc Delaby, la Holstein-frisonne irlandaise représente une très bonne alternative au croisement laitier dans des systèmes très pâturants. « Les centres de sélection irlandais sont prêts à répondre à la demande. »

 

 
© F. Mechekour

 

Michaël O’Donovan, chercheur à Moorepark : « Nous recherchons des vaches de 500-550 kg, très fertiles avec des sabots noirs, capables de produire environ 550 kg de matière utile par lactation. »

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Prix du lait : Sodiaal abandonne son prix B
À partir du 1er avril, le prix B disparaît chez Sodiaal. Un « prix unique » sera mis en place pour l’ensemble de la…
Alexis, 28 ans, et Cyril, 32 ans, avec leur père Didier Magnière, 61 ans. « Nous partageons une vraie passion pour la race Simmental et n’aimons pas trop faire du tracteur. »
« Nous avons remis à plat tout notre système de production laitier pour devenir autonomes »
En Côte-d’Or, le Gaec Magniere a repensé totalement son assolement et ses rotations. Il est devenu complètement autonome en…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière