Aller au contenu principal

En Gaec, une communication et une organisation bien rodées ça compte !

Agenda commun, groupe WhatsApp, roulement, polyvalence… aident les trois associés du Gaec Varin au quotidien. 

La construction d’un vaste bureau indépendant (10 000 €) a été le premier investissement du Gaec. Les associés s’y rassemblent au quotidien.
© E. Bignon

Pour qu’un Gaec fonctionne bien, l’entente entre associés est primordiale, les trois associés du Gaec Varin en Seine-Maritime le savent. S’ils s’entendent bien, les trois frères n’avaient pour autant jamais travaillé ensemble avant l’installation des jumeaux. Pour se donner toutes les chances et faciliter les relations entre associés, ils ont pris le temps, en 2012, de suivre une formation sur le travail à plusieurs organisée par la chambre d'agriculture.

Équipé d’un vestiaire et d’une kitchenette, le bureau est le centre névralgique de l’exploitation. Les associés s’y retrouvent tous les matins pour prendre le petit-déjeuner ensemble. « L’occasion de faire le point sur ce que l’on a fait et ce que l’on va faire. Nous sommes indépendants dans nos tâches, chacun a des responsabilités définies, mais on tient à s’informer mutuellement », indique Marc Varin. Les associés communiquent aussi beaucoup sur un groupe WhatsApp pour les petites choses du quotidien : telle vache vient de vêler, j'ai besoin d'un coup de main, la comptable passera jeudi...

Les jumeaux sont davantage tournés vers l’élevage, mais tout le monde fait de tout. Sauf les traitements phyto, qui restent réservés à Guy. L’organisation est bien huilée. Le matin : il y en a un qui trait, un autre rentre les vaches, paille et s’occupe des veaux, et le dernier nourrit les vaches et génisses. Le soir : c’est le même schéma, mais celui qui a alimenté le troupeau ne revient pas. Ce roulement change toutes les semaines. Chaque associé est d’astreinte un week-end sur trois, du samedi midi au lundi midi (2 h 30 de travail le samedi soir et 5 h le dimanche).

Lire l'article complet  "Trois frères qui jonglent entre simplicité et efficacité sur leur exploitation laitière"

Les plus lus

 Chauffeur-Ramasseur de lait
Lactalis veut réduire sa collecte de lait en France

La dernière médiation avec l’Unell le laissait présager, Lactalis l’a officialisé lors de la présentation de ses résultats…

Anne et Jean-Marc Le Vourc’h, éleveurs
« En produisant moins de lait, nous avons amélioré notre marge brute de 100 €/1 000 l en un an »
Dans le Finistère, depuis qu’ils ont désintensifié leur système, Anne et Jean-Marc le Vourc’h ont amélioré tous les indicateurs…
Guillaume Dousset, éleveur à Frossay en Loire-Atlantique
« Nos bœufs prim’Holstein croisés hereford sont finis un an avant nos autres bœufs »

En Loire-Atlantique, les parcelles de marais de Guillaume et Maxime Dousset sont valorisées avec des bœufs croisés prim’…

Soins vétérinaires : « Nous avons opté pour un forfait de 37 euros par vêlage pour le suivi de nos vaches »

Certains éleveurs contractualisent les soins de leur troupeau avec leur vétérinaire. Le forfait permet un suivi régulier des…

Franck Bonraisin, associé du Gaec La Morice
« Nous avons gagné 10 €/1 000 l grâce à une vraie stratégie de renouvellement »

Depuis deux ans, le Gaec La Morice utilise le génotypage et la semence sexée pour limiter le nombre de génisses de…

Après maïs, il est conseillé de semer dense (15 kg/ha de ray-grass pur, 13 kg/ha de ray-grass + 5 à 13 kg/ha de trèfle, 13 kg/ha de ray-grass + 8 à 10 kg/ha de vesce, ...
Quel couvert semer après un maïs ?

Très présents dans la nouvelle PAC, les couverts ont des atouts agronomiques, environnementaux et pour l’alimentation des…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière