Aller au contenu principal

En Franche-Comté, des podcasts pour parler de pâturage

Depuis le mois de mars, le groupe herbe Franche-Comté diffuse sur sa chaîne YouTube un podcast hebdomadaire de conseil sur le pâturage et la gestion des prairies. Un format qui peut s’écouter tout en faisant autre chose.

Après une pause estivale, de début juillet à fin août, Radio Prairies reprendra ses podcasts hebdomadaires sur le pâturage. © Groupe herbe Franche-Comté
Après une pause estivale, de début juillet à fin août, Radio Prairies reprendra ses podcasts hebdomadaires sur le pâturage.
© Groupe herbe Franche-Comté

« L’idée d’un podcast sur le pâturage est née de discussions pendant le premier confinement, quant tout le monde cherchait des solutions pour communiquer, explique Florian Anselme, responsable R&D et appui aux filières de la coopérative Eva Jura. Depuis 2008, le groupe herbe Franche-Comté, qui regroupe des techniciens des chambres d'agriculture et entreprises de conseil en élevage, publie chaque semaine un bulletin écrit Météo de l’Herbe. Nous cherchions à renouveler notre communication. » L’idée resurgit en 2021. « Nous avons vu se développer les vidéos, webconférences… J’étais déjà passionné de radio, podcasts… Et nous voulions que les éleveurs puissent s’informer sur le pâturage en faisant autre chose, sur le tracteur, en posant des clôtures, en voiture… »

Le groupe décide donc de réaliser des podcasts, supports audio écoutables à tout moment, de 8-12 minutes, diffusés sur sa chaîne YouTube. « Les podcasts qui ont le plus de succès sont ceux de 2-3 minutes. Au-delà, le taux d’écoute diminue. Mais c’est un format trop court pour ce que nous voulons transmettre. » Depuis le 9 mars, un podcast Radio Prairies est diffusé chaque mardi. Le principe jusqu’ici est celui d’un échange entre Florian Anselme et Luc Delaby, ingénieur de recherche à la station Inrae de Saint-Gilles (35), spécialiste du pâturage. « Luc Delaby est très pédagogue et très bon orateur. Nous avons voulu nous appuyer sur un expert qui mène beaucoup d’essais car, au-delà de l’actualité de l’herbe, le but est de transmettre des connaissances sur le pâturage et la gestion des prairies. Nous trouvions intéressant aussi de bénéficier de l’expérience d’autres régions. »

Améliorer la diffusion

Chaque épisode est préparé en amont lors d’un entretien enregistré entre Luc Delaby et Florian Anselme. « Nous définissons un thème et une trame, mais sans trop détailler, car nous voulons être le plus « frais » possible. Nous débutons par l’actualité, puis nous rebondissons sur des données techniques, économiques... » Chaque enregistrement de 30-45 minutes est ensuite monté par Margaux Reboul-Salze, de la chambre d’agriculture de Haute-Saône, qui le ramène à 8-12 minutes.

Les premiers épisodes ont porté sur la mise à l’herbe, le rendement des prairies, le pâturage tournant, l’estimation des stocks, quand et quelle surface faucher, la qualité de l’herbe… « Au début, nous avons rappelé des notions de base sur le pâturage, obligatoire dans le cadre de l’AOP comté et intéressant aussi en lait standard. Actuellement, nous entrons davantage dans le détail. »

La communication se fait par différents réseaux. « Le public visé est d’abord les éleveurs. Sur le bulletin Météo de l’Herbe, nous insérons un QR code qu’il suffit de scanner. Nous le diffusons aussi sur la page Facebook du groupe herbe, via les réseaux des conseillers de nos partenaires Inrae, AFPF, Idele...» 184 personnes sont déjà abonnées à Radio Prairies et chaque épisode a entre 200 et 1 500 vues. « Nous devons améliorer la diffusion, peut-être par le biais d’une liste mail, analyse Florian Anselme. Nous allons aussi faire appel à d’autres experts et peut-être faire témoigner des éleveurs. »

Julien Berthet-Tissot, éleveur dans le Jura avec 100 vaches

« Je peux réécouter l’épisode quand je veux »

 

 
Julien Berthet-Tissot. © J. Berthet-Tissot
« J’ai vu l’information sur Radio Prairies sur le site d’Eva Jura. Je connais Luc Delaby depuis quinze ans et ça m’intéresse d’échanger avec une autre région. Les épisodes suivent la saison de pâturage étape par étape et j’aime les écouter avant d’aller sur le terrain. Cela me conforte ou m’oriente dans mes pratiques. Et si je dois faire des mesures assez techniques, je peux réécouter l’épisode. J’écoute les podcasts à partir de Facebook, sur mon portable, le mardi soir ou quand j’ai le temps, parfois sur le tracteur. Je regarde aussi des tutoriels, par exemple de mécanique. Mais j’aurais du mal à me passer des revues papier que l’on peut prendre en main. »

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Magalie Lelong. « Grâce aux robots, je peux consacrer plus de temps aux vaches. Je les connais aussi bien que quand j’étais en salle de traite. »
« Avec un robot, c’est 360 jours de bonheur par an »
Au Gaec de la Rue, dans la Manche. Ayant 700 000 litres de lait en plus à produire et 160 vaches à traire, les associés ont opté…
Quelle que soit la longueur de coupe, elle doit être franche pour ne pas défibrer le maïs, et les grains doivent être pulvérisés pour optimiser leur digestion et limiter le gaspillage d’amidon.
Gare aux effets de mode sur la longueur de coupe des ensilages de maïs
Brins courts, brins longs… Le choix de la longueur de coupe est propre à chaque élevage. Il n’y a pas de recommandation…
L'aide couplée aux UGB bovins lait et mixtes sera de 57 €/UGB, avec un plafond de 40 UGB.
Elevage laitier : Où va la PAC version française ?
Entrer dans les écorégimes sera un enjeu fort pour tous les agriculteurs. Voici les grandes lignes du Plan stratégique français (…
Les trois associés, Hélène et Flavien Servot et Maguy Maury, peuvent gérer seuls le fonctionnement des robots.
Deux robots et du pâturage pour 136 vaches
Le Gaec de la Berquerie, dans la Manche, a conçu son bâtiment et son système pour que les vaches soient toujours libres d’aller…
La collecte laitière française reculait moins la première semaine de mars : -1,3 % par rapport à 2020.  © J. Chabanne
Prix du lait : la Coopération laitière prévoit une hausse de 13 à 15 €/1000 l sur 2021
«Nous prévoyons une hausse du prix du lait payé aux producteurs adhérents des coopératives de 13 à 15 euros les 1000 litres pour…
tourteau stocké à la ferme
Dépendance au soja : La diversification des ressources protéiques s'accélère en filière bovin lait
Répondre à la demande en "zéro déforestation". Réduire l'exposition à la volatilité prix. Améliorer le bilan carbone. La…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière