Aller au contenu principal

« Employer un salarié, ça s'apprend »

Dans le Puy-de-Dôme, pour Vincent Chazal, il faut organiser le travail et prendre le temps de bien expliquer la façon de le faire, si l'on veut que cela se passe bien avec un salarié. 

« Au début, quand on n’a jamais embauché, on ne sait pas faire. On ne l’a pas appris à l’école. Mais ça s’apprend. Avec l’expérience, on y arrive », reconnaît Vincent Chazal, éleveur dans le Puy-de-Dôme. Il vient d’embaucher son troisième salarié il y a quelques mois. Les deux précédents sont restés presque trois ans chacun. « Il est difficile de trouver les bons candidats, regrette-t-il. Beaucoup ne veulent pas prendre de responsabilités et trouvent les conditions de travail trop difficiles. Pourtant, aujourd’hui, dans l’agriculture, on ne se sert plus beaucoup de la brouette et de la pelle et les tracteurs sont climatisés. » Son apprentissage de l’embauche a démarré quelques années avant le départ en retraite de son père, il y a deux ans. « Je voulais quelqu’un qui soit prêt pour remplacer mon père quand il partirait. De plus, la production ayant augmenté, on n’y arrivait plus. » Vincent Chazal exploite 200 hectares et produit 1,2 million de litres de lait avec un cheptel de 120 vaches. « J’ai mécanisé et simplifié au maximum, mais il faut deux personnes pour faire tourner l’exploitation. »

Un salarié autonome et polyvalent

Pour la première embauche, l’éleveur a fait appel au service Agri Emploi 63, qui l’a accompagné tout au long de la procédure : définition du profil, rédaction de l’annonce, diffusion, réception des candidatures et entretien de recrutement. Au départ, il cherchait plutôt des salariés possédant au moins un bac agricole, voire un BTS. Mais il revient un peu en arrière sur le niveau de formation : « les salariés avec un niveau d’études assez haut ne restent pas, car souvent ils s’installent ». Le dernier a un CAP agricole, il a 20 ans et ça se passe bien. « Je cherche surtout quelqu’un qui soit autonome, qui prend des initiatives et soit capable de travailler seul. » Il a besoin aussi d’un salarié assez polyvalent car il fait du travail d’astreinte (alimentation des génisses, nettoyage des bâtiments...) et des travaux extérieurs (épandage du lisier et du fumier, entretien des prairies...). « Au début, j’avais peur de ne pas lui trouver assez de travail, se souvient l’éleveur. Cela n’est jamais arrivé. Avec l’expérience, on arrive à organiser son travail sans difficulté. » Les travaux de la semaine sont marqués sur un tableau, mais l’éleveur et son salarié font un point tous les matins voire en milieu de journée.

« Prendre le temps d’expliquer les choses »

Vincent Chazal insiste sur la nécessité de bien former le salarié. « Il faut bien prendre le temps d’expliquer les choses, les donner à petites doses, réexpliquer et encore réexpliquer... Nous, on les sait par cœur mais pour le salarié, qui les découvre, c’est compliqué. Au début, ça prend du temps, mais ensuite les choses tournent beaucoup mieux. » Lorsqu’il perçoit des lacunes chez son salarié, il l’envoie en formation (traite, manipulation des bovins). Lors de l’entretien annuel, qui dure une heure, il fait le point avec lui de « ce qui s’est bien passé et de ce qui s’est moins bien passé au cours de l’année, des améliorations à apporter... » Ce qu’il a appris aussi « avec le temps », c’est de féliciter quand le travail est bien fait. « C’est pas facile à dire. Aux yeux du patron, ça paraît normal que le travail soit bien fait. Mais c’est important de le dire », avoue l’éleveur qui se reconnaît exigeant. Il dit aussi avoir « mis de l’eau dans mon vin » quant à la façon de réaliser le travail. « S’il n’est pas fait exactement comme je le ferais, ça ne change pas le cours du monde... ».

39 heures en 4 jours

Vincent Chazal emploie son salarié 39 heures, dont 4 heures supplémentaires, réalisées sur 4 jours du lundi au jeudi (de 7 h 00 à 12 h 00 et de 14 h 00 à 18 h 30). Lors de gros travaux, il peut y avoir des exceptions à cette organisation. " Le vendredi, j'organise la semaine suivante, je prépare le matériel et je fais la paperasse. » Les bulletins de salaire et la gestion des congés sont assurés par Agri Emploi 63, pour un coût de 2 à 3 euros par heure de travail.

 

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Monique Provost, éleveuse en Loire-Atlantique « Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi."
« Mes veaux reçoivent six buvées de lait entier par semaine »
Monique Provost, éleveuse en Loire atlantique se simplifie la vie en distribuant du lait entier à ses veaux une fois par jour,…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière