Aller au contenu principal

« éCow nous aide à classer nos vaches selon leur rentabilité »

Proposé par Prim’Holstein France depuis 2017, le service éCow est utilisé au Gaec du Buisson pour peaufiner les accouplements et classer les 70 vaches du troupeau.

Environ 1h30, c’est le temps qu’il faut à Jean-Paul Mette, technicien Prim’Holstein France, pour passer en revue un troupeau de 70 vaches tel que celui du Gaec du Buisson à Saint-Fulgent-des-Ormes, dans l’Orne. Première étape, Jean-Paul consulte sur son boîtier la liste des vaches à pointer. C'est le pointage classique. Lors de la seconde visite dans cet élevage, il ne restait qu’une bonne dizaine de vaches à pointer. Distance plancher-jarret, hauteur au sacrum, état corporel, angle du jarret … quelque 21 postes de morphologie sont passés au crible et notés de 1 à 9. Avec plus de 25 ans d’expérience, le coup d’œil est sûr et rapide. « J’avais déjà pointé la « 6044 » il y a quatre mois lors de la première visite. C'est juste une vérification. Finalement, je la trouve mieux qu’elle n’était. »

Une fois les pointages terminés et les notes de synthèse mamelle, membres et capacité corporelle calculées, les données enregistrées dans le boîtier sont transférées dans l’ordinateur portable du technicien. « Une synthèse complète du troupeau est éditée en morphologie, index production et fonctionnel afin de mettre en avant les points forts et faible du troupeau et de pouvoir le situer par rapport à d'autres », précise-t-il. Puis c'est au tour du logiciel éCow de triturer les données brutes en quelques minutes. Toutes les vaches sont classées selon leur intérêt économique à partir de leur production laitière, leur morphologie et leur fertilité.

Coupler morphologie et performances de la vache 

« L'objectif d'éCow est de guider les éleveurs, les aider à faire des bons choix stratégiques d'un point de vue économique. C’est un outil d’aide à la décision », précise Jean-Paul Mette. La note éCow et les qualités morphologiques permettent de sélectionner les vaches les plus intéressantes pour assurer le renouvellement du troupeau en semence sexée ou classique. Les autres seront croisées avec des taureaux de races allaitantes ou réformées. Mais l’éleveur a toujours le dernier mot. « C’est à lui de décider s’il veut garder ou non une vache, même si le logiciel ne la trouve pas rentable une année donnée », précise le technicien.

Bonne nouvelle pour la « 6044 », alias Jenny, le logiciel éCow confirme qu’en plus de ses réelles qualités morphologiques, elle a toutes les qualités pour rester dans le troupeau. Cette fille de Spalletti (pointée TB 86) en deuxième lactation (129 d’ISU) a produit 10 400 kg de lait en 360 jours à 38,9 de TB et 33,6 de TP lors de sa première lactation. « C’est une superbe vache, avec une morphologie équilibrée, une mamelle très bien adaptée à la traite robotisée. Elle a été pleine deux fois de suite après une seule insémination », souligne avec satisfaction Nicolas Tison, responsable du troupeau laitier au sein du Gaec.

Avec une note éCow de 65 sur 100, Jenny est au-dessus de la moyenne des 17 vaches ayant une lactation terminée dans cet élevage (60,2). Pour Nicolas Tison et Jean-Paul Mette, l'affaire est classée. Jenny sera inséminée avec de la semence sexée.

Une note éCow insuffisante pour du renouvellement

Le sort de la « 5796 » est en revanche plus délicat. Cette vache en quatrième lactation a une note éCow de 68,6 sur 100 pour sa dernière lactation terminée, et de 64,6 en moyenne sur toutes ses lactations. Elle se situe à peine dans la moyenne des cinq vaches du troupeau ayant terminé trois lactations (69,1). « Elle a des problèmes en taux (34 de TB et 30 de TP) et en fertilité (3 IA en moyenne par lactation). Si tu veux la garder, pourquoi pas, mais je te conseille de la croiser avec un taureau blanc bleu parce que le TB est trop faible pour avoir un bon prix du lait », annonce Jean-Paul Mette à l'éleveur. Cette solution lui convient. « Elle a déjà produit 67 000 kg. Et comme elle a peu de cellules, elle peut dépasser les 100 000 kg », espère Nicolas Tison.

Avec 70,8 au compteur éCow en moyenne sur six lactations, dont cinq terminées, Eline, la « 5738 », tient la route sur le plan économique et morphologique (TB 88). Elle a produit 72 500 kg à 42,7 de TB et 33,4 de TP (22,6 kg par jour de vie). Aucune mammite à déplorer. « Sa note éCow (65,9) a baissé lors de sa cinquième lactation parce qu’il a fallu l’inséminer quatre fois. Sinon, c’est une vache sans problème. Elle n’a jamais fait de mammite. » Lors des deux cents premiers jours de sa sixième lactation, elle a produit 8 910 kg à 45,3 de TB et 34,2 de TP. « Elle a les normes pour aller au concours du SIA. » Seul gros bémol, elle est un peu longue à traire au robot. « Si le robot n’est pas saturé, mieux vaut la garder pour le prix du lait », recommande Jean-Paul Mette.

Une bonne correspondance avec l’ISU

Pas de rattrapage en revanche pour la « 5871 ». Avec un ISU de 110 et une note éCow de seulement 56,2 en troisième lactation, Idole sera réformée à la fin de sa quatrième lactation. Des comptages cellulaires à 600 000 cellules/ml et un TB de seulement 35,6 expliquent sa faible note éCow.

« Globalement, il y a une forte corrélation entre les meilleures vaches du classement éCow et l'ISU. Cela confirme que l'ISU est bien corrélé à l’économie », note Jean-Paul Mette. Alors pourquoi ne pas s'en tenir qu'à l'ISU ? « L’ISU n’est qu’un index. Pour l’éleveur, c'est plus parlant de se servir des performances propre de l’animal. Cela permet aussi de prendre en compte les effets troupeau et de repérer les vaches les mieux adaptées au système. »

Nicolas Tison est convaincu de l’intérêt du logiciel. « Nous avons parfois des vaches qui sont au top en morphologie mais pas sur d’autres critères comme la production, les taux, la fertilité, les cellules… Le fait de synthétiser toutes ces informations permet de réaliser un classement objectif », souligne l’éleveur.

Le Gaec du Buisson délègue également les accouplements au technicien de Prim’Holstein France. « Le choix des taureaux est neutre. Nous prenons les meilleurs où ils se trouvent, tout en donnant la priorité à ceux de notre coopérative (Gènes Diffusion) lorsque les taureaux sont équivalents », précise Nicolas Tison.

Chiffres clés

Gaec du Buisson

3 associés
720 000 l de lait de référence - 310 ha
70 Prim'Holstein à 10 740 kg (TB 39 et TP 32,6 )
12,4 kg de lait par jour de vie
Adhère à Prim'Holstein France depuis 20 ans
132 d'ISU moyen (juillet 2018) (Orne 116, et France 117)
83 points en note globale

éCow, c'est quoi ?

Le service éCow est proposé gratuitement aux adhérents de Prim’Holstein France. Le logiciel développé par l’association réalise un classement économique intra-troupeau de chaque vache à partir de son pointage, sa production (lait, TB, TP et cellules) et sa fertilité. 

Une version permettra d'ici la fin de l'année de valoriser les données de production issues des robots de traite. Toutes les lactations en cours d’au moins 100 jours ou terminées sont prises en compte. Suite à l’analyse des données, les vaches se voient attribuer une note. Un classement selon leur rang de lactation est possible.

Une note carrière est également calculée. « Ce critère prend en compte la production laitière d’une vache pendant toute sa carrière. C’est intéressant pour repérer celles qui vieillissent bien. Mais en général, les meilleures sur ce critère ont été réformées ou sont en passe de l’être. Ce n’est donc pas très intéressant pour faire le tri pour les accouplements », explique Jean-Paul Mette. Les résultats d'éCow sont délivrés une à trois fois par an selon la fréquence de passage du technicien Prim’Holstein France.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« Le groupe Dephy permet d’échanger entre nous et de partager la prise de risques », souligne Hervé Dreuslin qui vient d’intégrer un groupe 30 000 d’Eureden, destiné à diffuser plus largement l’expérience acquise dans les groupes Dephy. © A. Conté
Réduction des phytos en élevage : « Cela me pesait de toujours prendre le pulvé »
En Ille-et-Vilaine, Hervé Dreuslin a intégré un groupe Dephy dès sa création en 2012. Les changements introduits au fil des ans…
Jérôme et Céline Humbert et leurs trois filles Florine, Alix et Olympe. « Notre vie privée et notre vie professionnelle ne sont pas séparées, et cela nous convient bien. » © A. Conté
Le choix de Céline d’abandonner son métier d’institutrice pour les vaches laitières est payant !
En Meurthe-et-Moselle, Céline et Jérôme Humbert ont réussi à mettre en place un système robotisé qui leur permet de produire à…
Les cours de la poudre de lait écrémé se sont stabilisés à des niveaux élevés ; environ 2500 €/t.  © Regilait
Le prix du lait 2021 sera en hausse

Face à la hausse des charges, l'impatience est palpable. La FNPL rappelle que l'an dernier, les…

PAC: 80 % d'aides en moyenne dans le revenu 2019 des exploitations laitières
Comment se positionnent les exploitations laitières par rapport aux autres exploitations ? L’Inrae dresse un état des lieux…
Sébastien Bonnevialle et Jordan Logier (à gauche), son salarié et futur associé, qui va s’engager dans un stage parrainage de sept mois tout en menant les démarches d’installation. © B. Griffoul
« Notre élevage laitier peut sortir un deuxième revenu avec la même structure »
Après avoir longtemps exploité seul, Sébastien Bonnevialle, en Haute-Loire, projette de s’associer avec son salarié. Si les…
Florent Charpentier. « J’ai vu rapidement des résultats palpables en gérant mieux les vaches taries. » © F. Charpentier
Vaches taries : « Même des choses simples m’ont permis vite de progresser »
En Meurthe-et-Moselle, Florent Charpentier a adopté de nouvelles pratiques pour ses vaches taries depuis quelques mois, sans gros…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière